CHRONIQUE / REVIEW

wish

stay here my friends

Releases information

Release date: September 28, 2019

Format: Digital, CD

Label: Auto-Production / Self-Released

From: Italie / Italy

7,0

Mario Champagne - January 2020

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

WISH est un groupe de rock progressif originaire de Rome, qui est actif depuis 1992 mais qui a lancé son premier album en 2019. Ce groupe est passé par une multitude de changements d’effectifs au cours de toutes ses années, a créé son propre studio d'enregistrement, et finalement, il y a trois ans, ils se sont décidés à enregistrer leur travail, soit six pièces, dont deux instrumentales. Le groupe comprend Piergiorgio FRANCESCHELLI qui se prête au chant en anglais, Massimo MERCURIO aux percussions, Salvatore PATTI aux claviers et Giorgio SIMONETTI qui œuvre aux guitares, à la basse et offre support vocal.  Leur musique et paroles se sont développés autour du concept des liens amicaux comme véritable rempart pour résister aux adversités de la vie, dans un style très « seventies », souvent « néo prog » typique du début des années 80. Plutôt plaisant au niveau instrumental, avec des réminiscences du style du vieux IQ, quoique le groupe par son travail de composition est arrivé à créer un « patchwork » de sonorités qui lui est plutôt propre, sans rien révolutionner, mais un album qui plaira probablement aux amateurs de claviers « vintages ».

 

Cet album débute avec le titre instrumental, « Like a Yes » aux influences variées, sans qu'on soit nécessairement capable d'identifier lesquelles exactement, tellement le mélange est dosé, quoiqu'un peu plus « seventies » que « eighties », où les nappes de claviers sont prédominantes avec l'appui serré de la guitare. Vient ensuite « Deep Wish » qui s'élève en crescendo avec la guitare, dans un développement très dramatique, suivi de couches multiples de claviers planants, dans une ambiance triste et nostalgique, tranchées par un bel éclair de guitare. On découvre la voix légèrement hésitante de FRANCESCHELLI, idéale pour l'ambiance instaurée, mais qui malheureusement n'est pas toujours d'une grande justesse.  Quelques chœurs fantomatiques synthétisés ajoutent à la densité ambiante dans un rythme rock plus soutenu très près du son du vieux IQ, période 80.  Dans « Dancing With Myself », qui n'a rien à voir avec le titre de Billy IDOL, l'ouverture vrombissante des claviers en duo avec la guitare exprime avec clarté la filiation avec IQ, suivi d'un style de chant avec un refrain accrocheur, sur une base symphonique avec une prépondérance au classicisme.  C'est le titre où le chant se marie le mieux avec la musique, et je dois dire une belle réussite.

 

La pièce instrumentale « Scrambled Eggs » poursuit dans la même veine dans un mode un peu plus hard, toujours avec ce dialogue guitare clavier qui écrase tout, les percussions toujours placées en mode « support discret ». Un titre plaisant pour ses multiples atmosphères et imbrications. Dans « Church », comme son nom l'indique, on fonce à l'église avec la grosse Bertha qui nous accueille. Solennelle cette introduction, pour nous amener un duo au chant, dans un style plus théâtral, exprimant tristesse et souffrances, suivi, d'un passage instrumental, avec bon riffs de guitare, rappelant du vieux MARILLION, période FISH. Pour conclure, « Stay Here My Friends », pas mal musicalement parlant mais qui malheureusement comprend une petite erreur de parcours, car au niveau chant, dans la première partie, le duo de voix déphasées agace plus qu'il ne renforce le propos et cela gâche tout. Le déroulement de la pièce est langoureux et âpre en même temps.  Les insertions de piano et de synthés, sont bien pensées, le tout se terminant par un beau jeu de guitare.  Heureusement, vers la fin de la pièce, au niveau chant, tout est remis en place, comme si on avait changé de chanteurs, ce qui est assez surprenant.

 

Pour un premier jet, l'entreprise est plutôt bien lancée et le résultat décent. Cependant, on devra pardonner plusieurs faiblesses au niveau justesse dans le chant dans quelques titres et quelques petits défauts de production, ici et là, où ça grince un peu (« Deep Wish ») ou quand certains instruments ne sont pas mis suffisamment en valeur. Malgré tout, les amateurs de « néo-prog » devraient y trouver quelques passages assez intéressants pour s'y attarder. Une identité propre émane de ces six pièces où un souci du détail et de l'originalité au niveau des compositions en font un album à bonne cohésion alternant moments calmes et puissants de savante façon.  Bonne écoute!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Like a Yes (4:07)             

  2. Deep Wish (8:49)     

  3. Dancing With Myself (7:54)     

  4. Scrambled Eggs (6:20)    

  5. Church (9:02)  

  6. Stay Here My Friends (6:39)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Piergiorgio FRANCESCHELLI - Lead Vocals

Massimo MERCURIO - Drums

Salvatore PATTI - Keyboards

Giorgio SIMONETTI - Guitars, Bass and Backing Vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020