CHRONIQUE / REVIEW

Six By Six

Six By Six

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 19, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Inside Out Music

Intl

Serge Marcoux - August 2022

8,2

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

En musique, la formule du trio peut se révéler fort intéressante. D’abord pour les musiciens bien sûr car, en règle générale, chacun peut trouver plus facilement son espace et apporter une plus grande contribution à l’effort collectif. Ce qui peut signifier moins de problèmes d’égo et moins de choc de personnalités mais, il va sans dire, sans garantie de durabilité. Ainsi, RUSH a partagé des décennies de musique alors que CREAM a à peine fait quatre années. Faire de la musique à trois requiert d’excellents instrumentistes, pensez à EMERSON, LAKE AND PALMER ou à l’exemple plus récent de THE ARISTOCRATS. L’année en cours, par l’entremise de la maison de disque InsideOut, nous permet de découvrir un nouveau power trio, SIX BY SIX.

L’initiateur est nul autre que ROBERT BERRY bien connu, entre autres, pour une brève collaboration dans un trio où l’on retrouvait KEITH EMERSON et CARL PALMER, soit le bien nommé 3. Plus récemment, soit en 2018 et 2021, il a aussi proposé deux albums de 3.2, avec des arrangements et des compositions de KEITH EMERSON ou inspiré de ce grand musicien. ROBERT est un excellent chanteur, il est aussi fort habile avec une basse et peut aussi ajouter les claviers à ses talents musicaux. Pour ce nouveau projet, il acceptait les influences progressives mais voulait d’abord un son et un groupe où le rock prédominait. C’est son gérant, NICK SHILTON, qui a alors proposé IAN CRICHTON, bien connu depuis 1977 pour sa participation avec SAGA, pour manier les guitares. Le trio est complété par le batteur NIGEL GLOCKLER du groupe heavy métal SAXON. Précisons que BERRY et GLOCKLER se connaissaient puisqu’ils ont brièvement joué ensemble pour GTR et se sont revus depuis.

BERRY souligne, ‘Je voulais faire quelque chose de nouveau. Je voulais travailler avec de nouvelles personnes qui veulent vraiment créer, jouer et tourner. Je suis vraiment excité par ce projet. C'est une vraie équipe.’ Il faut donner raison à ROBERT BERRY, l’album éponyme du groupe est tissé serré, on sent la chimie de l’équipée musicale. De plus, lorsqu’il dit qu’il voulait faire un album vraiment rock, aucune erreur n’est possible. Ce qui nous passe entre les oreilles est solide et dégage une puissance certaine. Dès l’ouverture avec ce « Yearning to Fly » sur le rêve de BERRY de devenir pilote d’hélicoptère ou même celui de plaquer un emploi pour faire ce que l’on désire vraiment, nous savons que les territoires défrichés seront ceux du rock, ou comme ici du hard-rock mélodique. La suivante est sans appel. « China » est un court morceau puissant, presque brutal avec des saveurs métalliques pour dénoncer les abus des pays totalitaires ou des dirigeants despotiques.

Comme on peut s’en douter un peu, la plus longue pièce, « Reason to Feel Calm Again » est aussi la plus progressive. Le chant de BERRY y est excellent, on y retrouve des changements rythmiques subtils et rapides, mais aussi de tonalité et de mesure. Le morceau dégage aussi un souffle, une énergie qui ne se dément pas du début à la fin. À ce stade et tout au long de l’album, on reconnaît le jeu de guitare de CRICHTON mais avec de bonnes différences. Comme il le précise lui-même, ‘Tout ce que j'ai joué sur ce disque, je l'ai joué en direct et c'était vraiment bien. On n'allait pas tout nettoyer comme dans le monde de SAGA. Je voulais beaucoup de feeling sur ce disque. Je ne voulais pas avoir l'air d'un scientifique. Je voulais vraiment que ce soit un disque différent qui vienne du cœur. Il y a quelques solos sur le disque et quand vous les écoutez, vous m'entendrez prendre beaucoup de risques. J'ai fait des trucs assez radicaux. Je pensais que ROBERT dirait ‘Attends une minute IAN’. Mais il ne l'a pas fait. Et BERRY de renchérir, ‘Cela faisait partie du but : ouvrez la cage et volez librement.’ En effet, IAN CRICHTON est en liberté et il est en feu. La guitare débridée de CRICHTON et le talent mélodique de BERRY sont les éléments dominants de cet album. De plus d’une façon SIX BY SIX fait penser aux groupes rock ou hard-rock des années 70 qui utilisait les influences musicales à saveur progressive comme URIAH HEEP, DEEP PURPLE ou même STYX. Écoutez « The Last Words on Earth » et « Save the Night » à titre d’exemples. Ailleurs ce sera plus rock comme « Skyfall » ou un peu AOR musclé comme « The Upside of Down ». Il va sans dire que cet univers très rock sied très bien à NIGEL GLOCKLER mais BERRY et CRICHTON y naviguent aussi comme des poissons dans l’eau. Une balade comme « Live Forever » ou un morceau avec des saveurs acoustiques et mélodiques comme « Battle of a Lifetime » apportent ce qu’il faut de variété à ce premier essai fort réussi pour nos trois compères. Le résultat est tel que l’on pourrait croire que le trio évolue ensemble depuis des années. C’est donc un groupe à suivre pour plus d’une raison. D’abord parce qu’une bande dessinée, complément du disque, intitulée « The Journey Eternal » paraîtra le 30 septembre prochain. Et ensuite parce que le groupe espère faire une tournée sous peu.

PISTES / TRACKS

    1. Yearning to Fly (4:47)
    2. China (3:18)
    3. Reason To Feel Calm Again (8:07)
    4. The Upside of Down (4:48)
    5. Casino (4:22)
    6. Live Forever (1:46)
    7. The Last Words on Earth (4:40)
    8. Skyfall (4:19)
    9. Battle Of a Lifetime (5:24)
    10. Save The Night (6:18)

Robert Berry: Bass, keyboards, lead vocals
Ian Crichton: Guitars
Nigel Glockler: Drums

musiciens / musicians