CHRONIQUE / REVIEW

Drifting Sun

Forsaken Innocence

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 15, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Independent

Multi

Philippe André - Octobe 2021

9,2

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

DRIFTING SUN ou le bébé de Pat SANDERS depuis pas loin de trente ans (1994 exactement). L'homme de CHESHAM qui n'est plus à CHESHAM par ailleurs vient de passer d'une formation anglo-française à une formation franco-anglaise avec une pointe grecque ! Celle-ci n'est autre que John "JARGON" KOSMIDIS plus connu pour être le brillant frontman de VERBAL DELIRIUM et auteur d'un superbe album solo en 2020.

Les complices présents sont les deux français Mathieu SPAETER, fidèle six cordistes depuis l'excellent "Twilight" en 2017 et Jimmy PALLAGROSI derrière les futs, session man d'origine et qui a essaimé depuis dans de nombreux groupes progressifs et non progressifs (ZIO par exemple). Reste le seul britannique de la bande, qu'il n'est pas utile de présenter Mister John JOWITT.

L'ami Pat gâte son public en nous proposant presque soixante-dix minutes de musique et quelle musique comme nous allons le voir et l'entendre. "King of the Country" ouvre les hostilités et c'est ce qu'on appelle un épique avec ses onze minutes trente-six, l'un des hauts faits de l'album (9/10), magnifié par la guitare de Mathieu SPAETER et le violon d'un invité de marque en la personne d'Eric BOUILLETTE (l'une des pointes des niçois de NINE SKIES). Même combat, même niveau et même mieux à mon gout personnel avec "Insidious" magnifiquement chanté par John KOSMIDIS, vocaux tour à tour puissants ou tout en retenue émotionnelle, un titre dans la grande tradition des pièces emblématiques de DRIFTING SUN, arrosé par les somptueuses parties de piano et de synthétiseur de Pat SANDERS, on se croirait dans "Safe Asylum" (10/10).

"Dementium" qui suit, m'a semblé un ton en dessous, mais compte tenu du niveau de ce qui a précédé, c'est quelque peu normal, un ton en dessous ne veut pas à mes yeux dire mauvais, juste moins passionnant, malgré le solo défricheur de Ben BELL à l'orgue Hammond (8/10), manque peut-être une respiration instrumentale supplémentaire ? Délicate et surannée ballade "New Dawn" met en exergue la six cordes de Gareth COLE, une pièce avec un fort potentiel lyrique, digne représentante d'un néo prog classieux et classique (9/10).

Mesdames et messieurs, place maintenant au peplum londonien de ce "Forsaken Innocence" avec la pièce éponyme et ses plus de vingt-cinq minutes. Le maestro Eric BOUILLETTE au violon pour débuter l'affaire, c'est chiadé comme on dit chez nous, soutenu par l'ami JARGON et son timbre de voix habilement déposé et tour à tour enjôleur ou plus énergique tandis que le maitre de céans SANDERS himself nous envoie du lourd avec ses claviers multiformes ou protéiformes si vous préférez c'est plus classe mais la signification est la même !

Comme je ne peux pas écrire un livre pour un seul titre, voici ce que j'y ai trouvé en creusant avec mes petites mains habiles hormis ce que je viens d'écrire plus haut : magnifique violon (quatrième puis huitième minute, du pur KANSAS carrément puis dixième pour clore la première partie), piano délié (sixième minute), six cordes de Mathieu SPAETER tellurique digne d'un John MITCHELL donc ultra mélodique malgré sa puissance (neuvième minute) : la seconde partie maintenant....guitares et claviers en fusion dès l'entame, John JOWITT qui bétonne comme le très grand bassiste qu'il est (IQ "Ever", "Dark Matter" et "Frequency" je n'ai jamais apprécié "Subterranea" personne n'est parfait....) et Jimmy qui frappe comme un damné sur ses tambours ! (10/10)

Le piano/voix de "Time to Go" est trop court et la place conclusive "Hand on Heart" trop basique pour votre chroniqueur fétiche pour être jugés avec honnêteté. Un dernier mot sur la remarquable et très rutilante production de ce "Forsaken Innocence", à écouter LOUD sur vos nouvelles enceintes, comment ça vous ne les avez pas encore reçus ? DRIFTING SUN, l'album de la consécration ultime, l'avenir nous le dira ? Indispensable à mes yeux et à mes oreilles, vous l'aurez compris.

    1. King of the Country (11:36)
    2. Insidious (8:08)
    3. Dementium (9:10)
    4. New Dawn (6:48)
    5. Forsaken Innocence (Part 1) (10:51)
    6. Forsaken Innocence (Part 2) (14:52)
    7. Time to Go (2:28)
    8. Hand on Heart (bonus track) (4:48) *

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Pat SANDERS: Keyboards
Mathieu SPAETER: Guitars
John "Jargon" KOSMIDIS: Vocals
John JOWITT: Bass guitar
Jimmy PALLAGROSI: Drums

With:
Eric BOUILLETTE: Violin on tracks 1, 5, Guitar on track 7
Ben BELL: Hammond Solo on track 3
Gareth COLE: Guitars on track 4