CHRONIQUE / REVIEW

Glass Kites

Glass Kites II

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

January 1, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Canada

Patrick Cossette - February 2021

8,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Je soupçonne un des membres du groupe GLASS KITES d’être un joueur de tours. Le 1er avril 2011, jour du poisson d’avril, je crois qu’il dit à ses collègues : commençons à travailler sur un album, laissons-le grandir pendant neuf mois, puis accouchons-en le 1er janvier. C’est ainsi que naquit neuf mois plus tard, le 1er janvier 2012, le petit « Éponyme ». Et la même chose se reproduisit exactement neuf ans plus tard : probablement une autre farce le 1er avril 2020, puis une autre gestation de neuf mois, pour mener à la naissance du petit frère « Glass Kites II » le 1er janvier 2021. Bon, je spécule sur la durée de ces gestations, mais une chose est certaine : GLASS KITES semble bien aimer fêter le nouvel an en grand!

Alors oui, neuf longues années séparent les deux premiers albums de ce groupe canadien, originaire de Vancouver. Malgré tout ce temps écoulé, pas beaucoup de matériel se retrouve sur ce deuxième opus, qui dure à peine 30 minutes (par ailleurs, leur premier CD durait également seulement 36 minutes; ils font dans le concis). Si vous avez déjà entendu leur premier album, vous ne serez pas trop dépaysé en écoutant ce successeur. On pourrait affirmer que ce sont des jumeaux; même les pochettes se ressemblent énormément! On y retrouve la même ambiance atmosphérique. Atmosphérique certes, mais constamment ponctuée de passages très rythmés. Un calme rapide. Comme quand le fond te fait planer, mais le tempo de la section rythmique est tellement rapide qu’un équilibre parfait en résulte. C’est vraiment efficace.

La pièce en introduction (9/10) est une magnifique instrumentale dont le début rappelle Mike OLDFIELD. Du « space » atmosphérique où guitare et piano s’entrelacent et montent graduellement en intensité, alors que les sublimes basse et batterie créent une atmosphère puissante. « In the Night » (8/10) introduit la voix de Leon FELDMAN, l’auteur des textes de ces albums. Une voix pas tellement puissante, mais douce et agréable. Voix qui est un peu trop en arrière-plan dans le mix à mon goût, mais c’est peut-être l’effet qui était recherché. C’est une excellente chanson, dont la section rythmique projette une nervosité palpable, mais sur fond calme. C’est difficile à bien décrire; on peut penser un peu à PINEAPPLE THIEF, mais faut l’écouter pour bien saisir. On se laisse s’envoler à l’écoute de cette pièce, qui est à la fois relaxante et entraînante. Ensuite, le premier des deux morceaux plus longs, « Leviathan » (8,5/10), offre un prog qui donne envie de bouger, un jeu de batterie original, un milieu de pièce légèrement jazzé suivi d’une tension culminant sur une très jolie ligne de basse mélodieuse. Des cloches sonnent de façon surprenante la fin de la pièce, en reprenant les quatre petites notes qui formaient l’essentiel de sa mélodie.

« Ideologue » (7/10), instrumentale sur un son de piano classique, vient réchauffer la scène pour la grande finale, une pièce de dix minutes intitulée « Discworld / Projector » (8,5/10), qui est à mon avis la pièce la plus aboutie et intéressante de ce court album. La plus prog, la moins atmosphérique. Plus dynamique, c’est une chanson à multiples mouvements. Dans une des sections, la voix y est plus proéminente, moins effacée et plus aigüe; j’aime beaucoup.

Il s’agit du premier album que j’ai entendu en 2021, et on peut dire que je suis très bien tombé. Très efficace, avec de jolies mélodies, et, au risque de me répéter, un heureux mélange de textures calmes et plus « punchées ». Alors en terminant, j’ai un souhait : que le petit farceur du groupe n’attende pas le 1er avril 2029 pour dire « je veux un troisième bébé » …

    1. Intro [Soviet] (03:26)
    2. In The Night (04:21)
    3. Leviathan (08:58)
    4. Ideologue (02:47)
    5. Discworld / Projector (10:38)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Leon Feldman - Vocals, Guitar, Keyboards, Piano, Synthesizer & Sequencing
Nate Drobner - Bass, Keyboards, Synthesizer
Curt Henderson - Guitar
Daryn Cassie - Piano, Fender Rhodes
Kyle Araki - Drums