CHRONIQUE / REVIEW

Accauno

Punto Di Fuga

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

June 7, 2021

Format:

Digital, Vinyl, CD

Label:

From:

Independent

Italie / Italy

Mario Champagne - October 2021

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Malgré les nombreuses difficultés rencontrées dans le Nord de l'Italie depuis le début de la crise sanitaire, les milanais d'ACCAUNO ont finalement réussi à compléter avec grande fierté leur quatrième OPUS « Punto di Fuga », leur point d’évasion, qui fait suite à « Virus » de 2012, « QELU » de 2014 et « Scatti Rapidi » de 2018. C'est l'un des groupes les plus appréciés de la scène underground locale mais privé de public depuis deux ans, celui-ci s'est concentré sur ce nouvel album, offrant ainsi dix titres inédits composés, arrangés, chantés dans leur langue nationale, joués, produits par leurs soins et enregistrés au « Real Sound Recording Studio » de Milan.

Les musiciens qui composent la formation sont aguerris, car tous ont évolués au sein de différents groupes, dans différents genres, tout au long de leurs carrières. Les débuts d'ACCAUNO remontent à la rencontre d'Andrea TOSINI et Giuseppe PIANESE en 2010. Né en quatuor, le groupe a évolué au fil du temps avec diverses collaborations et à partir de la rencontre avec Mattia PANERONI au début de 2016, il devint ainsi un « Power Trio » énergique et original, qui conjugue les expériences de ces trois musiciens passionnés.

Vous l'entendrez, ACCAUNO opte pour la simplicité dans le choix de son instrumentation, y allant presqu’exclusivement avec guitare, basse et batterie, quoiqu’on puisse entendre ici et là quelques autres instruments. Le groupe se caractérise par un style éclectique qui fait aussi bien des clins d'œil à la pop anglo-saxonne raffinée des années 80 qu'au Prog et au rock indépendant italien des années 90. Et pour nous, les amateurs de Prog, on appréciera le fait qu’ils ne font pas généralement dans la courte missive, optant plutôt pour des longs développements aux ambiances très variées pour lesquels ils ne sont pas avares de notes.

On appréciera candidement l’entrée en matière psychédélique, presque « space » rock de « Prospettiva Accidentale », où une mystérieuse et charmante voix de vielle dame déblatère une histoire pour laquelle ma connaissance limitée de l’italien ne m’a pas aidé. Ce qui est surprenant, c’est que nos amis chantent en italien tout en traduisant simultanément en anglais, et cela passe à merveille. Le ton des voix est intéressant et la qualité du chant est excellente, pendant qu’ils performent sur un bon rythme dynamique dans une progression hypnotique avec des outils de base, la preuve qu'on peut faire beaucoup avec peu, et qu’il est encore possible d’étonner avec une basse, une guitare et un ensemble de percussion. Une première plage qui introduit une chanteuse à la voix magnifique qui officie en support vocal, mais on y reviendra car ils ont là un diamant pur à exploiter ! Cette première composition se montre enlevante et contient même un passage de type « Rushien » très « lourd » assez excitant.

La chanson titre de l’album nous propose une introduction sous un subtil aspect jazz rock, où s’épanche une guitare cristalline en patrons répétitifs. Les voix d’ACCAUNO ne sont pas puissantes, mais elles conviennent efficacement pour les ambiances souvent feutrées qui sont développées. Ce titre plaisant à fort potentiel radiophonique, où abondent les fruits de la recherche de sonorités innovantes dont certains rythmes latinos, contient également un solo de guitare bien exécuté et captivant.

Avec « Trecuori », on croirait entendre un rock de garage dynamiquement lourd et frondeur dans le style MIDNIGHT OIL, et on pourrait même y trouver des similarités avec le folk rock underground des premiers albums de THE CHURCH, dans les sections les plus calmes. La même impression s’installe avec « Sintetica ». Une guitare aux cordes cristallines en toile de fond à la THE CHURCH, dans un titre à l’ambiance plus aventureuse. Une progression qui devient plus distordue, et dont le chant très clair engendre un contraste intéressant. ACCAUNO aligne le chaud et le froid, et complète le tout avec des rythmes très latins, ce qui pourrait en amener certains à souhaiter danser sur les plages de la riviera italienne. Sur d’autres titres, on notera qu’ils aiment bien les sons répétitifs et obsédants de guitare, tricoter adroitement avec cette basse versatile qui maintient le suspense, créer l’impression qu’il y a plus d’une guitare, où alterner entre Prog métal et instants bucoliques comme le faisait Rush dans ses vieux albums.

Dans les titres à retenir, « Parallelismo E Divergenza » où cette équipe fait belle figure, entre « space » rock qui devient hard rock puissant dans le style de LED ZEPPELIN, qui passe en mode acoustique pastoral dans le milieu, pour nous ramener ensuite un rock délirant ! Tout simplement, la banane ! Et que dire encore de cette superbe voix féminine inconnue de la chorale ! Décidément, dès qu’elle apparait, même brièvement, elle capte toute l’attention et je dirais qu’il faut absolument qu’ACCAUNO lui réserve une chanson complète juste pour elle, sur un autre album, car cette voix est magnifique ! Autre moment fort et dernier titre de cet album, l’épique « Sinapsi » qui bénéficie d’une sympathique entrée en mode rock classique, suivi d’insertions de passages de commentateurs de nouvelles s’exprimant dans plusieurs langues, au sujet des problèmes humanitaires de l’immigration africaine dans la Méditerranée, et possiblement au sujet d’autres problèmes mais c’est un peu la Tour de Babel inaudible. Une pièce instrumentale qui se bonifie sur la longueur et qui débouche sur cette voix féminine sublime qui donne le frisson, quand on n’est pas fait en bois ! Mais qui est cette sirène qui nous appelle à s’échouer sur son rivage ?

ACCAUNO nous offre là un beau petit bijou d’album, bien inspiré, interprété avec maîtrise, où règnent l’inventivité, l’humour et le bonheur contagieux de créer. Une belle pépite bien ciselée qui mériterait une exposition plus prononcée mais qui risque de passer inaperçue dans la déferlante massive des sorties d’albums. Pour ma part, c’est un candidat naturel à mon « Top 15 » annuel pour ses propositions rafraichissantes et ses ambiances sympathiques. Titres préférés : « Parallelismo E Divergenza » pour sa fougue, « Sospensione Infinita » pour l’émotion dans le chant et « Sinapsi » pour sa sirène. Ecoutez-le ! Bonne découverte !

    1. Prospettiva Accidentale (10:16)
    2. Punto Di Fuga (6:06)
    3. Trecuori (6:07)
    4. No Answer (6:08)
    5. Ombra (5:26)
    6. Sintetica (5:54)
    7. Parallelismo E Divergenza (6:45)
    8. Adattabili (8:22)
    9. Sospensione Infinita (4:22)
    10. Sinapsi (8:22)
    11. Ghost Track 1 (0:20)
    12. Ghost Track 2 (0:29)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Mattia PANERONI - Bass and Vocals
Giuseppe PIANESE – Drums and Vocals
Andrea TOSINI -Guitar and Vocals