CHRONIQUE / REVIEW

Shurakay

Overseas Tales

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 1, 2021

Format:

Digital, CD

Label:

From:

Rock CD Records

Spain / Espagne

Philippe André - November 2021

8,2

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

SHURAKAY formation espagnole nous propose un album de plus quatre-vingt-douze minutes, oui vous avez bien lu = 92. Il est disponible en version digital + en format cd double depuis le 2 octobre.

SHURAKAY est un combo instrumental fondé en 2008, qui résulte de la complicité née entre Santi BERTRAN (batterie), Oriol NEBLEZA RAVENTOS (claviers) et Xavi SANCHEZ (Basse), des heures et des heures à jammer ensemble pendant cinq ans jusqu'en 2013. Le bassiste Xavi "Stanley" SANCHEZ qui semble avoir quitté la formation…c’est Dani PAYA (Le nouveau venu) qui s’occupe pour l’enregistrement de l’album de la basse ainsi que la guitare et également du solo de clavier sur le morceau ‘’Shurakay’’. Pour l’enregistrement "Overseas Tales", la formation était constituée de 3 membres et c’est ce que nous avons aujourd'hui entre les oreilles, album conceptuel rempli de contes musicaux d'où le titre du disque, à la manière des grandes épopées légendaires des siècles passés. (Aujourd’hui le groupe actuel compte un musicien de plus Antonio LEON – Basse) !

"Overseas Tales" comprend neuf titres de durée très variable (entre 3 et 18 minutes) la majorité d'entre eux sont énergisants plutôt qu'énergiques parfois grandiloquents, installés sur des rythmes souvent changeants voir déroutants, on peut imaginer une mixture entre le RUSH le plus inventif et le plus torturé, le LIQUID TENSION EXPERIMENT de Tony LEVIN et des trois DREAM THEATER (une influence totalement revendiquée par nos quatre ibériques) et le KING CRIMSON des année quatre-vingt-dix, sans le chant exécrable d'Adrian (enfin c'est ce que j'en dit, juste mon avis....).

Difficile de vous recommander une pièce plutôt qu'une autre, dans tous les cas, il est extrêmement difficile d'avaler la totalité de l'œuvre en une seule lampée. Je vous défie par exemple de savoir où vous êtes et vous en êtes surtout après avoir écouté les pistes trois et quatre à la suite...

Parmi mes titres favoris sur l'ensemble de la galette il y a incontestablement le second "New Age", l'un des plus faciles d'écoute et ce n'est pas un vain mot croyez-moi ! Un mot sur la quatrième piste, l'épopée "Prince Dagnarus + Suite" et ses près de 18 minutes, une plage dynamique, ornée des nombreux motifs du piano étincelant d'Oriol NEBLEZA RAVENTOS, complétée par les six cordes tantôt sautillantes, tantôt brulantes de Dani PAYA, le tout architecturé par la puissante paire rythmique de Dani et Santi BERTRAN.

"Pimaninicuit" avec ses descentes de manche acérées et ses synthétiseurs délirants qui déboulent en tous sens est le titre le plus fusion à réserver aux amateurs du genre. "Cignus Neck" qui le suit, après une intro ouatinée s'avère plus symphonique avant de muter vers un heavy progressif démoniaque digne du Théâtre des Rêves, Santi BERTRAN est ici le digne frère de sang de Mike PORTNOY, ça décoiffe mon neveu !


"Andromeda" propose de nouveau un heavy prog intéressant avec plus de synthétiseurs en maraude et des mitraillettes de guitare mordantes, le final pianistique léger surprend après ce déluge. L'éponyme du nom de la formation ibère "Shurakay" va du doucereux au puissant, pas toujours facile à suivre, probablement la pièce qui libère le plus aisément toutes les facettes de SHURAKAY (accessoirement celui où la guitare basse de Dani PAYA est mise le plus et le mieux en valeur) avec un passage funk jazzant progressif dans sa seconde moitié, dépaysant certes mais pas ma tasse de thé...

Le conclusif "Universe’s Eye" se présente comme la piste la plus différente des neuf proposées, l'atmosphère y est planante à la TANGERINE DREAM des opus post Edgar FROESE voir proche d'un VANGELIS, surprenant vraiment mais bien agréable pour terminer l'écoute de cet "Overseas Tales" en douceur, le second titre le plus court après l'introductif, six minutes quand même.

Un album à réserver aux progsters qui apprécient le tout instrumental, le progressif proche de la fusion et à déguster en plusieurs fois car quatre-vingt-douze minutes en une seule écoute, c'est plus que compliqué pour ne pas dire plus.

    1. Akhenaton (3:57)
    2. New Age (8:56)
    3. The Book of Nises (14:02)
    4. Prince Dagnarus + Suite (17:28)
    5. Pimaninicuit (8:04)
    6. Cignus Neck (9:53)
    7. Andromeda (12:28)
    8. Shurakay (11:36)
    9. Universe's Eye (6:20)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

TECHNICAL DATA ON THE RECORDING:

Line-Up / Musicians:
Dani Payá - Bass, guitar and additional keyboards) (Bass lines composed by Xavi Sánchez arranged and performed by Dani Payá)
Santi Bertran - Drums and percussion)
Oriol Nebleza - Keyboards)


ACTUAL LINE-UP:

- Santi BERTRAN: Drums & percussion
- Dani PAYA: Guitar, additional keyboards
- Antonio LEON: Bass guitar
- Oriol NEBLEZA RAVENTOS: Keyboards