CHRONIQUE / REVIEW

yynot

yynot

Releases information

Release date: June 1, 2018

Format: CD, Digital

Label: Auto-Production / Self-Released

From: USA

9,7

Mario Champagne - March 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Lorsque RUSH annonça sa retraite, les fans étaient dévastés. Un grand vide s’installa en eux, comme s’il s’agissait de la perte d’un être cher. Mais l’Esprit Saint de cette Trinité, sous forme d’une chouette qui vole la nuit, a jeté son dévolu sur une nouvelle formation très inspirée ce qui devrait ravigoter le moral des fidèles du « Power Trio ». Formation américaine, YYNOT a débuté sa carrière comme « Tribute Band » de RUSH, fruit de la rencontre de deux musiciens. La musique et les textes sont l’œuvre d’un seul homme, Billy ALEXANDER, guitariste, compositeur, producteur et mixeur, gagnant d’ailleurs de « Grammy Awards » en 2013 pour « Meilleur Producteur » et « Meilleur Album Country ». Il est aussi reconnu pour son travail avec des artistes comme John WAITE et Tom PETTY. Après avoir assisté à la tournée « RUSH 40 », ALEXANDER écrivit la pièce YYNOT en 2016, en hommage à ses idoles, qui inspirèrent sa volonté d’être musicien dès l’âge de 10 ans. L’idée d’un groupe vint à ALEXANDER quand il vit sur vidéos la performance de STARACE à la basse sur des pièces de RUSH. STARACE est un être possédé aux doigts agiles. L’idée était lancée. Mais à la différence de RUSH, ils sont quatre à occuper la scène.  La pièce maîtresse de cet avatar musical réside dans les cordes vocales d’une minuscule jeune femme qui doit faire dans les 35 kg, les cheveux mouillés.  La jeune Rocky KUNER, 20 ans, clone vocale de Geddy LEE, de la période « jeans trop serrés », nous sert une prestation vocale dont l’illusion est bluffante et fascinante. La pièce « Kingdom Come » en est le meilleur exemple. La demoiselle chante bien, et même très bien. Je ne veux pas faire de peine à mon idole Geddy, mais je dois avouer qu’elle chante beaucoup mieux. Heureusement, elle ne joue pas seulement au perroquet car elle arrive à imposer aussi sa propre de voix, qui pourrait faire penser par moment, à Alanis MORISSETTE.

 

Quand on écoute ces musiciens, on sent qu’ils sont amoureux de leur groupe fétiche. Ils ont compris et intégré tous les codes du style RUSH, les notes, les riffs, les silences, les passes plus rock’n’roll, la basse espiègle, les séquences de percussions, clochettes, « Wind chimes », « Tubular bells » et claviers qui faisaient la signature du son « RUSH ». Cette codification sonore bien acquise leur permet de créer des pièces avec ce son typique et on se dit que plusieurs de ces pièces auraient vraiment fait belle figure sur n’importe lequel album de RUSH. Mais pas de plagiat ici. Toute en finesse, un travail remarquable et un groupe qui a créé un album qui m’a fait pratiquer de l’« air guitar » dès la première écoute, une première pour moi depuis la parution, de « Clockwork Angels » de RUSH. Et je dois avouer sans pudeur, quelques larmes de joie pour toute cette nostalgie qui m’a remué les tripes.

 

Il s’agit d’un album « Hard Rock - Prog Rock », qui plaira au radio FM. On nous propose neuf pièces entre 4 et 6 minutes, à l’énergie fulgurante et contagieuse. Difficile de choisir une préférée. « Houglass » est une entrée de jeu monumentale. « Invisible Heart » aussi bonne et entrainante! « Etheria », avec un son plus hard du point de vue « instrumental » m’a fait penser aux moments musclés de « By-Tor » sur « Fly by Night » de RUSH. « To Come Back Home » plus soft, frise la balade. La plus longue avec 6 minutes, « Kingdom Come », chanson au texte politiquement engagé, devrait avoir la faveur populaire pour le mimétisme « Rushien » et le rythme endiablé de celle-ci.  « The Curtain Falls », qui parle d’amour, est une reprise plus musclée de ce que ALEXANDER avait écrit pour la chanteuse Alaina BLAIR. « Another Trip Around The Sun » est celle qui, à mon avis, présente une face plus personnelle de YYNOT. « Run On Love » aurait pu paraître sur « Fly by Night » de RUSH, vu son style. Et pour finir en beauté, l’hommage instrumental, « YYNOT » où on a passé à la moulinette des sections de « 2112 », « Farewell to Kings », « Hemispheres (The Trees)», « Permanent Waves » et « Moving Pictures » ! Belle cerise sur ce gâteau. Excellente performance.  YYNOT a livré la marchandise de façon impeccable.

 

Certains ayatollahs se plaindront que c’est trop copié-collé sur le modèle original, mais j’y vois plutôt une belle lancée transitoire vers un prochain album qui sera, espérons encore plus personnel, mais déjà, ils ont capté toute mon attention et mon respect. Excellents musiciens qui devraient briller ardemment sur la scène musicale. Groupe à suivre et à encourager pour le bonheur qu’ils savent donner. Personnellement, je crois avoir trouvé mon album numéro un de l’année. Je savoure cet hommage aux Rois !

Le Roi est mort ! Vive le Roi !  Vive YYNOT !

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Hourglass (5 :15)

  2. Invisible Heart (4 :22)

  3. Etheria (4:12)

  4. To Come Back Home (4:46)

  5. Kingdom Come (6:00)

  6. The Curtain Falls (4:39)

  7. Another Trip Around The Sun (4:15)

  8. Run On Love (4:38)

  9. YYNOT (5:05)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Billy ALEXANDER : Guitars, Keyboards and Backing Vocals

Rocky KUNER : Vocals

Tim STARACE : Bass Guitars, Keyboards and Bass Pedals

Joel STEVENETT : Drums and Percussions

Chris MOORE: Drums

Tony MORRA: Drums and Percussions

Macie SLICK: Violin

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019