CHRONIQUE / REVIEW

Phil Bourg!

01001001 01000011 01001001

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 28, 2021

Format:

Digital, Vinyl

Label:

From:

Independent

Canada

Frederik Roy - September 2021

9,4

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

La scène progressive francophone fonctionne au ralenti depuis un certain temps au Québec. Avec un peu de chance, certains mélomanes aguerris pourront faire l'heureuse découverte de groupes comme Perséide, Renard Blanc ou Barrdo, qui offrent un rock progressif particulièrement teinté de psychédélisme. Ici, on a affaire à quelque chose de différent, mais qui ne nécessite pas moins d'attention. Tout premier album de cet artiste prometteur, Phil Bourg nous y réserve de belles surprises avec un disque dont le titre n'est nul autre qu'un code binaire; 01001001 01000011 01001001 se traduisant en "ici". Ce choix de titre laisse certainement transparaître la formation en génie informatique de l'artiste, une porte grande ouverte vers les profondeurs de son univers. Compositeur et claviériste d'exception, il est également accompagné de la majorité des musiciens de Fuudge, un groupe dont la réputation n'est plus à faire au Québec. La virtuosité ne pouvait donc être qu'au rendez-vous.

Ce qui accroche l'auditeur à la première écoute sont définitivement les textes hautement engagés qui s'inscrivent dans la tradition du rock progressif québécois. En effet, nous pouvons aisément faire un parallèle avec les textes engagés d'Octobre ou de Morse Code, ces bêtes du prog des années 70. Quand j'écoute Phil Bourg, j'entends aussi "La maudite machine" ou encore "Qu'est-ce que t'as compris?". Cet album est donc bel et bien ancré dans la tradition des groupes de rock progressif québécois et propose une belle continuité à celle-ci, bien que paru plus d'un demi-siècle plus tard. Je parle ici de tradition, mais Phil Bourg s'inscrit également dans la modernité, avec des compositions qui devraient rappeler à plusieurs l'efficacité et le côté pop des débuts de Marillion, sans oublier un certain soupçon de Radiohead. L'album débute sans préliminaires avec la pièce "Juste" qui donne directement le ton un peu "heavy" du disque. Soyez averti : dès que vous aurez lancé l'album, vous serez sous l'emprise envoutante de la musique de Phil Bourg, dont la seule échappatoire se trouve à la fin de celui-ci. Vous aurez alors peut-être envie, comme moi, de relancer le disque à nouveau.

Définitivement dans mes albums québécois favoris de cette année, je ne peux que lui souhaiter une belle carrière en musique. Il s'agit d'un album excellent du début à la fin et qui passe sans que nous nous en rendions compte. Mes coups de cœurs sont certainement les pièces "Juste", "Ici" et "Réveille", mais mon appréciation inébranlable va sans aucun doute à la massive pièce "Constellations", qui du haut de ses 11 minutes, révèle un côté planant et coloré qui n'est pas particulièrement présent dans les autres morceaux. Vraiment, une œuvre musicale d'ici absolument fantastique et un univers engagé qui ne devrait laisser personne indifférent. Bonne découverte!

    1. Juste (6:20
    2. Les Jours Sombres (5:44)
    3. Ici (3:37)
    4. Réveille (4:21)
    5. Constellations (11:35)
    6. Ce Que Je Veux (6:18)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Phil Bourg: Vocals, wurlitzer, pedal board, midi sequences, plugins
Samuel Wagner: Synthetic voice, choirs, laptop, plugins
David Boulet-Tremblay: Rythm guitar, lead guitar
Pierre Alexandre: Electric bass
Olivier Laroche: Drums
David Parker: Saxophone