CHRONIQUE / REVIEW

Chain Reaktor

Homesick

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 05, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Independent

Pays-Bas / Netherlands

Philippe André - July 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Une entreprise familiale, telle se présente le quintet néerlandais CHAIN REAKTOR. Les deux frères LAAN Arjan et Bart ont formé ce combo il y a peu en plus de leur formation habituelle SKYLAKE qui œuvre dans un progressif à tendance porcupienne et auteur d'un unique album en 2019. Arjan et Bart peuvent aussi être présentés comme les fils de...... Erik connu pour être le brillant claviériste de SILHOUETTE, l'une des plus qualitatives émergences néo progressives de ces vingt dernières années (au risque de me prendre une volée de bois multicolore, je préfère SILHOUETTE à IQ ou PENDRAGON pour ne citer que la fine fleur de la musique progressive actuelle...Le quatuor est complété par le bassiste Mark OP TENN BERG.

La question principale que chaque lecteur et auditeur va se poser, quelle différence CHAIN REAKTOR va-t-il apporter par rapport à SKYLAKE et surtout SILHOUETTE ? Avant de disséquer l'ensemble de "Homesick", disons simplement que CHAIN REAKTOR apparait plus rock que les deux susnommés même si la beauté mélodique est une constante bien présente.

Le thème principal de l'œuvre est un voyage initiatique de l'humain au cœur de la ville en 2021, une ville pleine de tentations et pas que des meilleures, une ville qui pourrait être AMSTERDAM, LA HAYE, ROTTERDAM mais plus certainement UTRECHT, au lecteur de chercher pourquoi.....Commençons notre périple par le titre le plus long du disque " The Day That Never Came" et ses plus de dix minutes qui met CHAIN REAKTOR d'emblée à un très haut niveau qualitatif en terme de mélodies, avec des percussions recherchées et des chœurs rêveurs, la multiplicité des claviers d'Erik accompagnés par la six cordes brillante et efficace de Bart complétant et brossant un tableau musical de haute tenue, du néo progressif original proche du meilleur (9/10).

La flute introduit "Lonely City", le chant doux et légèrement voilé d'Erik LAAN pourra en gêner certains (votre serviteur en premier) il faudra de nombreuses écoutes pour l'apprivoiser surtout que la pièce est beaucoup plus heavy que la première, mais l'ajout des chœurs féminins (Suzan VAN DEN ENGEL chanteuse principale de SKYLAKE) aide à la digestion.... (7/10). Le court "Enjoy Your Life" qui suit sur fond de piano délié, pourrait avoir été écrit par Nick BARRETT (au hasard) sympathique sans être essentiel (7/10). Plus consistant et carrément heavy avec son groove de guitare introductif "The Lying King" éclate de toutes parts, éclairé et magnifié par la contribution précieuse du violon de Sophie ZAAIJER, une plage superbe dont je ne me lasse pas, assez réminiscente de SILHOUETTE finalement (toute ressemblance ici est purement fortuite, il va sans dire), peut-être un peu trop chanté ? (9/10).

Que dire du titre éponyme de l'album qui s'en vient après, avec son début (et sa fin...) diablement bucolique avant son envol proche du hard...L'originalité ici est due à l'intervention du saxophone de Martin STRECKFUSS et la guitare de Bart LAAN est au sommet en termes de lyrisme, quel remarquable mélange (combinaison mélodique serait plus juste), les huit minutes affichées sont ici bien trop courtes.... (10/10). L'avant dernière pièce "Stop Yelling", un peu à l'image du titre d'ouverture est inondée des percussions d'Arjan LAAN, son travail me rappelle un peu celui de Mattias OLSSON à ses débuts, c'est à dire plus percussionniste que batteur, la guitare de Bart racle et râpe (je n'ai pas dit rappe !) sur les deux tiers de la pièce, les claviers ont un peu plus en retrait, le morceau le plus difficile d'écoute sur l'ensemble de ce "Homesick" (7/10).

Le voyage se termine avec un millier de diamants et ces diamants brillent au firmament musical par la grâce (une nouvelle fois) du violon de Sophie ZAAIJER et de la six cordes pleinement lyriques de Bart LAAN, là encore ce titre est beaucoup trop court à mon gout et aurait mérité un traitement plus étendu... (9/10), le progster de base n'est jamais content !

Tout n'est pas parfait au pays des tulipes mais ce CHAIN REAKTOR peut figurer en très bonne place dans le panier batave.

    1. The Day That Never Came (10:33)
    2. Lonely City (6:33)
    3. Enjoy Your Life (4:46)
    4. The Lying King (8:01)
    5. Homesick (8:24)
    6. Stop Yelling (9:11)
    7. A Thousand Diamonds (6:29)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

- Erik Laan: Keyboards, vocals
- Bart Laan: Guitars, flute, vocals
- Arjan Laan: Drums, percussion
- Mark Op Ten Berg: Bass

With:
- Sophie Zaaijer: Violins
- Suzan Van Den Engel: Backing vocals
- Martin Streckfuss: Saxophone