CHRONIQUE / REVIEW

Meadows

Modern Emotions

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 27, 2020

Format:

Digital, CD, Vinyl

Label:

From:

Freya Records

Pays-Bas / Netherlands

Alain Massard - January 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

MEADOWS est un groupe néerlandais fondé par le guitariste de SILHOUETTE de son surnom en fait; un premier album tout frais dans la lignée des DREAM THEATER, HAKEN, 30’’ TO MARS. Un son pour rêver, partir en nostalgie dans un esprit métal prog, presque essentiellement instrumental. Autant leur groupe d’origine proposait une déclinaison néo-prog bien convenue, autant MEADOWS sort des déclinaisons intenses au niveau du rythme; jetons-nous dedans.

« Dance with the Corpse Bride » et un instrumental acoustique bucolique au début le tout accompagné par une guitare acérée et cristalline avec ajout du piano classique d’Erik, comparse de Daniel sur SILHOUETTE; titre coupé en deux avec un break tonitruant et plus rythmé au milieu, amenant un solo guitare enragée pour suivre, puis piano et violon folk de Sophie à la fin pour mettre en appétit, fusion des instruments pour donner la particularité du groupe. « Modern Emotions » entame sur une belle intro énergique à la DREAM THEATER puis suit la voix épurée et délicate de Peter, plus dans la lignée elle des groupes des années 2000, moins criée, montée dans les aigues, mais bien sensible. Le riff donne une tonalité métal-prog tandis que l’air musical alterne entre passages doux (guitare acoustique) et rythmés dans la veine néo-prog par la suite; montée qui revient sur le final acoustique et intimiste ramenant aux froideurs scandinaves. « Nostalgia » sent le souffle de cette péninsule avec un titre nostalgique, mélancolique, un peu torturé par la voix et la guitare acoustique; une comptine ballade qui monte ensuite progressivement jusqu’à la sortie d’un beau solo mélodique. Un titre prog-rock-pop mélodique et austère. « Rebecca » et un autre instrumental chaleureux à la Steve VAI, sur une base percussions et basse assez fortes, emmenant les notes sur des rives progressives stylisées; souvenir sur les solos d’Aldo NOVA en son temps; rien de transcendant juste la beauté du solo guitare mélodique avec un aparté du violon qui vient casser le rythme et mettre un peu plus de relief.

« Powerture » et 8 secondes de toute beauté, spleen planant puis ça déroule toujours dans une veine rythmée avec entrecroisements des guitares; c’est chaud, énergique, aérien et démonstratif, rapide au niveau mélodique. Il y a de l’intensité, des passages synthé-guitare tonitruants qui se répondent à coup de notes. « Good Times » pour le 2e titre chanté avec douceur et un air convenu acoustique, arpège quand tu nous tiens! au départ; le plus ce solo long et bourré d’entrain de Ruud des WITHIN TEMPTATION que je n’ai jamais entendu aussi prolifique sur son propre groupe, solo qui semble couler et ne plus s’arrêter! Final avec le retour acoustique. «The Void » pièce courte et sublime, intermède musical cristallin avec des notes posées et réverbérantes, titre avec arpège atmosphérique de la guitare qui amène à « The Brave » et une intro comme je les aime, mélodieuse, sombre, piano et violon qui font partir, allez séquence souvenir avec KANSAS en fond; puis mise en route et sonorité à la KAMELOT avec la voix mise en valeur, le rythme progressif en soi, changements de tempo et une lente montée hachée qui amène à un solo de Richard d’HAKEN, solo lui bien dans la trempe de son groupe frais, aérien et limpide, solo qui conclut le plus long titre et le plus progressif avec un mélange savoureux entre le rock prog conventionnel et le prog métal plus construit.

MEADOWS a sorti un petit bijou de métal progressif mélodique au bout de trois ans de travail; de la progression métal en sonorités avec une texture plutôt mélodique, des ambiances parfois dark dépressives pour des textes racontant l’audace des rêves et fantasmes sur une base nostalgique; mais rappelez-vous aussi qu’on est bien sur une déclinaison majoritairement instrumentale auquel un vrai batteur aurait peut-être donné plus d’intensité il est vrai. Bref, du prog métal voir du métal prog qui dénote par ses parties d’arpège et instruments classiques qui en font une très belle surprise.

    01. Dance with the Corpse Bride (03:44)
    02. Modern Emotions (06:48)
    03. Nostalgia (04:12)
    04. Rebecca (05:23)
    05. Powerture (03:31)
    06. Good Times (05:48)
    07. The Void (01:18)
    08. The Brave (07:15)
    Total: 37’59’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Daniel van der Weijde- Meadows (Silhouette): Guitars, synths, drum programming
Jurjen Bergsma: Bass guitar
Peter Meijer: Vocals

With:
Erik Laan (Silhouette): Additional piano (1, 8)
Sophie Zaaijer: Violin (1, 4, 8)
Ruud Jolie (Within Temptation): Guitar solo (6)
Richard Henshall (Haken): Guitar solo (8)