CHRONIQUE / REVIEW

Resistor

The Fifth Season

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 1, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

USA

Alain Massard - May 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

RESISTOR est un groupe de rock progressif américain, rappelez-vous leur dernier opus avec cet œil de vélociraptor de 2017. Musique électrique, acoustique, voix singulière qui donne du cachet, un groupe rustre, frustre, du terroir, du cru qui compose des titres à te faire danser sur du prog inventif. C’est leur 6e album fusionnant des structures modernes sur un fond progressif classique, du crossover ; l’instrumentation est enregistrée de façon globale et donne un ressenti live. RESISTOR pour rester fidèle à ce son de trois ingénieurs faisant le bœuf les midis lors des repas, les autres convives pouvant entendre de ci, de là du KANSAS, JETHRO TULL avec une bonne dose d’heavy prog-folk américain les amenant ici.

« Winter », intro douce pour donner la parole à Steve, toujours avec sa voix oscillante entre celle du chanteur de JETHRO TULL et celle d’IRON MAIDEN, moins sur celle de FISH maintenant; place à la guitare nerveuse qui prend la place, un peu comme dans le JPL français, c’est prog mais guitare-prog avant tout; c’est mélodique, évolutif, légèrement grandiloquent avec les chœurs. Mi-parcours et le break spleen, atmosphère latente onirique, basse, batterie et guitare s’en donnent à cœur joie; le final revient aux notes de départ avec un solo country typé et la joute de Steve et Fran secondée par un violon tonitruant, final sur du RUSH pour la voix de Steve.

« Saint Iris » pour un gazouillis, une flûte traversière, Ian ne doit pas être loin dans vos mémoires, le violon confirme votre idée; la voix douce vient poser une histoire afin que les instruments puissent vous aider à naviguer sur un bras de Louisane, ce qui nous amène à « Seraphim » et ce bras que vous ressentez au départ puis une mélodie à la ALAN PARSON PROJECT vient vous percuter, la voix et l’air me ramène à l’une des ballades romantiques du MYSTERY québécois, bref titre folk-prog pour profiter de la dextérité des musiciens et de la vague. « Cricket Season » pour un interlude musical, flûte et guitare acoustique pour l’envol de crickets? Titre de mise en bouche pour la deuxième partie.

« Till Spirits Rise » typé country, rythmique basique, violon qui mène la danse, qui amène le titre vers un crescendo folk intéressant lorgnant vers les BLUES TRAVELER, sur du KANSAS bien entendu avec ce violon, la montée finale avec l’air génésisien de ‘The Knife’ inventif mettant le feu aux poudres; que c’est facile d’écouter de la belle musique. « Aurora » et un riff hard rock pour jeter l’air, une guitare torturée inventive, l’autre plus spleen, répétitive pour hypnotiser le serpent, ce vélociraptor qui sommeille dans les méandres de leurs notes; arrivée de la voix narrative et la guitare repart de plus belle, le son brut mélancolique, fruité, teinté de bulles de bonheur; break boogie un temps et final bœuf, celui qui te fait rester béat devant. Vient déjà « Falling Snow » pour l’évocation à la guitare de flocons de neige tombant devant vous, un autre monde comme aurait dit TELEPHONE, moment de pure beauté musicale; ça monte, ça remplit les oreilles, crescendo magique agrémenté d'overdubs de violon et de voix au loin, des notes de post-rock oniriques à la MONO viennent se mélanger, un instrumental évoquant la pureté de la musique, que demander de plus ?

RESISTOR, sous la houlette de son mentor Steve, sort un album de musique bluegrass terreux, un de ces albums à écouter avec des bottes par instants, avec des chaussons à d’autres puisqu’il nous envoie au-delà dans les nuages éthérés ; RESISTOR n’invente rien mais amplifie le niveau de notes étincelantes à un firmament bucolique, diabolique.

    1. Winter (13:03)
    2. Saint Iris (5:29)
    3. Seraphim (4:55)
    4. Cricket Season (1:48)
    5. Till Spirits Rise (4:54)
    6. Aurora (8:27)
    7. Falling Snow (6:19)

    Total Time 44:55

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Steve Unruh: Guitars (right channel), vocals, violin, flute
Rob Winslow: Bass guitar
Barry Farrands: Drums, vocals
Fran Turner: Guitars (left channel), backing vocals