CHRONIQUE / REVIEW

Cymbalic Encounters

Cerulean Cathedral

AGHORA.jpg

Releases information

Release date:

August 3, 2022

Format:

Digital

Label:

From:

Self-Released

USA - Japon / Japan

Mario Champagne - October 2022

8,3

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Voici un album Prog jazz fusion intéressant issu du fruit du labeur de quelques vétérans, avec à leur tête, le chanteur, batteur, claviériste, compositeur et producteur américain Mark MURDOCK qui fut déjà membre de Peter BANKS & EMPIRE. Un troisième album pour ce groupe-projet où l’on retrouve quelques ex-membres de BRAND X comme cœur de cette équipe soient le guitariste John GOODSALL, maintenant décédé et le bassiste Percy JONES, accompagnés en plus de plusieurs invités dont des artistes japonais, ce qui s’explique du fait que MURDOCK est maintenant installé au Japon. Un album presqu’entièrement instrumental, aux deux tiers, où l’on peut entendre la voix de Tim PEPPER de la formation THE ID, dont la voix prend parfois des intonations entre celles de Phil COLLINS et David LONGDON.

Pour ceux pour qui le Jazz fusion rime avec « rebutant », sachez qu’ici la musique offerte est plutôt entrainante, accessible et parfois marrante et très détendue, car dans le premier titre « Cerulean Cathedral », les claviers et cordes de Donald DUCK vous accueillent dans un monde éclectique de sonorités, mais cela devient rapidement bluesy avec des cordes cristallines et un jeu d’écho atmosphérique, dans un style funky et robotique psychédélique. Le jeu de corde de GOODSALL ne pourra que vous épater. « The Fallout Shelter at St. Peter’s Sq. », en revanche, n’a rien d’hétéroclite et surprend par son mélodisme qui la rend accessible à tous. Vraiment, un jazz fusion très relax et sans prétention, sans trop de complexité technique.

« Flight to Catharsis » évolue lentement, assemblant des beaux agencements jazz blues très fignolés, laissant la place à des solo expressifs, autour d’une colonne vertébrale thématique où l’on colle des bruits de simili bouches vibrantes, et des notes de piano aériennes et cristallines du japonais Namba. « The Endless Film at the Endless Theater » joue la nostalgie des vieilles annonces dans les cinémas très anciens. Le chant y très bien mais le titre est bizarrement construit, car on s’y ennuie une bonne partie du temps, mais il devient excitant vers la fin avec son jeu de clavier mais celui-ci se termine malheureusement en queue de poisson.

« The Unwelcome Doormat » sauve la mise par le jeu de guitare de GOODSALL. Un titre résolument moderne et pourtant avec en filigranes des claviers à la GENESIS, et un savoureux jeu de basse mutin vers la fin de celui-ci. « Lost Shadows » débute dans une atmosphère angoissée avec des guitares qui lorgnent vers des projections atmosphériques de Prog Métal, avec une basse qui gratte comme une bête. Le chant est toujours très bien, rien à redire, il se marie bien avec l’ambiance étrange qui s’en dégage.

« Man with the Changing Face » quant à elle, débute avec des cymbales qui sonnent résolument jazzy, dans un style altier et pompeux, qui devient dynamique et « groovy ». « Polarity » badine sur des rythmes cassés répétitifs sur lesquels successivement les instruments viennent figurer en mini-solos. Pour conclure, « Falling Velocity » conclue bien cet album avec un « presque Phil Collins » aux commandes vocales, cela en est surprenant. L’ambiance ici est plus Prog, empreinte de majesté.

MURDOCK nous offre donc une collection très diversifiée et sophistiquée de titres, mis en valeur par des collaborateurs aux performances sans faille. Quant à la production en studio, elle permet d’apprécier le moindre détail car il y en a plein à saisir lors d’écoutes qui se doivent d’être attentives. Personnellement, cela n’est pas toujours ma tasse de thé, mais je suis capable de reconnaitre qu’il y a dans cet album une multitude de perles à considérer et que techniquement, c’est au point. Je trouve cela généralement assez innovant, avec un son et une personnalité forte. Dommage que Mr GOODSALL soit décédé car ses performances à la guitare constituent plusieurs des moments forts de cette parution. Titres préférés ; « Cerulean Cathedral », « Flight to Catharsis », « The Unwelcome Doormat » et « Falling Velocity ». Bonne écoute !

PISTES / TRACKS

    1. Cerulean Cathedral (7:28)
    2. The Fallout Shelter at St. Peter's Sq (5:13)
    3. Flight to Catharsis (5:42)
    4. The Ending Film At The Endless Theater (5:41)
    5. The Unwelcome Doormat (4:36)
    6. Lost Shadows (4:58)
    7. Man with the Changing Face (4:10)
    8. Polarity (5:31)
    9. Falling Velocity (5:48)

Mark MURDOCK- Drums, Percussion & Keyboards
John GOODSALL- Guitar
Percy JONES- Fretless Bass
Hiroyuki NAMBA- Piano & Synthesizers (1,2,3,4,9)
Tim PEPPER- Vocals (4,6,9)
Joe BERGER - Lead Guitar (2,8)
Jimmy HISAFUMI MAEDA – Fretless Bass (5,8)
Preston MURDOCK - Lead Guitar (5,9)
Katsumi YONEDA – Guitar (6,9)
Ken HALL - Electric 12 strings (6)

musiciens / musicians