CHRONIQUE / REVIEW

rosa rosae

opus avantra ensemble - donella del monaco

Releases information

Release date: December 17, 2018

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: M.P. & Records

From: Italie / Italy

9,0

Mario Champagne - April 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Dans la série retour des monstres sacrés des années 70, voici maintenant le 6e album studio d’OPUS AVANTRA, une formation créée en 1973 par Alfredo TISOCCO, la soprano Donella DEL MONACO, Giorgio BISOTTO et Renato MARENGO.  Un groupe reconnu à l’époque pour son innovation et sa capacité à intégrer différents styles de musique.  Le nom « AVANTRA » identifie d’ailleurs la philosophie du groupe, un but de mariage de musiques d’avant-garde et traditionnelles.  Au groupe actuel, participent la soprano Donella DEL MONACO et le producteur Renato MARENGO.  Ils se retrouvent autour d’un jeune Quartet, du pianiste émérite Paolo TRONCON et d’artistes invités.  Sur cet album, l’amateur de PROG ne doit pas s’attendre à de longues suites épiques.  Ici,  neuf pièces entre 4 et 5 minutes, dont quatre pièces chantées en latin.  L’amateur de PROG se posera à coup sûr la question suivante : «  Est-ce du rock progressif? »  On peut sans problème parler de musique progressive vu le mélange des genres: classique, opéra, tango, rock, prières et poésie.  Poésie complexe et riche qui fait d’ailleurs la force de ces pièces dont les textes sont d’une qualité indéniable.

 

Entrée de jeu réussie, avec « Nuvole Bianche », « Nuages Blancs », pieuse et dépouillée sur un air bien plaisant de tango, grâce à l’accordéon que l’on retrouvera sur plusieurs pièces, où d’office, on annonce les capacités vocales de la cantatrice.  Un intermède de piano délicat de Paolo TRONCON scinde la pièce, suivi d’un trio endiablé d’accordéon, de bois et de batteries.  Le texte est particulièrement réussi. « Je souris car je ne serai pas une prison pour toi, et comme des nuages blancs qui vont sans but, vers la liberté, sois toi-même pour moi ».  Sur « Pi-Greco », une prière à la vierge chantée en latin, amenée avec grand soin en mode modernité grâce aux arrangements.  « Mandala », bien réussie également, est dotée d’une ambiance plus calme et sombre, grâce aux effets de saxophone, de violoncelle et de piano.  Les voix se font instruments de musique sur un tempo lent de percussion de Tony ESPOSITO.  « Sceleratus », sur une courte entrée bucolique, devient incantatoire, comme une prière supplicatoire pour repousser le « malin ».  S’en suit une section à haute teneur expérimentale, saccadée, qui peut se montrer difficile à suivre, alternant chants de Mme DEL MONACO et Lino VAIRETTI de la formation « OSANNA », couverte d’élans aigus des bois, de violoncelle et de percussions claires.  Il s’en dégage une sensation volontaire de chaos qui s’explique par le tourment des protagonistes face à la menace.

 

Instrumentale, la pièce titre « Rosa Rosae » sent bon le tango, en se permettant de reprendre des notes de la pièce d’intro !  Exécutée avec brio par tous ces talentueux musiciens.  Géniale.  On en redemande !  « Vento del Nord », pourrait faire penser à du Loreena MCKENNITT, mais la voix de Jenny SORRENTI, nous rappelle que nous sommes bien en Italie.  Mariage parfait de cette voix grave sur cette chanson où la voix haut perchée de Mme DEL MONACO sert d’instrument d’accompagnement par ses envolées lyriques.  On nous offre un passage très touchant lorsque Mme SORRENTI chante en français, cette voix devient alors fragile et inquiète, presqu’enfantine, avec un accent savoureux!  Une chanson d’espoir à écouter sans modération.  « Cyrcles », chantée en latin, la plus rock de cet opus grâce à la guitare électrique d’Alberto RADIUS et une finale de saxophone bien musclée.  « Aurea-Lyrea », « la lyre dorée », poésie latine au texte mystique, s’ouvre sur une ambiance étrange, mais fait rapidement pensé par ses cordes et bois traditionnels à l’univers de Loreena McKennitt, la harpe en moins.  Sur celle-ci, la voix de la cantatrice fait des merveilles.  Tout en douceur.  L’album se termine avec ma préférée, « Ineffabile Realta », soit une réalité inexprimable.  Plus intimiste, plus classique.  Accompagnée au piano par Paolo TRONCON, Mme DEL MONACO éblouit!  Quelle voix d’ange!  Un délice pour tous les amateurs d’opéra.  Tout en retenue encore une fois, sans exagération de puissance!  Cela s’appelle maîtriser son art!  Chapeau!  « Le bonheur est présent et vous êtes ce bonheur, qui reste la seule vérité ».

 

Cet album de musiques progressives pourra certainement plaire aux fervents amoureux de l’Italie.  Cette équipe nous a concoctées ici un savant mélange de styles que leur talent a mis en valeur.  Son éclectisme, potentiellement rebutant pour certains, cache des pépites qui devraient passer l’épreuve du temps.

 

P.S. : Format Vinyle disponible en Automne 2019 avec contenu spécial.

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Nuvole Bianche (4:43)

  2. Pi-Gréco (3:58)

  3. Mandala (4:06)

  4. Sceleratus (4:12)

  5. Rosa Rosae (4:57)

  6. Vento del Nord (4:35)

  7. Cyrcles (4:34)

  8. Aurea-Lyra (4:57)

  9. Ineffabile Realta (3:10)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Donella DEL MONACO, vocals

Mauro MARTELLO, flutes, sax, duduk

Laura BALBINOT, cello

Andrea DE NARDI, keyboards

Paolo TRONCON, piano

Giorgio CEDOLIN, drums

Lino VAIRETTI, vocals

Jenny SORRENTI, vocals

Alberto RADIUS, electric guitar

Tony ESPOSITO, percussions

Andrea BRUZZOLO, percussions

Antonio SEGAFREDDO, percussions

Mirko SATTO, accordeon

Davide VENDRAMIN, accordeon

Damiano VISENTIN, accordeon

Tommaso TRONCON, saxophone

Andrea MARTIN, saxophone

Anna CAMPAGNARO, cello

Dimitri ROMANO, piano

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019