CHRONIQUE / REVIEW

Spurge

Crown

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

December 16, 2020

Format:

Digital

Label:

From:

Indpendent

USA

Alain Massard - March 2021

7,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

SPURGE est un groupe américain de post-rock progressif sur une base psychédélique, groupe non conventionnel formé en 2012 et sortant là son 4e album. Partageant la même vision que Zappa des décennies après et explorant les différentes vibrations musicales (c’est ce qu’on dit d’eux !), ces 4 musiciens dont Jen virtuose bassiste punk de base et ses acolytes venant de différents bords dont le jazz, le gospel et le hard, nous gratifient d’une expérience hors norme. J’ai lu et trouve l’analogie avec la fusion d’un ISIS ou CULT OF LUNA et d’un THE DEAR HUNTER, le tout secoué par des airs à la BOWIE et ZAPPA les définissant très bien, mais écoutons ensemble, c’est encore mieux.

« 57 » sur une base planante synthétique, rythmique reggae au loin pour l’entame de l’album; des sons psychés, une guitare qui m’étonne lançant un son bien rock; la voix en arrière aérienne, les percussions métalliques, tout cela donne un son étrange, presque torturé. « A Skunk In Possom’s Clothing » sur de l’indé, air pop arriviste, boîte à rythme qui semble grossière, puis un air sorti tout droit de « Réalité » avec ce son hypnotique de Philip GLASS, puis douceur syncopée, dérive progressiste sur une guitare nerveuse limite punk, voilà ce à quoi vous allez vous confronter pour un instrumental onirique et époustouflant. « Furud » sur une basse à la THE CURE, une voix divine, une chanson pop, un relent de pop synthétique, à mi-parcours ça dévie, ça dérape, ça repart tout doux jusqu’à une fin dantesque.

« NC Flow » intro lente, sourde, ambiante, puis du dub! Du hip-hop, de la trompette jazzy, un air lancinant avant-gardiste, loin du prog bien entendu mais une recherche musicale sidérante avec une voix noire (sans aucun racisme bien entendu, une voix qui te met dans l’ambiance du Bronx) divine elle aussi dans le genre; singularité. « Neumatic Weiner Tube » pour un titre ambiant, brassage de sons, de sonorités disparates, un amalgame musical créant une ballade romantique où la guitare et le piano égrènent un air qui rentre bien dans la mouvance post rock avec un final et une montée magnifique. « Traveling » et déjà le dernier titre, basse en avant, xylophones ou cloches scandinaves à la SIGUR ROS, un titre qui s’écoute comme l’eau s’écoulant d’une cascade.

SPURGE est à la frontière du prog; un son avant-gardiste qui risque de faire fuir nombre des lecteurs habitués à des sonorités habituelles; un album court à écouter cependant pour nettoyer un peu ses oreilles, pour essayer de voir et de comprendre où la musique en général peut nous envoyer : un espace inédit et un tantinet déstabilisant, SPURGE!

    1. 57 (6:09)
    2. A Skunk In Possom’s Clothing (4:12)
    3. Furud (4:51)
    4. NC Flow (3:43)
    5. Neumatic Weiner Tube (4:23)
    6. Traveling (3:10)
    Total : 26’28’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Jen Hodges: Bass, guitar, drums, banjo, didgeridoo, keyboard, tracking, vocals, arranging, composition, cajon, lyrics, vibes
Dom Gryzbon: Guitar
Charles Von Kanel: Guitar
Marlon Scofield: Drums