CHRONIQUE / REVIEW

Grorr

Ddulden's Last Flight

Releases information

Release date:

March 26, 2021

Format:

CD, Digital, Vinyl

Label:

From:

ViciSolum Productions

France

Guillaume Desmeules

9,0

Facebook_logo-7.png

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

“Avec un nom comme ça, c'est sûr que c'est du gros death métal!” me direz-vous? Pas tout à fait! Le nom du groupe français GRORR vient effectivement d'une onomatopée pouvant désigner un long cri guttural mais il a surtout été choisie en guise de nom qu'on retient facilement. Venant de la ville de Pau, le groupe débuta en 2005 et était constitué des guitaristes Gaël WALLOIS et Bertrand NOËL, qui s'occupait aussi du chant, Yoann ESTINGOY à la basse, Jérémy CHABANAUX à la batterie et Julien GEFFLOT au clavier. À la suite de 2 albums en 2008 et 2011 qui étaient plutôt dans un registre death métal technique se rapprochant aux groupes GOJIRA et MESHUGGAH, l'album “Anthill” marque un changement important en y incorporant des instruments traditionnels tel que le sitar, des percussions africaines et indiennes et des flutes japonaises. Le groupe emprunte des techniques de compositions à la musique classique afin que la narration musicale soit aussi expressive que les textes. Pour eux, les guitares font parties de la section rythmique avec la batterie, les percussions et la basse tandis que la section mélodique est composée du chant et des instruments traditionnels.

En 2014, le groupe signe avec la maison de disque suédoise “ViciSolum Productions” et sorti l'album “The Unknown Citizens” ; qui continue sur sa lancée métal avec une touche de musique du monde mais avec un peu plus de maturité et de brutalité dans l'ensemble tout en étant toujours aussi cinématographique dans leur écriture. Après 6 ans et quelques changements au niveau des musiciens, dont le départ des membres fondateurs WALLOIS et NOËL, le groupe nous revient en sortant un EP de 2 chansons en guise d'amuse-gueule pour ensuite sortir cette année leur nouvel album : “Ddulden's Last Flight”. Rendant hommage aux bandes originaux de films d'aventure, l'album mise cette fois beaucoup plus sur le côté oriental et orchestral mais sans pour autant ignorer leur racine métal. Racontant encore une fois une fable sociale, cette fois-ci sur le luddisme : un mouvement d'artisans de laine anglais qui se sont révoltés entre 1811 et 1816 pour s'opposer à des employeurs et à des manufacturiers qui utilisaient des machines à tisser, l'album est une longue pièce d'un peu moins de 40 minutes divisées en 8 pièces.

Tel une musique de générique, « Ddulden Dreams Beyond The Peak » débute avec une musique guidée par des instruments japonais, le sitar, un orchestre à corde et des vocalises qui nous présente la scène initiale de la pochette de l'album : Dddulden, se tenant sur le versant abrupte d'une montagne, prêt à faire le grand saut sur sa machine volante fait à la main pour s'envoler au-delà des montagnes. Après une musique si apaisante, « Sky High » nous agrippe avec une mélodie très djent à la guitare et la batterie avec la basse de Christine LANUSSE qui gronde accompagnée par la voix sombre et rauque de Franck MICHEL; qui me rappelle celle de David DRAIMAN du groupe DISTURBED. Le tout est enveloppés par des instruments à cordes et percussions qui nous apportent vers un monde unique. On est d'ailleurs dans cet univers à mi-chemin le temps d'un instant pour ensuite revenir dans le coté métal qui devient de plus en plus intense avec MICHEL qui sort sa rage en hurlant; un des rare moment de l'album contenant du growl, ce qui n'était moins le cas pour les autres albums, et je trouve ça mieux dosé ainsi! « Hit the Ground » ressort les instruments orientaux pour ainsi ne pas nous faire heurter le sol mais plutôt nous élever haut dans le ciel tant la musique est transcendante malgré une ambiance un peu inquiétante. « Sirens Call » mélange encore à la perfection le rock et la musique orientale qui me rappel un peu THE TEA PARTY avec une touche plus symphonique pour devenir plus oppressent et métal avec des chants menaçants en milieu de la pièce, un autre grand moment!

Après la paisible interlude orientale « Ddulden Flies To His Fate », vient la tempête « Blackened Rain » qui alterne à merveille le coté agressif du métal technique avec la musique orientale, un peu comme s'ils étaient le mariage parfait. La cadence ralentie un peu plus sur « Newborn Whirldwind » avec le sitar qui prend cette fois-ci le contrôle mélodique accompagnée par une batterie et une basse très groovy tandis que la voix est douce, presque rassurante, avant de devenir un tourbillon de rugissement et de rythmes agressifs à couper le souffle. Puis, tandis qu'on pensait pouvoir reprendre un peu son souffle, nous voilà rendu à la finale « Last Flight ». Débutant sur un air djent avec une basse et une guitare qui claquent comme jamais accompagnées merveilleusement par un instrument à corde asiatique, la mélodie ne fait que s'amplifier à partir de la seconde moitié pour ne jamais s'arrêter avec un air symphonique et une chorale en arrière-plan qui s'ajoute au mur sonore. Puis, c'est la fin, on peut enfin respirer... avec néanmoins une certaine envie d'en vouloir plus!

Avec une fusion parfaite avec le coté brutal du métal et la musique du monde, GRORR a réussi une fois de plus à se surpasser en créant une œuvre de haute qualité. Tiré d'un script d'un film du même nom qui n'a malheureusement jamais vu le jour, l'album a pu nous le faire voir mentalement tant leur composition est vraiment ficelée pour mettre des images à la musique. La production est très réussie en mettant tous les instruments sur le même pied d’estale à l'enregistrement. J'en profite pour mettre mon chapeau bien bas à Sylvain KANSARA pour son travail avec tous ces instruments orientaux. En guise de bonus, les 2 pièces de leur EP sorti l'année passée sont disponible en se procurant la version digitale sur la page « Bandcamp ». Une autre très belle surprise que je conseille aux fans de métal prog extrême qui recherche quelques choses de différent!

    1. Ddulden Dreams Beyond the Peak (2:31)
    2. Sky High (4:54)
    3. Hit the Ground (3:43)
    4. Sirens Call (5:08)
    5. Ddulden Flies to His Fate (1:15)
    6. Blackened Rain (6:06)
    7. Newborn Whirlwind (5:20)
    8. Last Flight (7:08)

PISTES / TRACKS

musiciens / musicians

Franck Michel – Vocals
Yoann Estingoy – Guitar
Sylvain Kansara – Keyboard, Folk Instruments
Christine Lanusse – Bass
Jérémy Chabanaux - Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020