CHRONIQUE / REVIEW

Deafening Opera

Driftwood

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 17, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Independent

Allemagne / Germany

Alain Massard - September 2021

7,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

DEAFENING OPERA que j’ai déjà chroniqué en 2018 sort ici un quatrième album suite à la conjoncture Covid toujours présente. Nés en 2005 ils s’orientent vite sur un son métal prog se rapprochant de ci de là des PORCUPINE TREE, ARENA, RIVERSIDE, FAITH NO MORE, ETERNITY X, ECHOLYN, GENESIS ou SYLVAN! Des voix variées avec des gros riffs, des ambiances progressives planantes, des ruptures de rythme, bref un bon groupe inventif. N’attendons pas plus pour vous signaler que cet album court est orienté acoustique ‘’unplugged’’ avec une pente jazzy, folk, funk, country et pop; un album singulier donc allons-voir de quel bois mouillé, flotté il est fait.

« Murghab Morning » pour une intro acoustique, basse et percussions vibrantes, air spleen et langoureux, idéal pour une attaque franche !! « 25.000 Miles » de ‘Blueprint’ avec un piano qui vient démarrer, tiens ça me rappelle un peu les MAIDEN UNITED et leurs reprises douces acoustiques car, vous l’avez compris on est bien là-dessus; j’ai lu une chronique de quelqu’un qui ne les connaissait pas, il croit que c’est leur marque de fabrique, il faut se renseigner un peu! Piano à la Philip GLASS répétitif, le reste genre bœuf acoustique.

« Snowman's Meadow » folk-song unplugged sur des notes jazzy, c’est doux, frais, long progressivement, cool. « Outlaw Feline » sur un rythme plus country, un air rapide auquel on rêve d’avoir la guitare électrique qui arrive juste le temps de quelques notes avec des consonances bluesy. « As Night and Day Collide » de ‘Let Silence Fall’ au piano, lent, majestueux, batterie jazzy; une autre facette d’un titre heavy prog à la base, déroutant, l’accent est mis aussi sur les voix en chœurs pour une ballade retravaillée. « Farewell Kiss » avec ici un banjo qui donne encore plus dans l’acoustique agréable de comptoir; douceur musicale à écouter après le travail dans un bar lounge branché; aparté avec la voix d’Alexandra en duo avec Adrien; un solo slide bien bluesy vient mettre une ambiance modérée.

« Man and Machine » reprise sur leur dernier aussi; intro rythmée qui peut choquer, l’air arrive soft, bluesy encore puis décolle en toute modération; les notes égrenées et le riff acoustique donne de l’énergie, le solo clavier puis de guitare essaie de nous faire décoller mais on est trop dans les souvenirs de leurs ébats électriques. « Little Stone » termine cet album sur le même constat, une chanson douce acoustique dont le refrain reste facilement en tête.

DEAFENING OPERA sans prévenir nous fait le coup de l’album acoustique, unplugged plutôt, mais avec des titres nouveaux et seulement trois reprises; une acoustique remplie de sensibilité, stylisé, agréable à l’écoute tant pour les sonorités jazzy que country. Un album bien fait avec de belles mélodies qui n’a presque plus sa place ici au vu du manque de profondeur progressive que l’on attend au minima. Attendons de voir le prochain … électrique.

    1. Murghab Morning (1:30)
    2. 25.000 Miles (5:58)
    3. Snowman's Meadow (5:55)
    4. Outlaw Feline (4:51)
    5. As Night and Day Collide (3:38)
    6. Farewell Kiss (5:32)
    7. Man and Machine (6:10)
    8. Little Stone (3:20)

    Total : 36’54’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Moritz Kunkel: Guitars, pianos, backing vocals
- Thomas Moser: Guitars
- Christian Eckstein: Bass, backing vocals
- Adrian Daleore: Vocals
- Konrad Gonschorek: Drums

With:
- Alexandra Stovall: Vocals (6)
- Tilman Eispert: Keyboards (1)