CHRONIQUE / REVIEW

ProAge

4.Wymiar

Releases information

Release date:

January 15, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Pologne / Poland

Alain Massard - January 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

PROAGE est un groupe polonais fondé en 1985, dissous ensuite, reformé en 2008, line-up changeant jusqu’en 2016. Trois albums en sortent dont ce prochain « 4e dimension » prévue le 15 janvier prochain. Des consonances métal, rock, pop, un peu new-wave, de l’art-rock en fait où les errements progressifs arrivent sans présage, mélange de titres FM, climatiques et spatiaux. Un album assez compliqué à la lecture mais parsemé de moments inoubliables et intenses; des airs tellement variés que je ne peux vous fournir un genre particulier musical. Allez c’est parti pour la dernière ...ou la première chronique de l’année.

« System » démarre sur un son trempé rock avec claviers bien présents, on remarque tout de suite la voix chantée en polonais; un riff bien soutenu et un clavier en solo; la voix est hachée, l‘air bien rythmé sur du rock graisseux et nerveux, bref fusion hard rock et quelques notes orientales. « W Cieniu Izolacji » suit sur une sonorité plus pop-rock, petit souvenir sur ce que faisait en son temps NENA à l’époque de « 99 Luftballons » avec ici encore un beau solo de synthé rythmé, frais et jovial; mais je cherche le côté prog encore là; titre tube plus qu’autre chose. « Człowiek Z Wysokiego Zamku » et un beau titre avec intro atmosphérique planante, synthé et saxo qui dénote avec le début de l’album; montée ensuite avec la basse sur un son mélangeant riff et plages musicales teintées de claviers; on est plus sur une piste prog mélodique de fait avec un final sur un délire saxo aérien étrange de toute beauté. Un titre simple qui reste en mémoire rapidement, belle pièce. « Sensorium » pour un titre semblant sortir des contrées froides scandinaves, un peu de spleen, guitare acoustique grave, texte limite phrasé dans leur langue natale, rappelant aussi qu’il n’y a pas que l’anglais qui peut être chanté. La flûte de Malgorzata amène un calme, une plénitude sidérante et magnifie la voix.

« 4th Dimension » et une, la pièce maîtresse de l’album : intro chantée, mise en route d’un son comme venant d’un autre groupe, les instruments sont bien en place et partent dans du rock progressif moderne sans concession; le synthé nerveux, amenant le rythme, aidé par la basse énergique; solo de ce synthé puis arrivée d’un saxo pris comme instrument d’ambiance juste derrière. A noter le texte en anglais sinon le phrasé singulier de Mariusz semble encore être en polonais. La progression part sur un air andalou quelques instants avec la guitare, puis sur des franges canterburyennes, sur GENTLE GIANT, sur KING CRIMSON avec ce saxo mis en avant de la sorte; un peu d’airs jazz-rock même. Séquence planante émouvante avec nappes de synthé et un solo de guitare gilmourien de Slawomir immense; paf, délire jazzy, synthé, batterie puis ça part dans un duel de tous les instruments avec même un solo de batterie, le saxo schizoïde à souhait puis jazzy. Retour de la voix, de la flûte pour une fin en douceur, enfin ce que l’on peut croire, mais on a affaire à un changement de rythme avec riff hard, teigneux et toujours ces claviers omniprésents; le final se termine par la mise en valeur de la voix plus claire sur un piano pompeux; le blanc fait encore partie du son pendant que « Wyspa Czasu » déboule avec un air trempé rock, rock prog-métal; à nouveau la présence très remarquée du synthé en ligne musicale de fond, puis un solo guitare du guest Janek Mitoraja (OSADA VIDA) qui part bien sur un air métal prog ici, nerveux et jouissif, déroutant comme les autres titres.

PROAGE, ne pas les oublier rien que pour cette pièce maîtresse venant d’ailleurs hors du temps, PROAGE ou le son sans concession avec le synthé omniprésent de Krzysztof, la voix expressive de Mariusz, une errance dans la 4e dimension parlant du mauvais moment du temps à travers la dégustation d’une tasse de thé; harmonies singulières pouvant partir sur du progressif des 70’s, du revival des 80 et 90’s, des riffs lourds ainsi que des passages acoustiques; un disque qui m’aura heurté par cette fusion osée de sons divers. PROAGE ou le son revisité hors des sentiers battus avec l’une des plus belles pièces progressives depuis bien longtemps.

    1. System (4:50)
    2. W cieniu izolacji (3:06)
    3. Człowiek z wysokiego zamku (8:10)
    4. Sensorium (3:34)
    5. 4th Dimension (28:53)
    Part 1 Permanence
    Part 2 On the Other Side of Consciousness
    Part 3 Helpless
    6. Wyspa czasu (7:10)
    Total : 55’43’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

-Mariusz Filosek : Vocals
- Sławomir Jelonek : Guitar
- Krzysztof Walczyk : Keyboards
- Roman Simiński : Bass
- Bogdan Mikrut : Drums
- Mariusz Rutka : Saxophone, percussion
guests :
- Małgorzata Łydka : Flûte
-Janek Mitoraja : Guitar on 6

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020