CHRONIQUE / REVIEW

Anders Buaas

Tarot

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 24, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Mario Champagne - July 2021

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Pour faire suite à sa longue trilogie « The Witches of Finnmark », Anders BUAAS, compositeur et homme-orchestre norvégien, nous propose un tout nouvel album, son quatrième, entièrement instrumental avec pratiquement 77 minutes de création. Il s’agit d’un projet qu’il développait depuis plusieurs années et qui est finalement arrivé à maturité. Il comprend 22 titres basés sur les thématiques riches en symboles des cartes du jeu de Tarot. Le tout est superbement illustré par la peintre Mme Verena WADDELL, et il est même possible d’obtenir un jeu de Tarot de celle-ci par l’entremise du site « Bandcamp » de BUAAS, si vous vous sentez une âme de diseuse de bonne aventure.

22 titres, cela fait beaucoup à écouter et je ne peux faire en quelques lignes une revue exhaustive de chacun d’entre eux. En revanche, des titres sortent du lot et aussi des catégories. Il y a plusieurs courtes pièces très acoustiques (« Temperance », The Star », « The Moon ») où souvent des duos de cordes (guitare, banjo ou mandoline) reproduisent avec simplicité le symbolisme des cartes. On en retrouve plusieurs vers la fin de l’album. Une contrepartie à l’ensemble des pièces instrumentales très travaillées et chargées en instrumentation, où les variations de tempos s’invitent amenant souvent trois atmosphères différentes dans la même pièce. Il s’agit là des titres les plus longs.

Deux forces notables dans cet album frappent de plein fouet. Le positivisme et le talent créatif qui colle au symbolisme. Le moins qu’on puisse supposer, c’est qu’Anders BUAAS est un homme heureux qui transpire de joie dans sa musique. Probablement dû à une surdose de vitamines « Pierre-à Feu », mais cela fait drôlement du bien d’entendre une musique si enjouée, le qualificatif qui colle le plus à cet album. Entre folk et folk médiéval aux rythmes rapides qui incitent au tapage de pieds (« The Magician », « Fortune », l’excellente « Strength »), et rock’n roll (« The Fool »), il nous crée là quelques beaux murs de sons amplement nourris par la multitude de couches d’instruments. Il faut dire que le banjo de BUAAS, instrument plutôt ringardisé, trouve ici ses lettres de noblesse (« The Hermit », « Judgement ») et dégage une énergie folle assez délirante.

L’autre force de BUAAS, c’est cette capacité de transcrire en musique le symbolisme de ces cartes mystérieuses, de transmettre l’essence de ces thématiques. On ressent la majesté solennelle de l’impératrice (« The Empress »), l’aura de mystère de l’Oracle (« The Hierophant ») au son plus lourd et hypnotique avec de bons passages de guitare blues. « The Hanged Man », l’homme pendu, nous souffle subtilement un air de western, tandis que l’escalade de la vertigineuse tour (« The Tower ») nous prend d’effroi par son psychédélisme et ses notes qui sonnent comme des cris de frayeurs. On ressent même l’angoisse et la froidure de la mort (« Death ») sur un titre qui a de belles affinités avec des airs d’Alan PARSONS PROJECT.

Maintenant, parmi celles que j’ai le plus appréciées, il y a des perles. Tout au long de l’album, dans la danse qui anime les cordes et les claviers, on arrive à entendre régulièrement des sonorités typiques du vieux GENESIS (bonheur!) et de Steve HACKETT. C’est le cas dans « The Hierophant » où des atmosphères variées prévalent. Elles sont bucoliques, lourdes et dynamiques, avec une finale qui vaut vraiment le coup. « The Sun », pour une musique ensoleillée, radieuse, éclatante comme ses notes cristallines qui scintillent comme des paillettes. Quant à « The Lovers », Anders BUAAS, livre un titre joyeux et folklorique dans une démonstration d’instruments à cordes où le banjo exprime la gaieté, la mandoline s’exprime avec classe et la guitare électrique assène le punch requis pour instaurer la touche de modernité par un plaisant mais court solo.

Personnellement, j’ai adoré cet album car entrainant, et plein de surprises par les continuelles arrivées inopinées d’instruments dans le décor. Par son originalité et son entrain, il détone et se démarque de l’ensemble des productions actuelles. Quant à la performance, tout simplement impeccable! Vraiment, un album à prescrire en cas de déprime et à se faire rembourser par la sécurité sociale. Prenez note qu’une version en double vinyle de cet album sera disponible à partir du 9 juillet prochain. Bonne découverte!

    1. The Fool (2:05)
    2. The Magician (3:28)
    3. The High Priestess (5:11)
    4. The Empress (2:28)
    5. The Emperor (1:52)
    6. The Hierophant (7:35)
    7. The Lovers (3:39)
    8. The Chariot (5:09)
    9. Strength (3:53)
    10. The Hermit (4:06)
    11. Fortune (3:14)
    12. Justice (3:16)
    13. The Hanged Man (6:28)
    14. Death (5:05)
    15. Temperance (1:19)
    16. The Devil (2:02)
    17. The Tower (1:29)
    18. The Star (2:20)
    19. The Moon (1:30)
    20. The Sun (4:16)
    21. Judgement (1:25)
    22. The World (5:01)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Anders BUAAS – Acoustic & Electric Guitars, Bass, Mandolin, Banjo, Drums & Percussions, Glockenspiel, Keyboards & Theremin