CHRONIQUE / REVIEW

Illusion of Gravity

Too Late

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 13, 2020

Format:

Digital

Label:

From:

Independent

Italie / Italy

Alain Massard - January 2021

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

ILLUSIONS OF GRAVITY est un groupe italien de néo-prog fondé en 2013, qui a sorti en fin d’année dernière son premier bébé, éloigné du RPI. Ici c’est sonorités prog à outrance avec un brassage de divers mouvements, néo à heavy prog; de fait cet album est un bon condensé des groupes dont ils ont longtemps assuré les reprises, groupes tel PINK FLOYD, GENESIS, PORCUPINE TREE ou PFM. Bon, disons-le de suite, cet album peut être surnommé OMNI (Objet musical non identifié) au vu du son développé naviguant entre vintage et son récent, proposant surtout des mélodies imparables innovantes et fraîches, d’où mon intitulé.

« Too Late » trop tard ou pas c’est une entame d’album sur une ambiance floydienne remarquable, intro symphonique avec basse à la WATERS, solo gilmourien, tout y est entre « Animals » et « A Momentary », des claviers à la GILMOUR de SAGA, on ne peut qu’être converti devant l’une des plus belles intro de 2020! La voix passe bien dans le registre néo prog monolithique, le piano final vous repose délicatement sur terre; beaucoup de groupes me reviennent en tête pour l’atmosphère je vous laisse trouver le vôtre
« Shining Bliss » sur une base clavier et un titre mélodique sans grande variété, sur du heavy prog à la VISION DIVINE, avec claviers et riff à la SAGA encore, la voix en retrait sauf vers la fin où ça bouge enfin un peu plus, solo fruité de très belle facture et finale en decrescendo
« Strange Home » et une intro rock nerveuse qui déstabilise un peu suivie d’un espace intimiste limite ballade où la voix de Federico est ici la plus expressive; niveau son j’y retrouve un peu du ALAN PARSONS PROJECT et de la session rythmique d’« Animals » des PINK FLOYD, ça part aussi sur du IQ puis ça remonte reprise de ce riff expressif de l’intro et les dernières secondes hard jouissives qui auraient pu durer un peu plus longtemps.

« I Can » … cherchez le garçon, intro aux claviers orientés 80’s à la fois new wave et science-fiction, un peu d’APP encore; puis ça monte en intensité et en rythme, parvenant à une structure prog-métal très fournie avec réverbérations de notes, changements de l’espace sonore avec un solo de guitare divin, oui divin pas possible que ce soit leur premier album. Du néo fusionnant avec du prog métal et quelques touches de métal prog pour un ressenti bucolique, jouissif, la plus belle piste selon moi, expressive et intuitive.
« Kua Fu » pour la pièce de 11 minutes qui entame directement sur un passage claviers-basse énergique racontant l’histoire de Kua Fu voulant apprivoiser le soleil, auquel le groupe met sa griffe en laissant la lune tomber amoureuse dudit personnage. Bon côté musique une base solide monolithique un peu jazzy même, genre « Et la croisière s’amuse » sur laquelle se greffent diverses déclinaisons progressives avec orgues vintage, violon, guitares dont trois solos différents; la voix est un peu étirée et manque de peps mais laisse la partie belle aux instruments très bien joués. Le final de plus de trois minutes part sur un épilogue calme, symphonique avec grosse caisse assourdissante pour revenir tout doucement de cette quête du soleil.

ILLUSION OF GRAVITY a sorti du rock progressif haute couture avec des ciselés de guitares et synthétiseurs affolants. Ces musiciens italiens ont un sens incroyable de la mélodie et le son étonnamment frais passant du prog dino à celui néo-métallique plus récent; un melting-pot de sonorités pouvant réconcilier les anciens et les nouveaux? un mélange de genres actualisés mettant ce groupe dans les meilleures découvertes progressives qui aurait pu terminer dans mon top 2020 si le temps ne m’avait pas manqué. Un album chroniqué ici pour me rattraper un peu de cet oubli. ILLUSION OF GRAVITY ou le rock progressif italien qui se démocratise agréablement.

    1. Too Late (8:56)
    2. Shining Bliss (6:27)
    3. Strange Home (6:31)
    4. I Can (6:48)
    5. Kua Fu (10:52)

    Total Time 39:34

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Federico Aluzzi: Rhythm guitar, lead vocals
Umberto Alberto: Keyboards
Alessandro Cascella: Guitar
Gabriele Zuddas: Bass
Davide Garofalo: Drums