CHRONIQUE / REVIEW

panzerpappa

summarisk suite

Releases information

Release date: May 3, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Apollon Records

From: Norvège / Norway

8,7

Marc Thibeault - May 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Nous voici rendu au septième album des norvégiens PANZERPAPPA.  Très axé sur le Jazz-Rock, c’est l’évolution musicale logique de son prédécesseur (« Pestrottedans », 2016).  Selon le communiqué reçu avec l’album, ce nouveau-né est composé de vieilles esquisses laissées de côté depuis des décennies, de nouvelles compositions et même d’une pièce totalement improvisée sur place (« Belgerisk Improv ») au studio!  Ça donne un album d’environ 42 minutes qui est surprenant et agréable à l’écoute.

 

On débute l’album instrumental avec la pièce « Algerisk symfo »: avec une intro très Electro et Prog, le rythme est lent mais soutenu, ce qui donne un sentiment presque relaxant jusqu’à la troisième minute quand le rythme monte d’un cran.  Ça devient plus Jazz-Rock dans le style de RETURN TO FOREVER et puis ça reste dans le Jazz-Rock avec quelques montées d’adrénaline ici et là. Ça débute bien!  Avec son début « Space-Electro », « Belgerisk improv » est très éthérée, voir langoureux. L’ajout de saxophone met une couleur de plus sur cette musique qui tend vers l’exotique un peu mystérieux.  La guitare lancinante nous hypnotise et nous transporte avec elle à-travers la pièce qui, elle, augmente un peu d’intensité avant de revenir à une fin plus douce. « Spartansk Mambo no 5 » est plus entrainante et il y a un léger sentiment d’urgence dans le rythme.  On y entend encore des sons et styles rappelant un peu les pays exotiques mais c’est joué dans une mouture plus Jazz-Rock, ce qui rend le tout assez particulier mais toujours agréable à l’écoute. « Permutert Panzerrock » nous ramène plus au style associé à l’album précédent: un Rock rythmé avec un penchant vers le Jazz-Rock. La pièce est du même style que la première pièce de l’album précédent (« Spådom »).  C’est entrainant, dynamique, et on se surprend à suivre le rythme avec son pied.  La pièce « Revidert Malist », avec le synthétiseur qui crée un beat au style un peu oriental et qui sert de fil conducteur, débute comme une douce mélodie avant d’augmenter légèrement de rythme à la troisième minute.  Ça demeure quand même relaxant mais ça devient plus Jazzé et on ressent de l’intensité lors du solo de la guitare vers 04:45 dans la pièce. Ça remonte d’un autre cran pendant presqu’une minute vers 06:22 avant de retomber au rythme initial jusqu’à la fin.  « Seriell Ballade » détonne légèrement des autres pièces par son style de musique de films.  On croirait entendre la musique d’un Thriller avec, en prime, quelques effets spéciaux parsemés dans la musique.  Ça donne un petit côté noir à la pièce et la musique presque lugubre nous garde enfermé avec elle dans un suspense qui semble s’éterniser. Et puis, soudainement, on est libéré à quelques secondes de la fin.  Assez efficace!

 

Ceux qui avaient écouté les albums précédents de PANZERPAPPA savent à quoi s’attendre.  Les néophytes du groupe devront s’attendre à un style Jazz-Rock teintée de Prog et, surtout, de musique plus exotique, donnant un résultat parfois éclectique mais toujours bon!

 

PISTES / TRACKS

 

1. Algerisk symfo (07:53)

2. Belgerisk improv (06:48)
3. Spartansk Mambo no 5 (07:34)

4. Permutert Panzerrock (03:55)

5. Revidert Malist (09:17)

6. Seriell Ballade (06:35)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Steinar BØRVE / Saxophones, Akai EWI

Trond GJELLUM / Drums, percussion, samplers and sounds

Anders KRABBERØD / Bass guitars, Chapman Stick, additional keyboards

Jarle STORLØKKEN / Guitars, keyboards, accordion

Torgeir WERGELAND SØRBYE / Keyboards

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019