CHRONIQUE / REVIEW

phillip johnston

the adventures of prince achmed

Releases information

Release date: October 26, 2018

Format: Digital, CD

Label: Asynchronous Records

From: USA

8,7

Guillaume Desmeules - Feb 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Phillip JOHNSTON est un saxophoniste et compositeur natif des États-Unis et qui réside présentement à Sydney en Australie depuis 2005, ayant oeuvré dans de nombreux projets de musique jazz et musique de film depuis plus de 25 ans.  « The Adventures of Prince Achmed » est une trame sonore inspirée d'un film d'animation muet, le premier long métrage du genre en fait, sur les contes des 1001 nuits créé en 1926 par Lotte REINIGER.  Pour ce projet, il est accompagné de James GREENING au trombone, Alister SPENCE et Casey GOLDEN à l'orgue et synthétiseur et Nic CECIRE à la batterie.  Le style pourrait se qualifier de musique expérimentale qui entremêle jazz, musique du monde et une bonne dose de prog pour certaines pièces.

 

Puisque c'est une musique de film et qu'il y a une projection du long métrage durant la prestation en spectacle, je me suis prêté au jeu en y ajoutant le visuel à l'expérience en guise d'hors d'oeuvre (soyons fous!).  Pour le côté synchronisation avec le film, il n'y a pas à dire, c'est du solide!  Les mouvements des personnages vont même parfois parfaitement au rythme de la musique, ce qui donne parfois des arpèges très complexes.  Il n'y a pas à dire, JOHNSTON a fait un énorme travail et il sait très bien où et quand mettre l'ambiance au bon moment.  Le film en tant que tel est aussi du bonheur pour les yeux et représente bien la célèbre histoire!  Pour ce qui est du plat principal, la musique, faisons un petit tour plus en profondeur si vous le voulez bien.  Après un « Prelude » qui nous présente un aspect minimaliste hypnotiseur au piano et percussions en arrière fond avec quelques lignes de cuivres et orgues expérimentaux, « The African Magician » nous dirige vers une ambiance festive et carnavalesque faisant penser à l'univers de MIRIODOR.  Les orgues dominent et s'échangent de joyeux solos pour ensuite se changer en une section plus planante vers le quart de la pièce puis revenir vers un rythme presque funk à la batterie avec les cuivres qui font de longs arpèges sur un fond d'orgue oppressant jusqu'à la finale.  « Prince Achmed » change de cap pour laisser place aux cuivres qui s'échangent de magnifiques solos rappelant les films noirs des années 1930 pour revenir au rythme carnavalesque à mi-chemin; la pièce se termine en un jazz hypnotisant avec des solos de chacun des musiciens.  Comme vous pouvez le voir, c'est un album qui ne manque pas d'originalité et qui n'a pas peur d'aller dans tous les sens!  « Pari Banu Kidnapped » mélange musique du monde et jazz avec des passages presque dansants.  Pour désigner quelques personnages clé à l'histoire, quelques passages musicaux reviennent au cours des pièces.  Ainsi, « Adventures in China » et « The Witch VS the Magician », qui pourraient faire une musique de lounge party avec son coté électro jazz, « The Witch & the Wedding », qui est un court moment free-jazz avec une pluie de solos, la minimaliste mais réussie « The Magic Lamp », et la presque industrielle « The Battle of the Spirits » contiennent des sonorités électroniques au clavier qui est intéressant mais déstabilisant en même temps.  La très rigolote « Take Me to Wak-Wak » est un jazz expérimental sur un thème presque « soap opera » à l'orgue en arrière-plan.  Après un solo de JOHNSTON qui nous tire presque les larmes aux yeux en guise d'intro pour « Aladdin's Tale », le rythme se change soudainement en blues de la luxure à l'orgue et la batterie avec des solos d'orgues et de cuivres qui est l'un des moments forts de l'album selon moi.  « Return to the Land of the Mortals », qui commence tout en douceur, se termine soudainement avec une pluie d'arpèges de tous les instruments en même temps en guise de coup final.

 

On peut comparer cet album à un voyage dans une nouvelle ville, on découvre des avenues qui peuvent sembler étranges mais on s'y habitue à force d'y retourner.  L'idée de JOHNSTON de faire des trames sonores de vieux films muets est une excellente idée qui amène un second regard plus contemporain au projet.  CECIRE fait particulièrement de l'excellent travail à la batterie tout au long de l'album avec de très bonnes transitions rythmiques percutantes.  L'écoute peut être ardue à certains moments mais elle reste fort plaisante pour les joyeux échanges entre SPENCE et GOLDEN à l'orgue qui donnent un aspect rock progressif des 70's. Pour ma part, ce fut une expérience satisfaisante!

 

PISTES / TRACKS

 

1. Prelude (2:31)

2. The African Magician (7:42)

3. Prince Achmed (8:48)

4. Pari Banu Kidnapped (7:23)

5. Adventures in China (4:58)

6. The Witch & the Wedding (3:13)

7. Take me to Wak-Wak (5:25)

8. The Magic Lamp (5:42)

9. Aladdin's Tale (4:23)

10. The Witch vs the Magician (5:40)

11. The Battle of the Spirits (5:20)

12. Return to the Land of the Mortals (4:19)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Phillip Johnston: Soprano saxophone

James Greening: Trombone

Alister Spence: Organ, keyboards

Casey Golden: Organ, keyboards

Nic Cecire: Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019