CHRONIQUE / REVIEW

shamall

schizophrenia

Releases information

Release date: October 28, 2019

Format: Digital, CD

Label: Laut and Leise Productions

From: Allemagne / Germany

8,5

Philippe André -  December 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

1986 --- 2019.  Non, non n'ayez crainte, ce n'est l'épitaphe de personne!!!  Ce sont juste les dates de la carrière musicale présente de Norbert KRUELER alias SHAMALL en tant que créateur de musique dite « progressive ». Trente-trois ans que le bonhomme compose sa musique, et brillamment! Je vous avais d'ailleurs déjà commenté ses deux albums précédents « Turn Off » en 2013 (à l'époque sur progressive-area.com) et « Continuation » en 2016 ici même. Ce « Schizophrenia » est le quatorzième disque de SHAMALL et il est double; alors bien sûr, il est long, très long même, puisqu'il atteint les cent cinquante minutes.  Et évidemment je défie quiconque de réussir à l'écouter avec attention d'une seule traite.  Pour celles et ceux qui sont familiers avec l'univers du bonhomme, pas de surprise Norbert fait du SHAMALL, son passé de disc-jockey ressort par instants dans ses compositions. 

 

Comme il m’est impossible de vous parler des vingt-deux pièces du disque, nous allons donc essayer de vous signaler les plus marquantes, celles à écouter en priorité, et à tout seigneur tout honneur avec la pièce d'ouverture et éponyme « Schizophrenia » qui approche les dix-neuf minutes (ce sera la plus longue sur l'ensemble du double cd, je vous rassure).  Il y a dans ce titre tout ce qui peut plaire à un maniaco progster, une progression lyrique constante (oui je sais c'est bateau) avec la mélodie principale qui se développe au fur et à mesure.  Malgré sa longueur, une pièce qui s'écoute facilement sans mal de crâne, bref du rock progressif tel que nous l'apprécions que nous pouvons rapprocher du ELOY historique de « Colours » à « Planets », avouez qu'il y a pire comme comparaison!  La pièce suivante « Thoughts part one » navigue dans les mêmes eaux tout en étant instrumentale; notons ensuite le très symphonique « The Inconvenient Truth part one » bâti sur le gosier puissant et un rien abrasif de Norbert KRUELER et bien aéré dans son final par les vocaux féminins de Anke ULLRICH qui, nous le verrons, fera beaucoup mieux plus loin. 

 

Puis le très virevoltant instrumental « On The Run » lui aussi digne des meilleurs moments du ELOY de l'âge d'or (malheureusement Hannes FOLBERTH voir Michael GERLACH ne semblent plus capables de nous proposer ce genre de développements synthétisés aujourd'hui). L'autre instrumental placé en huitième position « Yearning Moments » est du même tonneau, tout juste un peu plus calme dans son début. Puisque je vous ai parlé auparavant d'Anke ULLRICH, eh bien nous y sommes dans « Supernatural Dream » c'est elle qui porte le morceau en haut de l'affiche par son chant solo clair, imagé et d'une grande puissance, une plage qui comporte aussi du saxophone échantillonné, un brillant solo de piano de Norbert, et puis, et puis, écoutez... ça éclate de partout, probablement la meilleure plage de ce premier disque.  Je me prends à imaginer un tel morceau avec une vraie paire rythmique, si vous souhaitez nettoyer vos enceintes c'est le moment. En extrapolant quelque peu, j'oserais dire que ce seul titre justifie l'achat de l'album!!!  Premier cd, soixante-dix-sept minutes et rien de fondamentalement mauvais durant tout ce temps, c'est déjà un bel exploit. 

 

Le premier disque s'est clos par neuf minutes instrumentales, le second disque commence par « World of Emotions » presque douze minutes instrumentales... et c'est là toute la vista et l'intelligence de SHAMALL, qui sachant que sa voix n'est pas son meilleur atout, nous propose nombre de titres sans vocaux. Nous ne le savons pas encore mais ce titre d'ouverture sera l'un des meilleurs du second cd, auquel nous ajouterons « The Inconvenient Truth part two » complètement réminiscent du PINK FLOYD décliné par Roger WATERS dans sa carrière solo, que ce soit pour l'utilisation de la guitare, des claviers en tapis sonore avec bruitages divers obligatoires et les somptueux choeurs féminins théâtraux de Anke ULLRICH, un vrai bonbon de près de neuf minutes. « The Shape of Things to Come » est plaisant aussi tout en étant plus conventionnel, un morceau bien construit, avec une six cordes qui racle sérieusement, et encore les choeurs de Anke dans la partie finale, du vrai SHAMALL! 

 

Une Anke que l'on retrouve en chanteuse soliste dans la pièce suivante « We Are All In The  Same Boat » que tout le monde aura traduit facilement, traversée à nouveau par un saxophone samplé, une pièce qui se démarque quelque peu de l'ensemble de l'oeuvre, très agréable.  Le dernier morceau à signaler de ce second disque sera « Eyes of a Stranger » et ses plus de sept minutes, délicieusement (une fois encore) vocalisé par Madame ULLRICH qui apporte un élan supplémentaire à la musique de SHAMALL à chacune de ses interventions, pourvu que ce dernier la garde à ses côtés pour ses réalisations futures!

PISTES / TRACKS

 

CD 1 (77:09)

 1. Schizophrenia (18:55)

 2. Thoughts P.I (4:09)

 3. All The Answers (9:07)

 4. The Inconvenient Truth P.I (7:26)

 5. Frightened (2:43)

 6. On The Run (4:27)

 7. Foolin' Myself (4:45)

 8. Yearning Moments (6:20)

 9. Supernatural Dream (10:08)

10. It Leads To Nothing (3:31)

11. Thoughts P. II (5:38)

 

CD 2 (73:30)

 1. World Of Emotions (11:47)

 2. Meet Me By The Water (3:53)

 3. Man In The Mirror (7:11)

 4. The Inconvenient Truth P.II (8:45)

 5. The Shape Of Things To Come (8:34)

 6. We Are All In The Same Boat (4:02)

 7. Voices From Yonder (7:16)

 8. Always Livin' In A Lie (4:57)

 9. Despair Grows To Anger (6:47)

10. Eyes Of A Stranger (7:42)

11. Happy But Unhappy (2:36)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Norbert Krueler : Lead and background vocals, guitars, piano, organ, keyboards, bass, programming.

Matthias Mehrtens : Lead guitar

Anke Ullrich : Lead and background vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019