CHRONIQUE / REVIEW

Morpheus Project

Mozaick

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

March 19, 2021

Format:

Digital

Label:

From:

Indpendent

Sri Lanka

Alain Massard - February 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

MORPHEUS PROJECT n’est pas le projet spatial de la NASA mais bien celui d’un auteur compositeur autodidacte Sri-lankais ayant grandi en Irlande. Il a composé dès l’âge de12 ans, a travaillé en écoutant des groupes comme YES et s’est permis d’écrire une sonate à 15 ans; un prodige se permettant de naviguer dans le classique indien, le classique occidental, le choral, le Moyen-Orient, le rock progressif, le new age, la samba, l'Afrique, le jazz fusion, le heavy metal, le latin et l’ethnique; des pièces sonores fascinantes quelque part entre Porcupine Tree et Mahavishnu Orchestra, une fusion instrumentale reliant Occident et Orient, du rock prog art-musical.

« Cry For Freedom » et une sonate piano violon de Matias, voix féminine langoureuse, spleen romantique, pièce d’introduction à cet album parabole, musique classique world par excellence; un hommage de guerre pour la détresse bosniaque qui donne une vision musicale particulièrement émouvante des tourments de la vie, des brisures insurmontables. « Dancing with Elves » plus beau dans la candeur musicale, des sonorités classiques avec l’apport en 2e partie d’une guitare symphonique éclairée, un peu d’andalou, du symphonique orchestral, un son à part. « Istanbul Swing » pour une sonorité basse percussions indiennes, guitare virevoltante à la AL DI MEOLA, au grand MAHAVISHNU ORCHESTRA; une rythmique jazz-rock survitaminée avec des touches d’un QUANTUM FANTAY et sur le « Soul Makossa » de RIP DI BANGO.

« Mozaick » pour la pièce de l’album; un condensé de beauté orientale, du bouzouki, de la guitare, cithare, flûte, chœurs divins, une onde musicale pour un éveil du jour; ça tourne dans tous les sens, ça fusionne entre l’ethnique, la transe musicale indescriptible, un peu d’OLDFIELD pour les climats, un peu de VOLLENWEIDER pour la création spirituelle, un peu de magie religieuse; scène de bataille du « Seigneur des Anneaux » ou pas, intégrer 30 instruments et 130 pistes différentes, ça cause sur le jazz-fusion, sur la progression dans sa globalité; un brassage de sons et de genres qui transcendent la musique.

« Nights to Remember » pour une reprise hard rock remise au goût du jour, l’origine datant des années 80. Un thème du poète Dylan THOMAS qui nous plonge dans un titre opéra rock à la RAINBOW du bon vieux Ritchie ou à la BON JOVI, titre qui dénote avec les précédents, qui donne du pep à cet album décidément hors-norme. « Rage Before the Storm » avant l’orage, planant, bluffant, sidéral, introspectif, intimiste, la première musique du premier jour, propice au recueillement, un petit solo de guitare à la fin sublime, morceau ressourçant peut-être trop court.

« Shrill » sur la même vague avec apport du violon tzigane, une voix onirique sur une déclinaison latente, légèrement mélancolique, celle qui te ressource, le piano vient en grappes de gouttelettes d’eau, une base opéra rock avec des choeurs qui arrivent, note bluesy sur la fin avec l’apport d’une flûte sereine. « Tomorrow Never Comes », retour à l’Orient avec percussions, flûte, son de là-bas, crescendo comme sur ce titre de « passion » de Peter GABRIEL, voix rocailleuse hard un peu sur Russell ALLEN des SYMPHONY X ou d’AYREON, son avec basse omniprésente à la Chris SQUIRE (tiens, tiens!) et quelques nappes de claviers, final par un monologue phrasé. « Waiting » ou le titre guitare qui tue, ballade romantico-mélancolique avec son petit piano, voix à la ETERNITY X, voix qui monte comme l’air et final symphonique kitsch.

MORPHEUS PROJECT est un projet à part, world-prog-music d’un côté, fusion des continents, des genres et des codes, chaque titre façonnant un univers musical atypique. Un creuset de sensibilité, d’émotions dégagées, de superpositions de notes et d’harmoniques diverses; neuf tranches de vie musicales un peu fourre-tout dans lesquelles l’exploration des sonorités se joue au maximum. Mustafa KHETTY est novice dans le monde musical et vient de créer un album d’orfèvrerie musicale innovant dont vous risquez de tomber amoureux.

    1. Cry For Freedom (4:19)
    2.Dancing with Elves (6:18)
    3.Istanbul Swing (4:17)
    4.Mozaick (8:43)
    5.Nights to Remember (3:52)
    6.Rage Before The Storm (2:44)
    7.Shrill (5:55)
    8.Tomorrow Never Comes (7:15)
    9.Waiting (3:28)
    Total: 46’51’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Mustafa Khetty: All instrumentation
Matias Chapiro: Piano
Manuel Villar Lifac: Violoncelle
Arda Keremoğlu, emircan unsev: Guitares
Gustavo Eiriz: Violon
Sebastian Fahey: Clavier/synthétiseur et programmation
Zilan Küçükbalaban onur cobanoglu: Voix
Berke k oymen: Batterie