CHRONIQUE / REVIEW

McStine & Minnemann

II

Releases information

Release date:

December 4, 2020

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Independent

USA

Alain Massard - December 2020

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

McStine et Minnemann sont deux musiciens doués de la nouvelle génération, l’un a œuvré avec Paul GILBERT, Steven WILSON ou THE ARISTOCRATS, l’autre a travaillé avec KING CRIMSON, Joe SATRIANI, TEARS FOR FEARS, KING’S X ou IN CONTINUUM sous sa signature Lo-Fi Resistance; ils donnent dans le hard rock un peu thrash par instants de par le son, dans l’art pop, le folk, l’ambiant, le post punk le noise, le blues, le jazz, les musiques de film et un peu dans le prog métal, bref musique nouvelle je vous dis. Des lignes mélodiques et lyriques qui proviennent d’une fusion datant de 2018, c’est aussi leur 2e album qui sort cette année, faute entr’autres à la situation dramatique actuelle. Bon, disons-le de suite, ne vous attendez pas à du bon vieux rock progressif, ils repoussent par leur énergie les frontières musicales avec un nouveau genre pour fans aguerris de technique musicale.

« Love Before Algorithms » intro rapide, mise en bouche pour « I Don't Need It » titre pop rock fruité énergique, refrain entêtant, passant sur « I Don't Feel » aux allures plus anglaises, un peu de XTC pour le son, de Joe JACKSON pour le rythme frais, un peu des ARISTOCRATS ça tombe bien, la seconde partie donne dans l’expérimentation, le temps de se poser un peu et d’entendre les notes des deux compères couler limpides, enchaînement avec « Girls At The Gig » au tempo plus lourd, un riff nerveux bien rock et c’est déjà « Big Wave » toujours très fruité rock, titre court qui passe telle une vague. « Tired » pour un titre enfin prog dans le fond avec déclinaison à mi-parcours, riff zeppelinien énergique, la guitare flirtant ici sur des airs country puis sur certaines chansons des SUPERTRAMP; « REM » pour l’interlude musical aérien, guitare cristalline qui fait du bien, qui pose un peu les notes toutes en vrac pour l’instant, « Love After Algorithms » pour un ressassé du 1er titre encore en 20’’, pas le temps de se poser! Pour l’instant ça va vite, et il manque d’esprit prog je trouve mis à part les incartades instrumentales.

« The Flame » arrive comme l’instrumental le plus déjanté, agressif à la ZAPPA lorsqu’il se lâchait et voulait explorer des pistes musicales avant-gardistes; c’est prise électrique sur du 520 volts ici, tout est arraché, même la voix; « Old Sparky » continue avec là une dérive, une déclinaison à la TOWNSEND, un titre de 1minute qui sort autant de notes qu’en 5 minutes, désopilant dis-je! « Quarantine Sex Slave » et enfin un titre long (5 minutes) qui nous pose, une mélodie entrecoupée de notes bigarrées, la voix rocailleuse d’un chanteur des pays scandinaves, ça devient jazzy avec le piano en avant, bon c’est la mode en ce moment, un bon titre. « Hello Dear Miss Swan Song » enchaîne avec à nouveau un titre zappaiesque post-punk, un rien country, la voix est prise comme un instrument tandis que « dumbdumb » rentre dans le grandiloquent ou le burlesque en moins d’une minute. « Distant Bodies » pour le ‘’the riff ‘’ qui tue en fin de titre, ultra rythmé donnant du baume au cœur, sinon c’est toujours très frais, très rapide, une cascade de notes avec une batterie nerveuse et bluffant. « Running In Place » là je persiste, il y a de la sonorité et de la création à XTC, air frais, progression que l’on peut retrouver sur des titres de Kate BUSH, progression évolutive, titre frais, jeune. « The Horse Is Dead » vient finir cet album avec le titre qui va semer le doute, une batterie encore plus présente, une voix plus plaintive, un air plus froid et des notes de « Rencontres du 3e titre », superbe.

Un album qui se boit comme il s’écoute, un album enchevêtré par la batterie assourdissante dégageant des notes incessantes et les guitares et voix d’un autre côté. Un album étourdissant, assourdissant, loin du rock prog pour le son, plus près pour l’intensité des notes et des titres le faisant rentrer dans un concept album avant-gardiste. Ces deux compères n’ont pas voulu se morfondre de la crise sanitaire et le montrent de façon spectaculaire.

    01. Love Before Algorithms (0 :23)
    02. I Don’t Need It (3 :04)
    03. I Don’t Feel (4 :35)
    04. Girls At The Gig (3 :14)
    05. Big Wave (2 :58)
    06. Tired (4 :58)
    07. REM (1 :10)
    08. Love After Algorithms (0 :15)
    09. The Flame (1 :47)
    10. Old Sparky (1 :16)
    11. Quarantine Sex Slave (5;19)
    12. Hello Dear Miss Swan Song (1 :20)
    13. dumbdumb (0 :57)
    14. Distant Bodies (4 :00)
    15. Running In Place (3 :05)
    16.The Horse Is Dead (5 :01)
    Total! 43’22’’

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Randy McStine: Vocals, Electric and Acoustic Guitar, Bass, Keyboards, Percussion, FX
Marco Minnemann: Drums, Percussion, Electric and Acoustic Guitar, Keyboards, Vocals, Bass, FX
Guest:
Tim Palmer: Drums, percussions, keyboards

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020