CHRONIQUE / REVIEW

Glass Hammer

Skallagrim - Into The Breach

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 15, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

USA

Julian Zabelsson - November 2021

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Un an après « Dreaming City », le groupe américain GLASS HAMMER reprends là où s’était arrêté l’histoire du voleur à l’épée hurlante, l’amnésique en quête de son amour perdu. « Skallagrim – Into the Breach » est une ode de 74’ minutes, des compositions puissantes, surprenantes, tantôt éthérée et aérienne, issue de l’héritage Rock Progressif du groupe, tantôt Métal avec des riffs accrocheurs et des guitares taillées à la serpe, notre héros part en guerre, c’est une quête de vengeance qui se déroule dans nos oreilles. État des lieux :

On commence notre voyage en douceur avec le court « He’s Got a Girl » qui nous introduit à la voix angélique de Hannah PRYOR, suivi de « Anthem to Andorath » un Main Riff stoner bien pêchu (pensez au Sad But True de Metallica) saupoudré d’intentions mélodiques arabisantes, un cocktail explosif pour attaquer en force. S’en suit l’énergique « Sellsword » qui alterne les breakdowns et les riffs lourds sur fond d’orgue Hammond et de Guitare wah, du RATM à la sauce Canterbury si vous me permettez l’analogie. « Steel » embraye sur la même ambiance mais dans un registre plus Power Ballad, quand Dido rencontre Steward Copeland (si si j’ai entendu ça), un morceau d’une très grande richesse qu’il m’est difficile d’englober dans un seul paragraphe. « A Spell Upon His Mind » conclu cette première partie en nous apportant une ambiance Dark Synth planante et envoutante attestant déjà le caractère surprenant, riche et abouti de ce deuxième volet des aventures de Skallagrim.

L’instrumental « Moon Pool » met en avant Aaron RAULSTON et la basse de Steve BABB avec une rythmique asymétrique entêtante avant d’enchainer avec le bien nommé « The Dark » qui met cette fois-ci les guitares et le synthé à l’honneur dans une ambiance ténébreuse à souhait. « The Ogre of Archon » met fin à la trêve instrumentale dans une ambiance à la The Who où ce sont cette fois les hommes qui donnent de la voix. Arrive ensuite la pièce de résistance, je porte toujours une attention particulière aux morceaux éponymes des albums qui doivent pour moi représenter le mètre étalon de l’œuvre, et autant vous dire que « Into the Breach » ne déçoit pas en mettant en avant chaque instrument/instrumentiste dans une ambiance de road movie 80’s coloré et décomplexé.

Le dernier carré intègre les morceaux les plus longs de l’album, « The Forlorn Hope » reviens sur des riffs plus métal, avec le retour apprécié de Hannah au micro, et un interlude de guitare folk qui casse le rythme relativement soutenu de l’album. « The Writing on the Wall » prends une approche sonore plus moderne, qui une fois de plus rafraichi l’oreille avec une composition punchy et de belles harmonies vocales. Arrive la fin de l’album avec « Hyperborea », des guitares crunch et des harmonies plus lumineuses nous emmène au cours de cet épilogue poétique vers « Bright Sword » en suite direct et vers la fin de cette quête de vengeance riche en rebondissements. Je vous laisse le loisir de la découverte de la « bonus track ».

J’ai pris pour leitmotiv en devenant chroniqueur sur profilprog de toujours rester fidèle à mon ressenti sans prendre en compte le pedigree des groupes que je chronique et sans nécessairement chercher à connaitre tout leur historique musical. Toujours est-il que l’expérience parle pour Glass Hammer et qu’il serait bien malhonnête de bouder mon plaisir devant cette œuvre savamment écrite et interprétée par des musiciens dont la réputation n’est clairement pas usurpée, un album maîtrisé de bout en bout que je vous encourage à découvrir sans modération, si je devais pinailler sur un point se serait l’absence d’Hannah PRYOR sur tout le milieu de l’album et une fin un peu abrupte.

    1. He’s Got a Girl (1:02)
    2. Anthem to Andorath (4:37)
    3. Sellsword (6:08)
    4. Steel (7:27)
    5. A Spell Upon His Mind (4:03)
    6. Moon Pool (4:01)
    7. The Dark (2:41)
    8. The Ogre of Archon (6:11)
    9. Into the Breach (7:58)
    10. The Forlorn Hope (7:57)
    11. The Writing on the Wall (6:59)
    12. Hyperborea (9:42)
    13. Bright Sword (1:33)
    14. The Mind of Erling Hizzard (bonus track) (3:36)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Steve BABB: Bass guitar, keyboards, guitar, lead and backing vocals,
Fred SCHENDEL: Keyboards, guitar, lead and backing vocals
Aaron RAULSTON: Drums
Hannah PRYOR: Lead vocals
Featured:
Reese BOYD: Lead guitar
Brian BREWER: Lead guitar