CHRONIQUE / REVIEW

Robin & The Wood

Moonfall

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

April 2, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

France

Denis Boisvert - June 2021

8,5

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici des un nouveaux-venus sur la scène. Leur histoire ressemble à une pièce de jazz : une guitare et un saxophone se rencontrent à l'école de musique à Bordeaux. Ils décident de composer ensemble et veulent redonner aux pauvres hères que nous sommes la beauté de la musique en fusionnant le prog genre CRIMSON et le jazz moderne style PAT METHENY. La famille grandit et le quintet compte maintenant un batteur, un bassiste et un flûtiste. Il nous offre un bel album.

Le style est ouvert, laissant la place à l'Improvisation et l'imagination. Les pièces sont variées tant dans la composition que le style, l'émotion ou le tempo. Pour vous en donner un aperçu regardons dans le détail la magnifique pièce 'Dark Water Falls'. Intro de guitare acoustique langoureuse avec des touches espagnoles qui font un duo avec le saxophone tout en douceur, puis mutation avec batterie et touche classique avec l'entrée de la flûte sur un jazz enjoué et un peu enfumé, on revient à la guitare mais plus musclée et électrique, solo élégant et poignant, le saxophone revient, suave et dégoulinant, avec des accents de flûte en arrière-plan. On reprend le thème en tutti et on finit en beauté.

Certains de leurs passages ont ravivé des souvenirs du groupe québécois MANEIGE, aussi issu du conservatoire et qui avait osé la scène rock dans les années soixante-dix. Comme quoi le jazz et le progressif ont toujours eu des choses en commun. Malgré la nature improvisée, les morceaux sont construits avec justesse et économie, on ne dépassera pas les 8 minutes et il n'y a donc aucune longueur. Les musiciens s'amusent et se complètent merveilleusement. Tous les morceaux sont bons. Mes préférés sont 'Moonfall'- magique, 'Dark Water Falls' - hypnotique, 'Cello Man' - jazz rock solide et 'Dying Suicide Club' - quel titre !

Bref une belle découverte, un style qui ne vieillit pas, des musiciens chevronnés qui semblent adorer ce qu'ils font. Le saxophoniste est remarquable. Plus jazz que rock mais créatif, retentissant et avec de belles structures et progressions qui plairont à plusieurs. Facile d'écoute, il continuera de surprendre après plusieurs écoutes. En espérant que Robin et ses compères continueront de hanter les autorités et de partager avec nous le fruit de leurs larcins !

    1. Collapse (03:19)
    2. Cello Man (05:53)
    3. Dark Water Falls (07:54)
    4. Fractales - ouvertures (06:03)
    5. La Fabrique du Trouble - Fractales 2 (03:12)
    6. Reflets sur l'eau qui dort -Fractales 3 (04:00)
    7. Dying Stars Suicide Club (07:36)
    8. Eyjafjallajökul (07:23)
    9. Moonfall (08:08)
    Total 53:28

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Robin Jolivet: Guitar, compositions
Jérôme Masco: Tenor sax, compositions
Alexandre Aguilera: Flute
Alexis Cadeillan: Bass
Nicolas Girardi :Drums