CHRONIQUE / REVIEW

this winter machine

a tower of clocks

Releases information

Release date: June 24, 2019

Format: Digital, CD

Label: Festival Music

From: Royaume-Uni / UK

8,8

Philippe André - July 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Waouh ! Que de changements pour THIS WINTER MACHINE en moins de deux ans, pour une des formations qui fut une des révélations de ces dernières années en matière de musique néo progressive...Changement de label c'est un fait assez courant mais surtout changement dans la composition du groupe, car ne subsiste du premier album que le chanteur Al WINTER et le claviériste Mark NUMAN, le bassiste originel Pete PRIESTLEY ayant quitté THIS WINTER MACHINE il y a peu après l'enregistrement de ce "A Tower of Clocks".

 

Ce second album est conceptuel et les références à l'album précédent sont légion, à commencer par l'iconographie qui reprend les thèmes animaliers du renard et du harfang des neiges ; la pièce d'ouverture "Herald" est d'ailleurs introduite par le chant du harfang, une pièce instrumentale, néo progressive à tendance symphonique, avec les claviers de Mark NUMAN qui mènent la danse, logique car c'est lui le leader musical du groupe du LEICESTERSHIRE, certainement ma pièce favorite (9/10). La ballade "Flying" (9/10), remarquablement chantée par Al WINTER et fortement calquée sur RPWL sans être du plagiat précède le second et court instrumental "Spiral" très agréables, juste peut-être trop prévisibles? (8/10). Un peu plus de consistance avec "Symmetry and Light" qui met en évidence le travail de la paire rythmique,  un dièse pour les percussions d'Andy MILNER, un morceau énergique sans être violent, complètement néo progressif dans l'esprit et dans le ton (un ton qui mute quelque peu dans sa seconde moitié qui sera instrumentale) (8/10). "Justified" est introduit par des notes de piano et la voix suave et posée de Al WINTER, un morceau qui met en vedette le duo de six cordistes Graham GARBETT et Scott OWENS, un poil linéaire néanmoins (8/10). "In Amber" est le titre que THIS WINTER MACHINE a choisi comme "single", il débute lui aussi sur un duo piano/voix, c'est une autre ballade délicate, emphatique à souhait et réellement magnifique (oh là là ces claviers !!!), un morceau sans batterie... (9/10).

 

La seconde moitié de l'oeuvre maintenant, du moins en termes de minutage, car il ne reste que quatre titres ! "The Hunt", claviers profonds et mystérieux, complètement réminiscent d'un grand ancien, et comme je ne souhaite vous faire languir, citons là sans hésitation TWELFTH NIGHT, musicalement bien sur car la voix d'Al WINTER n'a rien de commun avec celle de Geoff MANN, elle est bien plus "jolie", ce titre met en valeur la guitare basse de Pete PRIESTLEY, que l'on avait peu entendu jusqu'à présent (9/10). Même type d'introduction claviéristique pour "Delta",  avant un déchainement de guitares (ce sera le morceau le plus hard de l'album, enfin pas trop quand même....), puis le retour du piano mais toujours avec ces six cordes bien présentes, et pour ceux qui connaissent ce "Delta" me fait irrésistiblement penser à un combo méconnu de la frange néo progressive britannique ALSO EDEN, par ailleurs auteur de plusieurs très bons disques depuis vingt ans (9/10).

 

Nous enchainons, sans temps mort, évidemment puisqu'il s'agit, je vous le rappelle d'un concept album, avec l'avant dernier titre "When We Were Young", introduit par une guitare slide et quelques motifs de synthétiseur doucereux, bien chanté mais c'est le cas depuis le début de l'oeuvre, un autre morceau sans batterie, très calme, qui passe "crème", un peu trop gentillet à mon gout, et s'il fallait n'en citer qu'un, le point faible de ce "A Tower of Clocks"(7/10). Nous clôturons avec "Carnivale" et ses neuf minutes onze, la pièce la plus étendue (de peu) qui débute façon boléro avec la mise en avant du piano, encore et toujours, puis des autres instruments à l'unisson, dont une guitare acoustique bienvenue, une pièce classique de ce que peut produire une formation de néo progressif. J'y ai trouvé une forte odeur musicale de IQ, surtout en ce qui concerne la section rythmique, qui sans être un monument musical s'écoute et s'écoule gentiment, nous dirons plaisant (8/10).

 

En conclusion, une oeuvre intéressante mais qui manque d'un petit grain de folie à mon sens, une oeuvre moins facile d'accès que le premier album du groupe britannique et qui comme le bon vin demande à se bonifier avec le temps.  

 

PISTES / TRACKS

 

1. Herald (8:48)

2. Flying (3:31)

3. Spiral (2:17)

4. Symmetry & Light (7:29)

5. Justified (4:39)

6. In Amber (3:57)

7. The Hunt (7:22)

8. Delta (8:26)

9. When We Were Young (5:16)

10. Carnivale (9:10)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Al Winter: Lead vocals

Mark Numan: Keyboards, Backing Vocals

Graham Garbett: Guitars, Backing Vocals

Scott Owens: Guitars, Backing Vocals

Andy Milner: Drums

Pete Priestley: Bass, Bass Pedals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019