CHRONIQUE / REVIEW

Blue Hour Ghosts

Due

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

February 12, 2021

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Rockshots Recrods

Italie / Italy

Mario Champagne - April 2021

7,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Malgré son nom anglais, BLUE HOUR GHOST est bel et bien un groupe italien, de la vile de Modène, qui a lancé son bien nommé deuxième album « Due » en février dernier, et qui fait suite à leur album éponyme de 2016. Un deuxième opus qui poursuit dans la veine du premier album en mélangeant, selon les informations du groupe, différents styles dont le rock progressif, la musique classique, du gothique et de l’alternatif, au sein de neuf titres relativement courts. La formation que je découvre ici, s’annonce quant à elle compatible avec les fans de KATATONIA, PORCUPINE TREE et AMORPHIS. Quant au nom étrange de la formation, il fait référence aux pensées sombres, à la rage, aux doutes et aux regrets qui envahissent les individus à leur crépuscule, et c’est donc ce que les membres de cette formation tentent d’exprimer par des sons d'une mélancolie douce, persistante et par d’élégantes agressions rhythmiques de métal progressif.

Il en résulte un album où le chant à une place prépondérante, souvent plaintif avec de beaux effets au niveau support vocal, dans un ensemble de titres très mélodiques. Mais les fans de longues démonstrations techniques et d’envolées musicales complexes resteront sur leur faim. L’ensemble des titres sont concis, entre quatre à cinq minutes, mais bien produits et souvent avec un fort potentiel pour les radios commerciales. Pour ma part, j’ai trouvé l’ensemble plus près du hard rock que du Prog mais cela n’enlève rien à l’ensemble qui est de très bonne qualité. Cela oscille entre des passages très lourds et extrêmement légers. Fait remarquable, chaque passage d’introduction est très intéressant, et ils savent ouvrir les pièces en en y mettant les accroches nécessaires là où il faut. Le chanteur, à la voix rugueuse, se débrouille irréprochablement bien en anglais, et prend toute la place, ce que l’on pourrait lui reprocher dans une formation de Prog métallique, mais comme j’ai perçu leur travail comme étant plus près du hard rock, cela ne jure pas avec ce style. Il fait très bien son boulot de « showman ».

Globalement, j’ai trouvé que sur neuf titres, sept de ceux-ci donnaient de fortes impressions de similarités, créant ainsi un certain sentiment de redondance. Il y a quelques passages de ballades assez mélodiques, et au niveau chant, cela se déroule à merveille dans ces moments-là. Je n’ai pas trop perçu les passages de musique classique annoncés, possiblement dans une petite section de « Lower The Wires », le titre qui est le plus « Prog » à mon avis avec ses nombreuses variations, mais il y a surtout une forte influence d’électro, comme certaines sonorités à la DEPECHE MODE, dans tout cela qui avec les riffs métal des guitares enragées exultent d’une puissance certaine et on peut imaginer que tout cela doit bien faire vibrer les cages thoraciques en « live ». Du bon travail bien fignolé mais qui pour être encore plus excitant pourrait comprendre quelques longues sections instrumentales pour maintenir le niveau de frénésie. Titres préférés dans l’ordre : « Involved/ Bored » qui passe de la douceur à la rage, « Disheartened » qui sort carrément du lot et « Walking Backwards » Bonne découverte !

    1. Walking Backwards (4:01)
    2. On Black Clouds (3:45)
    3. Dead in August (5:12)
    4. Damn Wrong (4:23)
    5. Shine (5:19)
    6. Fearless (4:00)
    7. Lower the Wires (3:57)
    8. Disheartened (4:27)
    9. Involved/Bored (3:52)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Ricky DC - Vocals
Diego ANGELI - Guitar
Francesco POGGI - Guitar
Simone PEDRAZZI - Keyboard
Matteo MALMUSI - Bass
Andrea FEDREZZONI - Drums