CHRONIQUE / REVIEW

Qirsh

Aspora Tempora Pt.1

Releases information

Release date:

October 31, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Lizard Records

Italie / Italy

Roberto Cabral - January 2021

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Italia Italy Italie, terre promise du Prog en Europe, sans ce pays qui a tenu à bout de bras le prog dans ses heures les plus sombres…Wow un peu de retenue le méditerranéen, voici donc un autre album de cet cher Italie a présenter. Allons-y avec l’historique du groupe. Ensemble pour la plupart depuis 1992 leur association est plutôt celle d’amis qui se sont connue dans les clubs de basket ou carrément dans les boys club. Le nom du band plutôt étrange ne leur a jamais plu mais ne l’ont jamais changé. Également après plusieurs recherches pour un chanteur et multiples essais voyant que tous et chacun pouvait apporter sa voix aux chansons on oublie alors le soliste proprement dit. Les 7 musiciens sont de SAVONA au nord du pays à 2 heures de routes des plus grandes montagnes d’Europe près de la méditerranée.

Leurs premières influences vont de PINK FLOYD au début puis GENESIS et après pour la plupart des groupes Prog des années 70 ainsi que de leur compatriote comme BANCO DEL MUTUO SOCCORSO et GOBLIN pour le prog et FRANCO BATTIATO et POOH pour le symphonique contemporain. Pour un groupe d’amis tel que QIRSH être ensemble depuis plus de 25 ans tiens de l’exploit de nos jours et surtout ne jamais se prendre au sérieux ce qui affecte l’amitié. L’album est leur troisième et son ‘’forte’’ sont les vocaux, des harmonies vocales multiples, inusitées (écouter la pièce ‘’OREMUS-REPRISE pour bien en saisir la complexité, comme seuls les bands prog peuvent les transcendé.

On débute l’album ‘’ASPERA TEMPORA, PT1’’ (on imagine une partie #2 mais comme vous savez tous ce n’est pas toujours le cas) qui est un album concept sur le thème de la peur sous toutes ses formes. ‘’RUMORS’’ (17 :51) ouvre l’album superbement un prog épique comme on les aiment, la batterie rythme le début comme un énorme battement de cœur qui bat la mesure, a noté que QIRSH a deux batteurs ce qui mets de l’emphase dans cette chanson en particulier, des effets dans les multiples voix et les claviers abondent, des voix d’enfants (on imagine tout de suite la peur à l’école de faire rire de soi)on sent la tension qui augmente et l’effet boléro de la peur est présent à chaque battement de tambour. L’arsenal de vocaux et de claviers font de cette pièce un must. Un 9/10.’’AER GRAVIS’’ Le courage de voler, je n’ai pas peur de sauter voilà un peu l’esprit des paroles accentuer par l’orgie de vocaux plaintifs, de guitare avec du « wah wah » et les effets spéciaux omniprésent. ’’QUEL MOMENTO’’ la peur d’écrire une chanson, on reste sur le thème récurant de l’album ça commence avec une guitare acoustique qui me fait penser aux sonorités de SENSATION FIX pour ceux qui connaissent ce fabuleux band italien puis un piano de facture classique qui fait une transition et on repart avec le battement de cœur qui ajoute la tension et toujours les effets spéciaux et les vocaux à l’unisson.8.5/10. ’’HURT’’ une instrumentale ou la rhythmique basse et batterie double enchaine en une cadence d’enfer et les effets de voix et les claviers symphonique nous raconte la blessure profonde de l’être humain.8.5/10.

’’ANANSI’’ l’ombre et la lumière se consument lentement. Cette pièce selon le guitariste DANIELE OLIA a été compose en temps réel en studio presque instinctivement un peu comme quand ils étaient tout jeunots, clavier plaqué en accord avec une guitare rock puis un solo de guitare émotif à souhait, QIRSH regorge de bon instrumentiste et ça s’entend.8/10.’’OREMUS’’ (12 :21) Une de mes épique prog de l’année. Maladie de l’âme accentué par la religion, culpabilité honte et anxiété voila le propos de cette envolée prog, la batterie qui remplace le cœur ou le métronome les voix un peu comme à l’église un hymne à l’emprise de la religion, l’orgue hammond qui virevolte les guitares, les claviers clavecin puis l’orgue de nouveau les cris des guitares une pièce remarquable 9.5/10 ma préféré. Nul besoin de chanteur soliste sur cet album les voix sont une des forces de l’album. ’’OREMUS-REPRISE’’ Une orgie de voix « acapella » et d’orgue et une reprise sans instrument ou presque de OREMUS avec ce battement de cœur et orgue d’église a la WAKEMAN, que j’aurais bien vue sur un album de GENTLE GIANT.9/10

Vous aurez deviné j’aime beaucoup l’album, d’une signature originale leur composition et arrangement font la force de cet œuvre. On sent l’unité du groupe et non pas des solistes qui se mettent à l’avant plan, la force du groupe est la et ça s’entend, et que dire du thème de l’album, les instrumentistes nous le transmettent de façon très nette. Oui la langue italienne peut en rebuter plusieurs mais ne vous attarder pas à la langue mais plutôt a l’œuvre.

    1. Rumors (17:51)
    2. Aer Gravis (6:42)
    3. Quel Momento (6:17)
    4. Hurt (2:56)
    5. Anansi (3:02)
    6. Oremus (12:21)
    7. Oremus (Reprise) (8:04)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Leonardo Digilio - Keyboards
Pasquale Aricò - Keyboards and vocals
Michele Torello - Guitars
Daniele Olia - Guitarss, Keyboards, Flute and vocals
Marco Fazio – Drums
Giulio Mondo - Drums, percussions
Andrea Torello - Bass and vocal

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020