CHRONIQUE / REVIEW

thirteen of everything

our own sad fate

Releases information

Release date: June 7, 2019

Format: Digital, CD

Label: Basement Avatar Records

From: USA

9,2

Philippe André  - July 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Quatorze années que Ted THOMAS et ses comparses de THIRTEEN OF EVERYTHING ne nous avait pas donné de leurs nouvelles ; quatorze ans à l'échelle de la musique progressive, c'est long, très long, de quoi tomber dans l'oubli indéfiniment. Heureusement pour eux (et pour d'autres), les réseaux sociaux mis à notre disposition aujourd'hui nous permettent de revenir vers des formations que nous avions oublié. THIRTEEN OF EVERYTHING nous vient d'AUSTIN-TEXAS comme un autre groupe que j'apprécie et dont nous n'avons pas de nouvelles non plus depuis quelques années PROUD PEASANT. Peut-être les musiciens des deux groupes se connaissent-ils ?

 

Une particularité forte de THIRTEEN OF EVERYTHING, la base du combo est la section rythmique, Ted THOMAS le batteur qui manipule aussi un synthétiseur sur la sixième pièce et Mick PETERS, le bassiste et joueur de Chapman Stick, tous les deux chantent et ma foi fort correctement...personne ne leur demande d'être Peter GABRIEL ou Jon ANDERSON :). Joe FUNK le guitariste de ce "Our Own Sad Fate" a quitté le groupe en décembre 2016 et Bruce MC INTOSH, le pianiste et claviériste de 2007 à 2015 aussi, ce qui a provoqué le retour temporaire à ce poste de Thad MILLER le claviériste originel, j'espère que vous suivez !!! Si parmi nos lecteurs quelqu'un se sent apte, THIRTEEN OF EVERYTHING recherche actuellement un claviériste capable de composer et de jouer les titres plus anciens du répertoire du combo texan.

 

Avant de détailler l'écoute des titres, précisons que la jaquette de l'album est originale puisqu'elle montre une boule de billard américain (évidemment) numéro 13 à l'envers (évidemment aussi) dans une flaque d'eau après le passage fort probable d'un cyclone, originale et humoristique. "Dark Energy" ouvre le bal, un titre complexe qui met le stick de Mick PETERS en évidence, un titre nimbé de claviers délicats, à écouter de nombreuses fois avant de l'apprivoiser (8/10). "Storm Season" comme son nom l'indique une référence immanquable à la pochette de l'album, mené par un joli motif de piano, un titre calme dans sa première moitié avec un tempo de valse, plus énergique dans sa seconde moitié, instrumental, donc enclin à me satisfaire (8/10). Viennent ensuite deux des plus longs morceaux de l'album : tout d'abord "Event Horizon" illuminé par le violon de Mark MC MILLAN musicien invité, avec toujours ce piano entêtant tout du long du morceau, la première pièce de l'oeuvre où l'on entend vraiment les guitares (beaucoup d'électrique et un peu d'acoustique joué par Joe FUNK et Brett COSBY pour le solo final), pour votre serviteur le sommet de ce " Our Own Sad Fate", instrumental et complexe mais....excellent (10/10). Nous restons dans un paysage musical aquatique avec "Walk On Water", la pièce la plus étendue et celle où les synthétiseurs en nappes sont les plus présents, les guitares sont torturées mais restent lyriques, la rythmique est recherchée, chaloupée, une pièce pas facile d'accès non plus (8/10).

 

Le court "Life is Change" (plus de cinq minutes quand même) est le morceau choisi par THIRTEEN OF EVERYTHING, pour présenter l'album aux médias et du coup détonne quelque peu avec le reste car c'est radiophonique et on se surprend à taper du pied en l'écoutant, totalement agréable néanmoins, j'ai trouvé un petit côté THE CARS ou Ric OCASEK solo dans ce morceau (on croirait vraiment les claviers de Greg HAWKES), incroyable et drolatique en même temps, avec trente ans d'écart (8/10), en fait de "petit côté" et après réécoute et réflexion, carrément "grand coté" !!! Avec "West Texas" pas de doute, nous y sommes bien ! Ça souffle, la tempête arrive, mais doucement, tout doucement, eh oui nous sommes au milieu d'une belle pièce acoustique et instrumentale, surprenante par rapport au reste de l'album, et...tout simplement superbe (9/10). Nous clôturons cet album avec "Plague" et ses presque neuf minutes, acoustique également en introduction, avant une grosse explosion rythmique à partir de la seconde minute (quel travail de Ted THOMAS sur les toms !!!), Mick PETERS nous "pète" les tympans avec son stick incandescente, une pièce plus rock que progressive par moments, complexe encore une fois, qui se clôt par une intervention de synthés spatiaux ; histoire d'atterrir ou plutôt d'amerrir puisque nous sommes au bord de l'eau....(9/10)

 

Excellent album qu'il vous faudra écouter avec de grandes oreilles, et une bonne dose de patience, due, énième rappel à sa complexité, une référence éventuelle globale = " Yes Album, Fragile, Close to the Edge" possible que cela vous dise quelque chose ? Pour ceux qui comme moi accrocheront, un album qui sera en bonne place dans les classements de fin d'année.

 

PISTES / TRACKS

1. Dark Energy (6:37)

2. Storm Season (5:17)

3. Event Horizon (8:43)

4. Walk On Water (9:28)

5. Life is Change (5:14)

6. West Texas (7:13)

7. Plague (8:58)

Musiciens / MUSICIANS :

 

- Mick Peters: Chapman Stick (1, 2, 3, 5, 7), bass guitar (3, 4), bass pedals (3, 5, 7), acoustic guitar (7), percussion, lead vocals (7)

- Ted Thomas: Drums, percussion, synthesizer (6), lead vocals (1, 5)

- Joe Funk: Guitars, synthesizer (6), guitar synthesizer (7)

- Bruce McIntosh: Piano (1, 2, 3), organ (1, 2, 3, 7), synthesizer (1, 2, 3, 4, 7)

 

With:

- Thad Miller: Synthesizer (5)

- Brett Cosby: Guitars (3, 5)

- Rick Clark: Lead vocals (4)

- Mark McMillan: Violin (3)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019