CHRONIQUE / REVIEW

Fromuz

The Asymmetric Rules

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

February 22, 2022

Format:

Digital

Label:

From:

SOE Records

Uzbekistan

Alain Massard - April 2022

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

FROMUZ né en 2004, connu avec ‘Overlook’ en 2008 proposait en ce temps du prog technique instrumental sur des réminiscences crimsoniennes, voulant ‘éclabousser eux-mêmes leurs émotions musicales’. Après une léthargie de près de 10 ans ils reviennent pour amplifier leur recherche musicale basée sur la créativité et la performance, accompagnés d’un chant dorénavant. Un 5e album bien plus moderne, limite improvisée giclant de pièces thématiques fantaisistes, oniriques éraflant le style jazz-rock, symphonic prog, fusion prog, métal prog et même musique classique. Du rock éclectique bien nommé pour une fois, bariolé je dirais avec des excursions excentriques de guitares et autres claviers pour un son novateur.

« Overture » majestueuse, digne d’une bande originale de film, dantesque, lorgnant sur le Mont Chauve; il y a de la folie créatrice aux DREAM THEATER là-dedans comme sur leur pièce de ‘ Six Degrees’, pièce éponyme de fait amenant « Round and Round » avec l’introduction d’un espace vocal, certes rugueux, me rappelant celle de Sylvain des KARCIUS. Le break est virevoltant, technique, agressif, jazzy-métal-prog! Long et onirique dans la lignée avec la guitare torturée de Vitaly d’un KING CRIMSON sombre; il y a de l’émotion, des notes tirées vers le haut, la voix singulière dysharmonique peut vous faire penser à du grunge métal, sidérant jusqu’à la fin grinçante. « Air Dance, Part 1 » pour le 1er des trois intermèdes et un arpège guitare cristallin lançant « Universe » qui débarque sur une voix off de quai de gare ou d’aéroport en temps de dictature; un riff violent, une voix saccadée, on est loin des premiers jets du groupe, ils ont bien fait leur révolution en retirant le ‘’De Fro et Muz’’. Une déclinaison plus forte au départ, un break mélodique rythmique en plein milieu lorgnant sur les folies zappaesques. « Air Dance, Part 2 » arpège atmosphérique comme nettoyeur d’oreilles après ce titre violent déroutant et « Darling » surgit sur des cuivres au fond, air martial, prenant; le rythme me fait penser au travail des groupes métal prog des 80’s tels ALICE IN CHAINS avant que leur fusion progressiste soit enfin reconnue; le 1er break sur la BOF des ‘Blues Brothers’ entraînante, hard dithyrambique, fusionnant. A 7 minutes le riff fait partir sur un crescendo à 540 volts soutenu.

« Air Dance, Part 3 » et le 3e dans la même lignée, qui ose dépasser la minute. « No End » fou est ce titre, mêlant, liant dès le départ des influences symphoniques des Balkans, je pense à WOBBLER, à KARFAGEN en plus musclé à un air festif qu’aurait pu créer lui-même le BLACKMORE’S NIGHT osant se lâcher pour une fois. La tendance jazzy-bossa nova peut rappeler AL DI MEOLA ou SANTANA un temps, ZAPPA encore; ça évolue attention à 6 minutes ça balaie dur, vous comprendrez à la lecture. Des prémisses électroniques apparaissent aussi comme ouverture à l’un des plus beaux soli guitares de ce début d’année. L’un des trois chanteurs ou les trois en même temps ont modulé leur voix pour la fondre dans les notes, attention ce titre est très bon! « R-and-G Time » enchaîne avec un piano country typé saloon bar qui va se dérégler, se désaccorder bref avant-gardiste et bigarré; survient alors la pièce « Wings of the Fast Lane » en 5 parties avec une intro aérienne à la guitare fondante; bon je le dis haut et fort, les fans de ZAPPA devraient venir ici jeter un coup d’œil, le titre inclassable où j’y retrouve l’air de l’inspecteur gadget! Le son devient bluesy progressiste avec une guitare slide typée et l’on pourrait imaginer les premiers émois des ZZ TOP; cette guitare devient redondante; break soudain pour le dernier quart qui repart avec un riff nerveux sur le son FROMUZ maintenant et une touche singulière avec de l’électronique ambiant final, juste assez pour dérouter encore plus.

FROMUZ revient en force, des intermèdes alliant les titres entre eux, une voix pour changer de signature sonore, des breaks insensés, des ambiances bigarrées, un album qui pose question avec une ouverture remarquable musicalement parlant dénotant d’avec le reste. J’y retrouve la folie d’un MOTORPSYCHO mélangeant différents styles dans le bon sens du terme, j’y retrouve surtout un son propre avec des tendances progressives modernes et ça en ce début de décennie c’est quelque chose de suffisamment important pour être signalé.

PISTES / TRACKS

    1. Overture (3:11)
    2. Round and Round (8:25)
    3. Air Dance, Part 1 (0:36)
    4. Universe (7:50)
    5. Air Dance, Part 2 (0:58)
    6. Darling (10:02)
    7. Air Dance, Part 3 (1:22)
    8. No End (12:14)
    9. R-and-G Time (4:07)
    10. Wings of the Fast Lane: Deep Silence / Theme / Man from the Fast Lane / Theme, Pt. 2 / The Asymmetric Rules (19:18)

    Total : 68’03’’

Vitaly Popeloff: Vocals, guitars
Evgeniy Popelov: Vocals, keyboards
Al Khalmurzaev: Vocals, bass
Vladimir Badirov: Drums, percussion

musiciens / musicians