top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Sky Empire

The Shifting Tectonic Plates Of Power - Part 1

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

October 27, 2023

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

ViciSolum Records

Royaume-Uni / UK

Marc Thibeault - November 2023

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Je n’ai pas entendu le premier album du groupe britannique SKY EMPIRE (The Dark Tower, 2018) où le défunt chanteur Yordan IVANOV s’y est époumoné mais je n’ai trouvé que des critiques positives sur le NET. J’avoue avoir été un peu déstabilisé lors de la première écoute du second opus : “The Shifting Tectonic Plates of Power - Part One”. Mais, après quelques écoutes supplémentaires, je suis devenu plus à l’aise et familier avec la bête qui s’est présentée devant moi. Je ne m’attendais peut-être pas à être devant un mur de son démontrant vitesse, technique, et prouesse. Les musiciens Remi JALABERT (percussions), Tom HOBSON (claviers) & Drazic “Daz” LECUTIER (guitares) sont toujours au poste tandis que le bassiste original Tony SNOW est remplacé sur cet album par Daniel JONES. C’est Jeff Scott SOTO qui est le chanteur invité sur ce second opus et force est d’admettre qu’il livre bien la marchandise! Je dirais même que c’est la première fois que je ressens autant d’émotion dans son chant, qui nous rappelle parfois celui de Ronnie James DIO.

La longue pièce instrumentale “Prolegomenon: The Encomium of Creation” est pompeuse au début et nous rentre dedans assez rapidement avec ses changements de rythmes et les prouesses “in-your-face” des musiciens qui nous surprennent, nous déstabilisent. C’est presque quinze minutes de musique intense et agréable qui passent en un clin d’œil. Puis monsieur Jeff Scott SOTO embarque sur la pièce “On the Shores of Hallowed Haven” qui, elle, est beaucoup plus électro-acoustique & à des lieues de la pièce précédente! L’émotion est palpable dans son chant et les musiciens sont autant à l’aise sur ce type musicale que lorsqu’ils sont déchainés. S’enchaine ensuite “The Emissary”, plus rythmée, plus Prog Rock, avec un petit côté VOLA ou HAKEN. Nous sommes maintenant en vitesse de croisière où tout peut arriver. La pièce change parfois de puissance et la voix de monsieur SOTO s’ajuste sans peine & sied partout où on l’entend. Le solo de guitare électrique d’un peu plus d’une minute quarante secondes est enlevant. J’ai tout de suite pensé lors de ma première écoute que le groupe avait emprunté la pièce “Into My Father's Eyes” à DREAM THEATER. La musique et le style est pareil mais tout est légèrement différent et on s’en rend plus compte après quelques écoutes. Encore ici le solo de guitare de Daz LECUTIER est dynamique et enlevant. C’est la pièce la moins forte de l’album même si elle est bonne.

“Wayfarer” est probablement la pièce où le style des musiciens est le plus original depuis le début. On a de la difficulté à trouver l’origine des influences (à mon plus grand bonheur!) et la longue création de plus de dix minutes est très bonne !! Ma préférée. L’instrumentale “The Last Days of Planet Fantasy” nous démontre encore à quel point les musiciens sont en symbiose en nous livrant un Prog Rock entrainant et varié. Étant la plus longue pièce de l’album, “House of Cards” surprend d’abord par son style et le chant de m. SOTO. La guitare mène le bal sur une ligne directrice basse/percussion. D’abord douce pendant 04:45, la six-cordes monte ensuite de plusieurs crans et SOTO fait de même, rendant sa voix plus grave et mordante, rappelant parfois celle d’un certain Bruce DICKINSON (IRON MAIDEN) pendant ses meilleures années vocales. Ça devient ensuite plus Rock Symphonique vers les huit minutes dans la pièce avant de revenir au son Métal pendant presque trois minutes. On se retrouve tout à coup dans une pièce acoustique pendant 45 secondes avant qu’elle ne remonte légèrement en intensité et qu’elle revienne au style dominant la pièce. Le tout se termine de façon un peu plus pompeuse & Symphonique.

Il y a une énergie qui ressort de cet album. Les contretemps un peu partout pendant les bouts plus Hard me font immédiatement penser aux prouesses des musiciens de DREAM THEATER. La comparaison est d’ailleurs dure à ne pas faire : même drive Prog Métal, même technique aux percussions, mêmes montages/changements de styles musicaux, mêmes types de refrains, surtout lors de la première moitié de l’album. Qu’importe! Il y a assez de différence entre les deux groupes pour apprécier leurs talents et pour éprouver du plaisir à réécouter l’album au lieu de les cataloguer comme étant des clones de DT. Et il ne faut pas oublier Jeff Scott Soto qui chante ‘au naturel’ et embellit les pièces. Satisfaction garantie si vous êtes fans du Prog Métal, surtout si vous êtes fans de DREAM THEATER!

PISTES / TRACKS

    01. Prolegomenon: The Encomium of Creation (14:43)
    02. On the Shores of Hallowed Haven (4:56)
    03. The Emissary (6:55)
    04. Into My Father's Eyes (5:47)
    05. Wayfarer (10:25)
    06. The Last Days of Planet Fantasy (6:23)
    07. House of Cards (16:20)

Tom HOBSON - Keyboards
Remi JALABERT - Drums
Daniel JONES - Bass
Daz LECUTIER – Guitars

With:
Jeff Scott SOTO - Vocals

musiciens / musicians

bottom of page