CHRONIQUE RAPIDE / QUICK REVIEW

pink fairies

residents reptiles

Releases information

Release date: August 24, 2017

From: UK

7,8

Richard Hawey - September 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Émergeant de la scène underground de Londres vers la fin des années 60, les anarchistes psychédéliques PINK FAIRIES revienne avec un nouvel album « Residents Reptiles ». Mené par les membres fondateurs Paul RUDOLPH (guitare et chant), l’ancien bassiste d’Hawkwind Alan DAVEY et le batteur des ‎‎Motorhead‎‎ Lucas FOX, ils forment un solide trio de rock.‎

‎Les huit pistes de l’album, dont la durée s’étire entre trois et six minutes, sont à une exception près, des variations sur le thème du hard rock qui rencontre le space/rock. Les éléments de hard rock conservent la musique plus terre à terre, on ne se complique pas l’existence.‎ Certaines chansons sont plus hard rock comme « Your Cover Is Blown », « Lone Wolf », et « Monkey Chatter » mais elles offrent beaucoup de puissance et des tapements de pied garantis. Selon moi, les meilleures pistes, sont celles qui nous font plonger dans le space/rock telles que ‎‎ « Mirage », « Old Enuff » « To Know Better » et « Whipping Boy ». Ayant été fondée aux États-Unis pendant un certain temps, le chant de Rudolph ressemble à un moins fey, moins whiney ‎‎Neil Young‎‎.‎ La piste qui clos, « ‎‎Apologize‎‎ » apporte certaines tonalités psychédéliques, avec la présence discrète du Mellotron et des paroles qui apportent un accent politique. Cela la rend un peu différente des sept précédentes.‎

‎Bien que « Residents Reptiles » n’ait pas grand-chose d’original, PINK FAIRIES nous présente ici une production pleine de vie teintée de Rock et de space/rock qui répondront à vos attentes. Recommandé pour ceux qui ont besoin d’une injection d’énergie.

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019