CHRONIQUE / REVIEW

the last detail

at last... the tale and other stories

Releases information

Release date: February 1, 2019

Format: Digital, CD

Label: Freia Music

From: Pays-Bas / Netherlands

7,2

Philippe André - May 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Voici une chronique un peu compliquée car la formation néerlandaise THE LAST DETAIL originaire de LA HAYE a existé peu de temps (1987/1991) c'est donc plutôt à un dépoussiérage ou plus prosaïquement à une réhabilitation que nous allons donner vie.  À noter pour la petite histoire que THE LAST DETAIL a eu l'honneur de faire la première partie de SAGA quand ces derniers ont joué au Paradiso, célèbre salle de concert d'AMSTERDAM.

  

Il y a sur ce double CD pas moins de quarante-et-un morceaux dont de nombreux doublons puisque le premier CD regroupe des morceaux retravaillés pour la plupart et même quelques nouveaux enregistrements, et le second CD est constitué de ce que le label FREIA Music nomme « The Original Tapes ».  Quoiqu'il en soit, l'ensemble de ces titres n'est jamais paru sur le même disque auparavant, la plupart de ces titres datent du début des années quatre-vingt-dix.  Les « Original Tapes » sont même un peu plus anciens, 1988 et 1989 plus exactement et n'étaient sorties à l'époque que sur cassette, le parallèle est facile avec "Tapes".  Les premiers ont été publiés sur une compilation SI MUSIC (défunt label batave) en 1991, pour la grande histoire cette fois ci, une compilation où l'on retrouvait des pointures du néo prog, enfin plutôt des groupes qui allaient devenir des pointures, tels que PENDRAGON, JADIS ou PALLAS pour ne citer que les plus connus de notre musique de prédilection; j'espère que tout le monde a suivi jusque-là?  Pour faire simple (sic) nous allons d'abord vous parler du second CD.

  

THE LAST DETAIL met essentiellement en vedette le claviériste et leader Julian DRIESSEN, ex musicien du méconnu YWIS.  La première production du groupe se nomme « The Silhouette » et parait donc en 1987 sous la forme d'un opéra rock; nous retiendrons positivement le premier titre, « The Prophet » servi par une rivière qui s'écoule, la première partie belle, délicate et symphonique de « The Battle » nommée « Alisia » et la troisième partie de ce même titre, intitulée « A New Beginning ».  A contrario, une autre pièce est difficilement supportable, « The Journey » qui malgré la remasterisation a très, très mal vieilli (avec ses synthés et sa batterie complètement disco des mauvaises années quatre-vingts, dommage car sa durée dépasse les douze minutes. Passons à « Waterford » paru un an plus tard (toujours sur cassette) sur lequel les titres forts sont le premier « Waterford Castle » pas spécialement progressif mais paré d’une belle ligne mélodique, puis le second « Bearhind Lane/Letter to Chadwick » qui au contraire est très progressif (avec un carrosse et les chevaux qui passent au galop!), le très symphonique et emphatique « Lucinda » et enfin « Near the Thames » pour son intro martiale aux synthétiseurs et le chant de Ruud STOKER qui se mémorise aisément (le tout est fort réminiscence des premières compositions de PALLAS avant la sortie de leur premier album, il y a pire comme comparaison).  Le reste manque cruellement d'emphase et surtout de vraie ambition progressive.

  

Retour maintenant sur le premier disque qui présente des pièces retravaillées et pour certaines modifiées par rapport aux versions antérieures ce qui est réellement bénéfique mais ce sont essentiellement les nouvelles pièces (les six premières dans l'ordre du disque) qui emportent l'adhésion, que ce soit le titre introductif « Man Out of Time » ou le suivant « The Wrong Century » nous ne sommes plus du tout dans le même monde, un monde néo prog toujours mais d'une qualité musicale bien supérieure; pour compléter le tableau, signalons aussi le brillant « Innocence » popisant en diable et superbement chanté par Ruud STOKER.  En ce qui concerne les nouvelles versions des morceaux anciens, nous dirons simplement comme l'autruche que ceux qui nous ont plu dans la première mouture sont aussi ceux qui nous plaisent dans leurs versions réactualisées (« Letter to Chadwick »/« Lucinda »/« Near the Thames »).

 

En conclusion, conseillons cette remise en forme de l'oeuvre complète de THE LAST DETAIL aux collectionneurs et aux complétistes, d'une façon plus harmonieuse si vous préférez aux Archéologues du rock progressif.

 

PISTES / TRACKS

 

1) Man Out Of Time (4:54)

2) The Wrong Century (6:48)

3) On The Edge (3:25)

4) Kingdom's Road (3:33)

5) Innocence (5:12)

6) Answers (3:28)

Songs from « Waterford »

7) Bearhind Lane (1:13)

8) Letter To Chadwick (3:08)

9) Lucinda (5:01)

10) So Many Night (3:59)

11) Mirrors (3:59)

12) The Feast (3:18)

13) Near The Thames (3:41)

14) Gloves And Boots (3:54)

15) The Document (4:37)

Songs from « The Silhouette »

16) The Overture (1:41)

17) Beneath The Waterfall (1:49)

18) Imagining (2:46)

19) The Forest (2:18)

20) The Duckery Mells (1:39)

21) Fire And Ice (3:44)

22) Alisia (5:15)

 

« The Silhouette » (Original Tape)

2-1    Overture (1:45)

The Prophet (4:03)

2-2a   The Prophet: One Man     

2-2b   The Vision   

The Journey (12:37)

2-3    Beneath The Waterfall (2:17)

2-4    Imagining (2:36)

2-5    The Forest (2:34)

2-6    The Prince Of Darkness (5:10)

The Battle (10:57) 

2-7    Alisia (2:34)

2-8    The Battle (Parts I & II) (5:18)

2-9    A New Beginning (3:05)

« Waterford » (Original Tape)

2-10  Waterford Castle (3:54)

2-11  Bearhind Lane / Letter To Chadwick (4:01)

2-12  Lucinda (4:09)

2-13  The Marquis Of W. (4:12)

2-14  Mirrors (3:52)

2-15  The Feast (3:35)

2-16  Near The Thames (3:56)

2-17  Gloves And Boots (3:07)

2-18  Fire In The Night (3:48)

2-19  The Document / The End (6:28)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Julian Driessen : Keyboards

Peter Stoker : Bass guitar

Andy de Zeeuw : Drums

Bart Feis : Guitar

Ruud Stoker : All Vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019