top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Degenerator

The Abyssal Throne

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

November 24, 2023

Format:

Digital

Label:

From:

Self-Released

USA

Alain Bourguignon - February 2024

7,8

Facebook_logo-7.png
Google translation options below french text

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Derrière le nom DEGENERATOR nous trouvons BARRETT KLESKO. Non seulement il joue de la basse et des guitares - la batterie est occupée par Jonathan WEBSTER - assure le chant, compose la musique, écrit les textes et est l’auteur de l’artwork de « The Abyssal Throne ». N’étant bien servi que par soi-même, les deux comparses se sont chargés également de tout le travail en studio. Cela fait beaucoup mais il me semble que la réussite est au rendez-vous.

Faisons un tour du propriétaire, pièce par pièce, pour nous rendre compte : « Etarnalism » La fuite du temps. Beau contraste entre riff/rythmiques agressifs et chant doux. Jolie montée en puissance ensuite contrebalancée par une production moderne, clinquante même. « Finality » Un corbeau guette la fin de la dernière âme humaine pour la guider vers l’au-delà. Voix sépulcrale, tonalité un peu Doom, de la lourdeur mais aussi de l’équilibre. « The Day That Never Comes » Nous reportons nos vies dans un lendemain inconnu et oublions aujourd’hui (ici et maintenant). Batterie bien plombée, guitares affutées, lignes de basse efficaces. Voix hantée alternant avec un chant clair. « Darkness Prevals » Nous poursuivons des rêves vides. Argent et bonheur achetés. Mais tout ça pour rien. Excellent mélange de Doom et de Dark Metal dosé comme un cocktail grisant. Des superpositions viennent enchérir le mix sans l’étouffer.

« Neurotonic » La perte hante nos cœurs. Nous devons chérir nos proches avant qu'ils ne partent. Belle entrée en matière tirée des années 70 pour entrer immédiatement dans le son de notre époque. Le texte, en scansion ralentie, se place entre les parties instrumentales viriles et prenantes. La batterie, encore. « The Children Of The Night » Ils résistent à la tyrannie, sacrifient leur propre vie. Nous leur devons tout. Il y a, dans cette pièce, un côté pique, même si ce n’est pas le genre de l’artiste qui privilégie les morceaux courts. Il arrive, tout de même, à changer de climat à sa guise.
« Hiraeth » Une place dans mon cœur où je ne pourrai jamais revenir. Hiraeth m'appelle. Lourdeur, voix caverneuse/chant doux – parfois doublé -, ambiance mystérieuse bien campée et captivante. « The Spiral » Un esprit angoissé résiste à la culture moderne et cherche un chemin différent. Quelques jeux sonores puis l’explosion. Le parties calmes et légères offrent un contrepoint intéressant aux ondes telluriques qui s’imposent à leur tour. Le final est très agressif.

« Heart Like A Hole » Seul au monde à la recherche d'un but. Sa signification est un mensonge. Plage bien Rock, plus sage dans la forme, qui va droit au but. « For Every Truth » On se dit des mensonges que l’on croit vrais. Mais la vérité gagne toujours. Ambiance un peu psyché apaisante entrecoupée d’emportements instrumentaux. Le chant plaintif se glisse dans les interstices. « A Way Out » Mange les riches, mange les riches, etc. mange-les. Atmosphère plombée type TOOL ou NIN, juste pour situer. Excellente composition placée judicieusement en fin d’album.

‘’DEGENERATOR est une expérience sonore que j'ai menée pour libérer le bruit qui hantait mon esprit. Je voulais capturer l'essence des vieux Smashing Pumpkins, avec leurs guitares déformées et floues, mais aussi ajouter une touche de noirceur gothique que je trouve attrayante. Cet album est un changement radical par rapport à tout ce que j'ai produit auparavant. J'espère que mes fans suivants et ceux qui ne sont pas familiers pourront découvrir une nouvelle facette de ma créativité et un nouveau lien avec mon l'art. « The Abyssal Throne » est un voyage lyrique sur la façon dont je m'intègre dans le schéma cosmique. Il aborde des thèmes du temps, de la folie, du désespoir et du contraste entre l'obscurité et la lumière. La musique, qui est venue en premier, a été conçue pour correspondre à ces thèmes.’’ (Barrett KLESKO –DEGENERATOR)

A mon sens ce projet est parfaitement à la hauteur des objectifs qu’il s’est fixé. Ce disque présente beaucoup de qualité intrinsèque, de beauté formelle et ne souffre d’aucun manque. Belle réussite !

PISTES / TRACKS

    1. Eternalism (03:42)
    2. Finality (04:06)
    3. The Day That Never Comes (04:39)
    4. Darkness Prevails (03:58)
    5. Neurotonic (04:46)
    6. The Children of the Night (03:59)
    7. Hiraeth (04:06)
    8. The Spiral (04:13)
    9. Heart Like a Hole (04:15)
    10. For Every Truth (05:38)
    11. A Way Out (03:52)

    Total: 47:14

musiciens / musicians

Barrett KLESKO: Voice, guitars, bass
Jonathan WEBSTER: Drums

bottom of page