top of page

CHRONIQUE / REVIEW

Sunbeam Overdrive

Diama

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 12, 2023

Format:

CD, Digital

Label:

From:

Tentacles Industries

France

Julan Zaelsson - July 2023

8,6

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Je suis ravi pour cette 18ème chronique de pouvoir vous présenter un groupe de tout près de chez moi (Marseille) et qui s’est même produit dans ma ville il y a moins d’un mois. Découvert en 2019 au festival Euroblast, avec CAR BOMB, VOLA, SLEEP TOKEN et KLONE pour ne citer qu’eux, cet énergique trio (désormais quatuor après un changement de line-up) a été stoppé net par la crise Covid. SUNBEAM OVERDRIVE donc, nous offre son album inaugural « Diama », sorti le 12 mai chez Tentacles Industries/Season Of Mist. État des lieux :

C’est une aventure solitaire qui nous attends, une tentative de nous confronter à nous-mêmes, à nos propres expériences, émotions…une invitation au voyage, à une prise de hauteur (en témoigne les titres des morceaux), à un recueillement intérieur, une retraite bouddhiste peut être, vers des sommets inaccessibles au corps, c’est sur cela que semble ouvrir le bien nommé « Ascending » une intro instrumentale mystique, bourrée d’énergie, comme un mantra de méditation.

« Diama » à suivre, éponyme à l’album, on me souffle dans l’oreillette qu’il s’agit d’un glacier jouxtant l’Himalaya, mais outre la métahistoire du titre, SUNBEAM OVERDRIVE nous livre d’entrée de jeu une piste technique, un mix moderne et puissant, me voilà déjà conquis par ces métalleux au jeu musclé sublimé par une ambiance tantôt ethnique, tantôt EDM. Vient ensuite « Slave To The Void » l’attraction du vide, un son plus brut de fonderie, des relents de 90s, la voix grunge de Karim ARNAOUT est mise en avant tandis que ses acolytes caracolent dans le fond sur des riffs Djent à souhait. « Crimson Stains » arrive avec un riff bien « in your face » et un flanger qui m’évoque les beaux jours de la Playstation 1ère du nom (à chacun ses références), ce mélange métal pop punk survitaminé fonctionne décidément très bien, un SUM 41 sous stéroïdes, saupoudré de GOJIRA. Plus imagé, « Diamond Shape », planant et lourd, mélancolique, protéiforme, semble concentré en sept minute la multiplicité des facettes du groupe, je recommande ce morceau comme porte d’entrée aux curieux.

Hommage à Hermann BUHL, alpiniste chevronné ayant ouvert deux voies dans l’ascension du Nanga Parbat, l’instrumental « Junction Buhl’s Eyes » nous transmet assez bien un sentiment grisant d’altitude, on retrouve dans la guitare de Tom ABRIGAN du PLINI ou du David MAXIMM MICIC. Retour sur terre avec « Deaf And Blind » et ses riffs taillé à la serpe, portant des harmonies vocales très heavy métal à l’ancienne, les soli sont assez rares sur cet album donc je prendrais le temps de saluer celui-ci, tout en texture.

« Shen » (pour Chine), et je ne peux m’empêcher de sourire tant ce jeu à deux guitares et l’atmosphère, que viens ensuite souligner le jeu serré entre de Bruno MORGANA et Laurent DUCLOUET, m’évoque mes maitres à penser, les australiens de KARNIVOOL, normalement quand j’ai dit ça j’ai tout dit, un banger absolu. A suivre « Out Of Plato’s Cave », le morceau single de l’album, un morceau très énergique aux accents très Djent et Progressifs pour évoquer l'allégorie de la Caverne, vous avez normalement tous fait philosophie en terminale, je ne vous fais pas l’insulte du cours académique sur l’allégorie en question.

L’album se termine sur « Hard Sun » (de la BO du film « Into The Wild ») dans une version pêchue qui fait honneur à la puissance vocale de Karim et Tom, une fin solaire étonnante, après avoir regardé dans l'abîme de la tristesse, sommes-nous enfin sortis de la caverne ? Je vous laisse la découverte du morceau bonus « Fainted Core » en mode MTV Unplugged.

SUNBEAM OVERDRIVE nous livre un album de très haute volée, des musiciens talentueux, au service d’une musique intelligente qui n’oublie pas pour autant de susciter des émotions, l’équilibre parfait selon moi, trop souvent je trouve le progueux avide de technicité se perds et oubli de jouer avec son cœur, ces gars-là n’ont pas pris ce travers. J’aurais dû aller au Zenith.

PISTES / TRACKS

    1. Ascending (01 :47)
    2. Diama (06 :14)
    3. Slave to the Void (05 :14)
    4. Crimson Stains (04 :48)
    5. Diamond Shape (07 :10)
    6. Junction Buhi’s Eye (01 :20)
    7. Deaf and Blind (04 :47)
    8. Shen (05 :45)
    9. Out of Plato’s Cave (05 :05)
    10. Hard Sun [Eddie Vedder/Indio cover – From “Into The Wild” Movie Soundtrack] (05 :45)
    11. Fainted Core – Live Acoustic [Bonus Track] (06:08)

Karim ARNAOUT – Vocals
Tom ABRIGAN – Guitars, Vocals
Bruno MORGANA – Bass
Laurent DUCLOUET – Drums

musiciens / musicians

bottom of page