CHRONIQUE / REVIEW

Marius Leirånes

Langtidsperspektiv

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

July 23, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Mario Champagne - August 2021

9,1

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici enfin une autre belle sortie intéressante pour cette année 2021 qui est bien avancée. Marius LEIRANES, claviériste de la formation PIXIE NINJA, présente un projet instrumental très personnel, son premier album solo axé sur l’histoire d’un point géographique bien particulier, sa terre d’origine, le lieu d’où est issue la famille LEIRANES depuis plusieurs générations, une ferme nommée « Leiranes » dans une petite commune norvégienne appelée « Langvassgrenda » située dans le Nord du pays, près du cercle polaire, où l’hiver il fait nuit pendant 6 mois et où l’été le soleil brille toute la journée. Produit en collaboration avec l’incontournable Jacob HOLM-LUPO (White Whillow, The Opium Cartel) et entouré d’une belle brochette de musiciens norvégiens aguerris ayant participé à des projets des formations WOBBLER, PANZERPPA, SUBURBAN SAVAGES, WESERBERGLAND et MOTORPSYCHO.

« Langtidsperspektiv » (Perspective sur le long terme) se présente comme un album concept relatant un ensemble d’évènements relatif à cette ferme et aux gens y ayant habité, dont le déboisement du site et l’installation des premiers habitants en 1640, l’émigration d’une partie de la population en Amérique au 19e siècle, la noyade sous la glace d’un père de famille en 1921, les conséquences de la deuxième guerre mondiale sur la santé mentale d’un ex-soldat, et le terrible incendie de 1959 qui mit toute une famille à la rue.

Cet album envoutant est développé avec un son nordique qui exprime le froid, l’isolement, la mélancolie pour traiter des drames vécus sur ces lieux, et qui suggère de vastes espaces boisés et des champs glacés et rocailleux, dans un style alliant musique électronique, « ambiant », « post rock » et rock progressif ». Je le vois comme un album de « Krautrock », symphonique très mélodique, à forte transmission de charge émotionnelle, très accessible aux sonorités extrêmement recherchées, très éclectiques, où les changements de rythmes foisonnent, tout en mettant évidemment le travail des claviers à l’honneur, avec de beaux développements amenant des montées en puissance qui nous embarquent dans cette fresque historique pour honorer des gens ordinaires.

Dans « Begynnelser », soit « Les débuts », on s’immerge dans une atmosphère de coupe de bois, peuplée d’échos, de silence et de paysages hantés par le sifflement du vent et la profusion de moustiques voraces. Il se dégage de ce déroulement cinématique une noblesse exprimée par des percussions vibrantes massives dans un crescendo dramatique, amenant une finale aux sonorités de synthé anciennes mariées à des plus modernes. « Amerika », se montre plus « space rock », avec des couches sonores multiples bien cadencées, pour ne pas dire hypnotiques, qui ornent une trame principale, secouée par le chaos des orages et des tempêtes, secouant ainsi l’intensité du rythme.

Ma préférée, « Isen på Bukta », « La glace sur la baie » nous offre une ambiance plus éthérée et magique, apaisante mais qui évolue lentement pour prendre une texture sonore grandiloquente massive. De toute beauté ! Avec « Granatsjokk », soit « Coup d’obus », l’intensité dramatique s’exprime par un martèlement répétitif du thème très cristallin, dans différents styles, y ajoutant mêmes quelques interférences bien placées pour la touche de modernité.

Pour conclure cet album, le tragique incendie mis en scène dans « 1959 », avec une mise en situation très spatiale, vibrante, vrombissante, à la VANGELIS. Ce titre exprime beaucoup de tristesse dans un mode très aérien, où les amateurs de claviers vintages vont se régaler, bercés par tant de bonnes vibrations. Un titre planant, atmosphérique mais résolument moderne.

A coup sûr, un album qui devrait plaire aux amateurs de TANGERINE DREAM, de VANGELIS, de WESERBERGLAND et de BREIDABLIK. Un album apaisant, mais aussi très captivant pour l’ensemble de ses évocations, de sa recherche sonore, et pour la patte de l’artiste qui rend le tout très actuel. J’ai bien apprécié l’ensemble de ces ambiances nordiques, dans un style musical auquel je porte généralement peu d’attention. On a droit ici à une mise en scène sonore qui exprime classe, sincérité et authenticité. Tout cela s’entend très bien, à n’en pas douter, au point de devenir addictif ! Bonne écoute !

    1. Begynnelser (7:17)

    2. Amerika (5:52)

    3. Isen på Bukta (4:21)

    4. Granatsjokk (5:22)

    5. 1959 (10:12)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Marius LEIRANES – Keyboards, Synthethizers
Jacob HOLM-LUPO – Various Instruments
Thomas MEIDELL - Guitars
Ketil VESTRUM EINARSEN - Flute
Gaute STORSVE - Guitars
Trond GJELLUM – Drums & Percussions