CHRONIQUE / REVIEW

Carmine Carprice & Fernando Perdomo Project

Energy Overload

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

September 24, 2021

Format:

CD

Label:

From:

Cleopatra Records

USA

Mario Champagne - December 2021

8,7

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Quand la fougue d’un vétéran du rock rencontre le doigté magique d’un guitariste d’exception, il en résulte une galette jouissive qui porte carrément bien son nom, car la surcharge énergétique générée pourrait assurément ramener d’outre-tombe tous les Lazare de la planète. D’accord, on s’entendra tout de suite pour dire que cela n’est pas très Prog, même si on y retrouve des noms associés au genre comme PERDOMO (Todd RUNDGREEN, CURVED AIR) et SHERINIAN qu’on ne présente plus, mais il ne faudrait pas bouder ce plaisir pour une histoire d’étiquette. Quant à ceux qui se demande qui est APPICE, et bien, dans une époque lointaine, cet américain fut un batteur forcené pour les formations VANILLA FUDGE, CACTUS et KING KOBRA, et pour des vieilles gloires du rock, dont Ozzy OSBOURNE, Ted NUGENT, Jeff BECK et Rod STEWART avec qui il a co-écrit le tube international « Da Ya Think I’m Sexy? » que l’on retrouve en format instrumental sur cette galette.

Le APPICE- PERDOMO PROJECT ne fait pas dans la chansonnette et nous offre donc un album de leurs propres compositions totalement instrumentales, mais avec quelques vocalises sur une reprise d’une chanson de McCARTNEY, « Maybe I’Am Amazed ». La pochette de l’album semble annoncer un combat de poids lourds de la WWF, mais au contraire, on a droit à une excellente collaboration où la fusion des styles donne l’album idéal pour tester la puissance de votre amplificateur et par conséquent la patience de vos voisins, avec un rock décapant légèrement teinté de pointes de fusion. D’ailleurs, le premier titre porte bien son nom également, « Blow Speaker Boogie ». Ils ont le feu sacré tous les deux dans ce déchainement démentiel, qui devrait se traduire comme ceci : « Comment détruire un « kit de drums » pendant que le guitariste triture ses cordes comme s’il avait deux paires de bras ! »

Les variations de style sont nombreuses au cours du déroulement de cet album. Les titres « Funky Jackson » et « Pure Ecstasy », se montrent totalement funky, légèrement jazzy, alors que la pièce titre de l’album plaira aux amateurs de SATRIANI. A écouter en priorité pour obtenir rapidement une idée générale de l’ambiance magique, riche, texturée et délirante qui y sévit. Il y a aussi quelques moments calmes, mais pas trop, qui rendent cet album bien équilibré. Dont « Flower Child », avec son petit côté psychédélique, petit aspect que l’on retrouve également dans la guitare de « Rocket To The Sun », où les percussions maintiennent l’échafaudage d’un mur du son, une technique également reproduite dans « The Triumph ». Moment fort, la reprise de McCARTNEY qui prend ici une belle lourdeur sympathique et respectueuse de l’œuvre, sublimée par la voix de Mme McBROOM.

« Little Havana, Big Havana » plaira aux fans de Jazz fusion, avec son coté léger mais musclé qui annonce la « cool attitude » de « Da Ya Think I’m Sexy ? » qui prend ici un aspect reggae fusion savoureux. La guitare nous parle comme Donald DUCK, les notes résonnent dans des échos, difficile de s’en lasser ! Après cela, on enchaine avec « Starstream » qui semble vouloir se lancer dans les pas de « Ballroom Blitz » de SWEET, mais en plus lourd et soutenu par une rythmique intense. Quant à « Thunder », qui est nettement plus « space » et fusion, elle gronde comme un rutilante machine, débonnaire et fière, entre fausse sagesse et psychédélisme timide. L’album se termine par une courte prise nommée « Reprise » qui ne va nulle part, mais on suppose que nos musiciens, fiers de leur coup, ont dû décider de la conserver pour la postérité ! Bon !

Que reste-t ’il à dire ! J’ai pris un grand plaisir à laisser tourner cela en boucles, car cette galette d’énergie très positive devrait être prescrite à tous les gens déprimés pour leurs faire oublier leurs soucis. Un batteur percutant, un guitariste de génie, la potion résultante est contagieusement dynamique par son flux constant de lourdeurs et de riffs entrainants. Ce n’est pas vraiment Prog, mais ce n’est pas une raison pour ne pas y tendre l’oreille, car les pépites y sont nombreuses ! Titres préférés : Pas facile, il y en a trop ! Bonne écoute !

    1. Blow Speaker Boogie (5:03)
    2. Funky Jackson (3:57)
    3. Energy Overload (3:58)
    4. Flower Child (4:28)
    5. Rocket To The Sun (3:13)
    6. Pure Ecstasy (5:21)
    7. The Triumph (4:01)
    8. Maybe I’m Amazed (4:41)
    9. Little Havana, Big Havana (4:57)
    10. Da Ya Think I’m Sexy? (5:05)
    11. Starstream (3:28)
    12. Thunder (5:21)
    13. Reprise (0:39)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Carmine APPICE – Drums and Percussions
Fernando PERDOMO – Guitars
Derek SHERINIAN – Keyboards (3,6)
Durga McBROOM – Vocals (8)