CHRONIQUE / REVIEW

Pymlico

Supermassive

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

May 20, 2022

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

Apollon Records

Norvège / Norway

Alain Massard - June 2022

8,9

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

PYMLICO c’est le bébé d’Arild Brøter batteur et organiste norvégien qui développe une musique instrumentale, progressive et symphonique basée sur la fusion de différents styles. Une ambiance mélodique populaire avec variations aidé de son frère à l’orgue Hammond, explorant des thèmes sonores singuliers amenant de fait aux cinématiques à la mode actuellement. Un 7e album qui fait la part belle aux sonorités enjouées, groovy avec soli de sax et guitares en point d’orgue; avec des airs cristallins, aériens sur le prog jazz fusionnel, l’AOR et la pop. Connu dès 2012 pour un son me rappelant le grand ANGE et ses incursions progressives, voyons voir où ils en sont aujourd’hui. Ils ont ouvert en live pour MAGIC PIE, HFMC et PANZERPAPPA et vouent un culte aux FLOWER KINGS pour info.

« Breaking Protocol » entame swing batterie et trompette en duo; bon les guitares arrivent et mettent l’ambiance, le break percussion montre son attirance sur cet instrument, un saxo genre pub ‘Manpower’ de qui vous savez pointe le bout de son nez; dernier tiers spleen aérien pour se poser. « Confusion » continue sur cet air jazzy-soul-prog, mélange improbable de ce qui aurait pu se faire dans les années 80’s entre Phil COLLINS et EARTH, WIND & FIRE ou TEARS FOR FEARS, et sur la BOF de la série ’Et La Croisière s’Amuse’; break spatial bucolique, synthétique, ça monte haut, les 80 sont bien loin finalement, on rentre dans la décennie 2030 preuve d’une création toujours possible avec un solo que David GILMOUR aurait pu sortir, superbe. « Clockwork » et KNOPFLER en intro pour un mélange pop prog sur TFF encore, TOTO, sur de l’AOR allez je vous laisse chercher, c’est varié; on attend la voix et c’est un sax qui prend la parole; un peu des BRAND X pour les percussions et un final avec l’apport des doigts du grand Roine STOLT. « Are We There Yet? » sur une déclinaison suave, au spleen touchant, air qui emmène haut longtemps, qui peut s’écouter en musique de fond, pour se détendre un soir après une journée harassante; sax et synthé en break.

« Time Out » pour la 2e face, on s’enfonce dans de la ouate sirupeuse, les synthés jazzy groovy, limites mélancoliques; ça accélère et les cuivres deviennent omniprésents, peut-être un peu trop pour le progueux qui sent la couleur progressive tourner vers le rose, nostalgique, étonnant; l’air enjoué devient dansant, attention à ne pas bouger des pieds, sinon votre blonde va rire de vous virant votre cuti! « Little Nellie » qui part sur les sonorités frippiennes des 80’s avec un syncopé caractéristique puis je ressens l’ambiance zappaesque, preuve du creuset fusion musical; alternance avec un break aérien, ouaté, atmosphérique où les claviers prennent le pas sur des percussions endiablées et ça devient bien plus jazzy atmo, bref déconcertant! « Doppelmayr » enchaîne, titre déroutant où l’atmo et l’électro fusionnent eux aussi; finies les guitares, c’est synthé et sax pour un envol stratosphérique pop et frais. « WTG » et le dernier titre alambiqué, retrouvant un air langoureux où la guitare se taille la part belle; les synthés aériens, la base basse batterie donne un élan progressiste avant ce retour guitare fondant; break spatial avec voix off et basse à la SERRA du Grand Bleu, de l’art-rock sans concession en fait.

PYMLICO sort donc un album qui enfonce encore plus le clou sur la fusion jazz-prog, un tiroir crossover qui amène des influences populaires allant du classique au folk; c’est instrumental, rythmé, frais, aérien et hautement recommandable dans un secteur assez désuet par ailleurs; bon moment de chronique, un bon point ça et le fait de ne pas avoir vu le temps passer me fait écrire qu’il y a du sang neuf là-dedans.

PISTES / TRACKS

    1. Breaking Protocol (6:15)
    2. Confusion (6:08)
    3. Clockwork (5:26)
    4. Are We There Yet? (5:29)
    5. Time Out (6:32)
    6. Little Nellie (4:52)
    7. Doppelmayr (4:55)
    8. WTG (6:19)

    Total : 45’56’’

- Øyvind Brøter: Keyboards
- Stephan Hvinden: Guitars
- Andreas Sjo Engen: Guitars
- Arild Brøter: Drums, keyboards
- Oda Rydning: Percussion
- Robin Havem Løvøy: Saxophones
- Are Nerland: Bass, additional keyboards & guitars

With:
- Mattias Krohn Nielsen: Additional electric guitars (1,3), acoustic guitars (7,8)
- Ole Michael Bjørndal: Lap steel guitar (1)
- Roine Stolt: Lead guitar (3)
- Erlend Lindvåg Solemdal: Rhodes (5)
- Filip Brekke Steigedal: Trombone (5)
- Petter Lien: Trumpet (5)

musiciens / musicians