CHRONIQUE / REVIEW

Dwiki Dharmawan

Hari Ketiga

Releases information

Release date:

August 19, 2020

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Moonjune Records

Indonésie / Indonesia

Yvon Scurti - February 2021

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Hari Ketiga, qui signifie Le Troisième Jour en indonésien, est le dernier album du claviériste, compositeur et producteur indonésien Dwiki Dharmawan. L’album est un album concept décrit comme étant un « improvopera » en 9 actes; il est en quelque sorte le carnet de bord décrivant un voyage spatial sonore et philosophique de trois personnages, soit la Terre (Mère), l’Homme (Fils) et ‘the Event Horizon’ (Père). On y traite de la destinée de la planète Terre et de ses habitants ainsi que de son assassinat par l’Homme. La trame narrative est inspirée du poème latin De natura rerume écrit un siècle avant notre ère par le philosophe Lucrèce ainsi que de Space Oddity de David Bowie. Les propos reflètent les préoccupations écologiques du musicien.

Dwiki DHARMAWAN a réuni à Barcelone trois autres musiciens en cette journée de mai 2017 pour enregistrer une série d’improvisations musicales. Puis, dans un second temps, Boris SALVOLDELLI y a ajouté des couches de voix aux intonations théâtrales. Des chants traditionnels indonésiens, enregistrés précédemment en 2012, ont été ajoutés sur 2 des 9 pistes. Le résultat est un CD double de 144 minutes de musiques largement improvisées réparties en 9 actes, la plupart d’une durée de plus de 10 minutes, dont les deux premières pistes, probablement les plus pertinentes, font plus de 60 minutes à elles seules. Chaque piste est aussi divisée en parties. Le volumineux livret qui accompagne le disque identifie bien chacune des parties. Il va sans dire que l’écoute intégrale de l’album peut être assez longue et exigeante; une écoute par étapes devrait permettre une meilleure appréciation de l’album sans se lasser.

La musique ayant été largement improvisée, on remarque la quasi-absence de structures mélodiques. Chacune des pièces est divisée en plusieurs parties et la musique évolue d’une partie à l’autre en augmentant le niveau de tension pour arriver à un sommet où les instruments s’élancent dans une improvisation teintée de jazz rock ou d’un free jazz digne des années 60 pour finalement revenir à un climat plus serein et se terminer ainsi. Prenons par exemple la pièce The Man, la pièce la plus longue du disque (34min02); elle débute par une ambiance flottante de piano, voix et guitares saturées, puis le piano acoustique prend le devant et instaure une ambiance chaotique. S’en suit une guitare fuzzée aux sonorités King Crimson alors que la voix répète ‘’Another Planet’’ et que le rythme s’intensifie. Le piano acoustique devient plus jazz et des cris s’ajoutent ce qui donne à la pièce une tournure free jazz 60’s et ce, jusqu’au milieu ou la musique s’adoucit avant de repartir de nouveau pour une montée de tension.

C’est le scénario suivi pour la majorité des pièces de l’album. La dernière pièce du premier cd, soit ‘’The Event Horizon’’ suit cependant un trajet plus conventionnel; la voix se fait plus jazzée et l’ensemble, moins chaotique. Probablement la pièce la plus réussie. À noter que deux actes incluent des chants folkloriques indonésiens mais ces chants finissent par être engloutis dans un magma sonore.

Nous avons donc un disque où les musiciens jouent une musique délurée aux ambiances et sonorités jazz et progressives, parfois teintées de bruitiste et même de drums and Bass. Les pièces sont d’une durée assez longue mais le tout fait penser à un immense vaisseau spatial qui se déplace lentement. La musique bouge continuellement ce qui maintient l’intérêt de l’auditeur et permet d’éviter de faire du sur-place. À l’occasion, certains passages peuvent paraître un peu confus, ce qui est tout à fait normal pour une session d’improvisation. Somme toute, c’est un disque où Dwiki DHARWAMAN continue d’explorer la fusion du jazz-rock au prog mais cette fois-ci, en comparaison avec son opus précédent ‘’Rumah Batu’’, en improvisant une musique plus corrosive, plus sombre. Mais le résultat est réussi et l’auditeur saura apprécier en autant qu’il soit disposé à se laisser entrainer dans ces paysages parfois tumultueux, parfois calmes.

    01. The Earth (28:21)
    02. The Man (34:01)
    03. The Event Horizon (13:49)
    04. The Loneliness of the Universe (19:22)
    05. You’ll Never Be Alone (6:52)
    06. The Truth (11:35)
    07. The Perpetual Motion (19:18)
    08. The Deal (9:36)
    09. The Memory Of Things (11:24)
    Total – 144:18

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Dwiki DHARMAWAN - Acoustic Piano, Mini Moog, Fender Rhodes, Harmonium, Occasional Vocal & Ambient Noises
Boris SAVOLDELLI - Vocals, Vocal Effects, Live Electronics
Markus REUTER - Touch Guitars® AU8, Live Electronics
Asaf SIRKIS - Drums, Cymbals, Occasional Ambient Noises
Guests:
Jeremias PAH - Voice & Sasando (track 6)
Endi PAH- Voice and Tambur (track 6)
Jonas MOOY with INGGU NDOLU Art Group- Voices, Sasando, Gong and Tambu (track 7)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020