CHRONIQUE / REVIEW

Fish

Weltschmertz

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

September 25, 2020

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Chocolate Frog

Royaume-Uni / UK

Marc Thibeault - January 2021

9,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

'Weltscmertz' est, selon Wikipédia: “un terme intronisé par l'écrivain allemand Jean Paul dénotant une sorte de sensation ou émotion dont un individu fait l'expérience lorsqu'il comprend que la réalité physique ne peut satisfaire les demandes de l'esprit.” C'est dans cet esprit que Derek DICK, alias FISH, nous présente son onzième et, selon ses dires, dernier album studio en carrière. Les sujets sont tous sombre, allant du coronavirus à la violence policière en passant par la violence conjugale, la guerre, la vieillesse, etc. Ne vous fiez pas toujours à la musique car, même si elle peut paraitre joyeuse, le message derrière les paroles de chaque pièce nous donne matière à réflexion.

La superbe “Grace of God” débute l'album: ayant comme thème le coronavirus, la musique nous fait ressentir la sensation d'impuissance face à l'inconnue qu'est cette maladie. Puissante et intense, la musique nous donne presque l'impression que l'humanité va perdre son combat contre ce virus. Vient ensuite “Man with a Stick”, où la violence policière est présenté comme un lent cheminement culturel qui, ultimement, mène ceux qui ont le 'pouvoir du bâton' à commettre des actes inutiles, voir douteux, tout en se sentant légitimes dans leurs gestes. La musique, avec les coups de bâtons entendus en arrière-plan, donne un ton un peu ironique à la chose, un peu comme l'avait fait GENESIS avec la pièce “I Can't Dance” mais en plus noir et sarcastique. “Walking on Eggshells” est une histoire d'amour où la violence conjugale fait partie du quotidien, fragilisant le lien entre les deux amoureux. Autant la musique est agréable, autant elle rajoute une touche d'ironie au message qui est aussi noir que plein d'espoir.

Avec un style rappelant la pièce “Change Of Heart” mélangée avec “Internal Exile”, “This Party's Over” est la chanson qui sonne le glas de la carrière de Derek DICK: se remémorant les belles années et les festivités qui tournaient parfois à l'excès, il mentionne haut et clair que 'les festivités sont terminées'. Enjouée et entrainante, la splendide “Rose of Damascus” nous ramène (presque) au temps où la musique de FISH avait encore des sonorités le reliant avec son passé au sein de MARILLION. C'est léger tout en étant sombre, c'est puissant tout en nous faisant sentir impuissant face au destin de la fille mentionnée dans la pièce. Le chanteur utilise à la perfection les mots et la tonalité pour les chanter, nous faisant ainsi participer aux déboires du protagoniste. On devient voyeurs sans s'en rendre compte. Puissant!

Le deuxième Cd débute avec une petite perle: “Garden of Remembrance” est une jolie ballade où l'on vit la maladie d'Alzheimer d'un homme et le désarroi ressenti alors qu'il essaie de trouver le lien entre des images, des sensations qu'il a, et la femme qui l'accompagne mais qu'il ne reconnait plus. Triste et percutant. “C Song (The Trondheim Waltz)” est une pièce de type Americana avec une petite touche 'Trad/Folk'. M. DICK a toujours eu le tour pour chanter ce type de chansons et y excelle encore! La pièce la plus noire de l'album est sans contredit “Little Man What Now?”. Sur un Slow-Jazz langoureux et sombre rappelant de vieilles pièces de PINK FLOYD, le saxophone de David JACKSON (VAN DER GRAAF GENERATOR) accentue l'effet de désespoir du protagoniste dépressif et nous entraine dans une spirale sans fin de négativisme et d'impuissance. FISH chante avec forte conviction et nous fait ressentir les émotions dudit dépressif. Assez réussi! “Waverley Steps (End of the Line)” est un Prog-Rock où Derek DICK raconte la montée au succès et ensuite la déchéance d'un protagoniste. La musique accentue avec justesse les divers étapes de la vie du 'héros' jusqu'à sa 'fin' où il est devenu itinérant, ramassant du change dans une station de métro avec son fidèle chien à ses côtés depuis le début. “Weltschmerz” me fais un peu penser à “Shadowplay” et/ou “Jungle Ride” par sa structure musicale. Il y a un petit côté noir qui est plutôt agréable et les 06:45 passent en coup de vent.

C'est un album qui représente très bien la carrière de FISH échelonnée sur presque 40 ans. Il nous étale ici le meilleur de son talent sur deux Cd et rien n'est de moindre qualité. Coup de chapeau à l'artiste pour terminer une carrière sur une si belle note! Indispensable pour ceux qui ont aimé FISH pour une partie ou l'ensemble de sa longue carrière!

    CD 1
    01. Grace of God (8:19)
    02. Man with a Stick (6:27)
    03. Walking on Eggshells (7:18)
    04. This Party's Over (4:22)
    05. Rose of Damascus (15:45)

    CD 2
    01. Garden of Remembrance (6:07)
    02. C Song (The Trondheim Waltz) (4:41)
    03. Little Man What Now? (10:54)
    04. Waverley Steps (End of the Line) (13:45)
    05. Weltschmerz (6:51)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

FISH / Vocals
Plus:
Steve VANTSIS / Bass, keyboards, guitars, programming
Robin BOULT / Guitar
John MITCHELL (FROST*, IT BITES, ARENA) / Guitar
Craig BLUNDELL (Steven WILSON) / Drums
Dave STEWART / Drums
David JACKSON (VAN DER GRAAF GENERATOR) / Saxophone
Liam HOMES / Keyboards
Foss PATERSON / Keyboards
Doris BRENDEL / Backing vocals
Mikey OWERS / Brass
SCOTTISH CHAMBER ORCHESTRA / Strings