CHRONIQUE / REVIEW

Il Buco Del Baco

Soto Il Segno Della Lampreda

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 4, 2021

Format:

CD

Label:

From:

Lizard Records

Italie / Italy

Roberto Cabral - October 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

IL BUCO DEL BACO un nouveau band Italien j’embarque bien évidemment, mais selon le site du groupe ce serait plutôt la résurrection d’un band italien des années 70, hum je fais donc mes propres recherches et je tombe sur le nom d’un band de 1970 GLI ALTRI qui a vue le jour mais aussitôt les sessions presque fini d’un premier album disparait de la carte. Curiosité ou résurgence de musiciens sexagénaires, on laisse planer le doute. Allons plutôt voir de quoi il s’en retourne musicalement.

On est ici dans un monde à la COUSTEAU une espèce d’odyssée sous-marine ou le protagoniste est à la recherche de sa bien-aimée dans l’antre de la lamproie. J’adore l’intro de ‘’Lo scafandro di Sandro’’ des vocalises proches de GENTLE GIANT et l’utilisations de claviers analogues ainsi que la production sonne très 70’s, ça commence plutôt bien. L’utilisation de l’orgue et la rhythmique basse et batterie concorde a cette descente aux abysses vers les fonds marins, on a affaire, mon oreille ne me trompe pas, à des musiciens aguerris, j’embarque dans la thèse du band seventies reformées avec des noms fictifs. Poursuivons notre périple marin avec ‘’Mi immergo negli abissi’’ pièce qui aurait pu s’insérer dans la bande sonore du film le Grand Bleu a la différence près du vocal proche de la folie du gentil géant, orgue hammond piano guitare synthé aérien ou plutôt abyssin devrais-je dire coté musique le tout me fait penser a du Banco Del Mutuo Soccorso. Poursuivons avec ‘’Dimmi Calamaro’’ balade légère comme Le Orme avait seul le don de nous les faire chanter.

‘’Il disprezzo della sogliola’’ le mépris de la sole !!! Quoi des paroles souvent absurdes et loufoques sensé nous faires rapprochés de la folie du Buco del Baco j’avoue m’y perdre un peu dans ce dédale sous-marin, mais musicalement une de mes pièces préférées de l’album ça crache l’encre de pieuvre, rhythmique d’enfer, basse et batterie militaire un orgue a la limite de la distorsion, superbe mélodie au piano une ambiance propre au 70’s j’adore. ‘’Un dedalo di corallo’’ une intro pianistique tellement Banco avec un certains FABRIZIO NOCENZI au touche noir & blanche, curieux rapprochement, un lien de famille ou encore un des deux frères de légende sous un autre prénom, à suivre. ‘’Forse e lei’’ très Jethro Tull version Benefit. Puis la pièce la plus longue à 8:36, ‘’Nel regno delle lamprede’’ ambiance feutrée du début avec flute et harpe, immersion marine assuré, vocale un peu juste et plus ou moins bien assuré que les précédentes, on descend au plus profond des eaux accompagnées de nappe d’orgue et synthé et toujours cette sensation de manqué d’oxygène, belle mélodie immersive, puis vers la finale une tentative de remonter à la surface avec le band en soubresaut collectif. Comme finale ‘’Il plagio di rosalisca’’ une ballade sans grand intérêt musicalement comme si notre Buco avait manqué d’inspiration.

Somme toute un album qui malgré sa durée très courte, à peine 32 :12 min., se veut un hommage au grand classique du prog italien tel Banco Le Orme et PFM. Ma curiosité et surement là votre est piqué à savoir si ces musiciens nous proviennent de l’âge d’or du Rock Progressivo Italiano ou bien de cette jeune génération qui leur voue une admiration sans borne. Le band est solide du début a la fin mis à part cette finale, c’est donc à suivre pour la suite.

    1. Lo Scafandro Di Sandro (2:22)
    2. Mi Immergo Negli Abissi (4:22)
    3. Dimmi, Calamaro! (3:17)
    4. Il Disprezzo Della Sogliola (3:10)
    5. Un Dedalo Di Corallo (3:16)
    6. Forse E Lei (3:50)
    7. Nel Regno Delle Lamprede (8:37)
    8. Il Plagio Di Rosalisca (3:20)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Carlo Mastrangeli - Drums, vocals
Gianni De Scalzi - Electric bass, vocals
Fabrizio Nocenzi - Moog, piano, vocals
Daniele Graziani - Hammond organ, keyboards, vocals
Gaetano Trionfanti - Guitar, vocals
Saverio Silvani - Flute, vocals