CHRONIQUE / REVIEW

Øresund Space Collective

ØSC meets BMC

Freak out in the fjord

Releases information

Release date: May 7, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Space Rock Productions

From: Danemark / Denmark

7,4

Mario Champagne - July 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

ØRESUND SPACE COLLECTIVE est un collectif de musiciens Danois et Suédois, fondé en 2004 qui se spécialise dans la production de longues improvisations de « Space Rock ». Ces musiciens, sans nom de famille publié, en sont déjà à plus de 29 albums d’improvisations depuis 2006. Il est aussi surprenant d’apprendre qu’en 10 ans, 50 musiciens différents ont fait partie de ce collectif. C’est comme une auberge où on y rentre et sort à volonté. Leur mission est claire, se rencontrer, « jammer » et enregistrer de la musique de façon spontanée, durant de très longues sessions planantes, psychédéliques et jazzy !  Dans le cas de cet album, à la suite de la participation du collectif au spectacle « Freak Out in the Fjord », en Novembre 2017, qui se tenait à Trondheim, en Norvège, où il rencontra un autre groupe appelé BMC, décida d’organiser une session de jam quelques jours plus tard afin de créer ce présent album. Deux guitares, deux basses, trois ensembles de batteries, beaucoup de synthés, pour donner quatre pièces épiques aux identités très distinctes. L’exercice était ambitieux mais comme ØSC est maître du genre, il en résulte quelque chose de très plaisant, surtout si on est amateur du genre.  Près de deux heures de matériel ! Des pièces entre 23 et 36 minutes. Et on passe par tous les styles : expérimental, funk, jazz, reggae, psychédélique, « space » et « stoner rock ».

 

Dès la première écoute, on se surprend du processus de création appliqué. Généralement, les pièces partent très doucement, comme si les musiciens cherchaient la voie à suivre tout en s’échauffant. Et après, on assiste à la montée en puissance. Le fan de Prog doit être patient et cela vaut souvent la peine car sur trente minutes, cela peut prendre toutes les directions. Sur « Rendez-vous in the Nebula », l’improvisation débute sur des rythmes de batteries simples, avec un jeu de guitares surmontés d’effets très « space » de la part des synthétiseurs.  Les quatre premières minutes, sont un peu répétitives, c’est vrai, mais après, cela se bonifie subtilement, jusqu’à la neuvième minute, où cela prend son envol. Ensuite, l’accélération se poursuit de minute en minute sur un rythme basique de guitares et de batteries avec comme principale source de variations sonores tous les effets « space ». Ensuite, changement de rythme vers treize minutes et un soudain ralentissement. Une partie sans violence, pour relaxer avec un « blues » sage et intéressant pour les soli de guitares. Vient ensuite « Afterglow in the Sea of Sirens » qui selon les dires des musiciens serait inspiré de Miles Davis. Cette pièce ainsi que la suivante, « Dinner with Gregg A and Jerry G », sont les plus intéressantes de cet album. Plus « groovy », avec une instrumentation plus riche, où les musiciens se sont appliqués. Avec « Afterglow », on replonge dans la période psychédélique hippie. Une véritable musique d’ambiance, une musique de « mood » qui sur le long terme peut vous amener dans un état second. C’est le cas pour la première moitié, et ensuite on change de direction avec des changements d’accord et de bruits, sur des « beats » lancinants. Les musiciens en charge des synthés et des effets sonores créent vraiment la personnalité de chaque improvisation.

 

La pièce « Dinner with Gregg A and Jerry G » aurait été inspirée de l’œuvre de « Grateful Dead », plus légère, avec ses rythmes de percussions et de guitares saccadés. Plus vivante, un vrai « hit » car l’intensité augmente avec le temps et les guitares se déchainent. Ma préférée, avec ses murs de réverbérations. Après onze minutes, elle devient plus calme, mais plus riches d’ambiance se terminant tout en douceur. Pour conclure ce voyage atypique, le titre éponyme « Freakout in the Fjord », qui donne dans le « heavy space » rock avec un début de synthé volage, sur fonds de « beats » simples, ou s’immisce la basse et des passages funks. On peut déplacer le curseur sur la pièce, le rythme reste presque le même; seul les synthés et le bruitage varient. Finalement, après douze minutes, les musiciens s’orientent vers un son « heavy » psychédélique mais ils restent malgré tout très sages, introduisant un violon qui se défend bien et trouve sa place dans ce chaos. Vraiment, un titre pour les amateurs de HAWKWIND jusqu’à la moitié, et hop, le collectif cherche une autre direction. Après la frénésie du début, cela tombe un peu à plat. Très expérimental, beaucoup de bruitage. Comme un trou d’air de plusieurs longues minutes, qui déçoit,  avant que le collectif ne trouve une autre piste d’inspiration pour finir avec un son « hard » pas si mal qui permet de relever la tête.

 

J’ai trouvé cette démarche d’improvisation assez intéressante quoique je trouve dommage qu’autant de talent ne soit pas attelé à des projets plus structurés. J’y ai senti beaucoup de retenue. Il aurait été bien plaisant d’y retrouver un peu plus de folie débridée. Par moment, l’enchainement musical peut sembler assez répétitif à l’intérieur d’un même titre, mais je salue cette démarche innovante où évidemment il semble que l’objectif primordial est d’avoir du plaisir à créer ensemble. A mon avis, le projet aurait gagné en qualité s’ils avaient fait des pièces moins longues car parfois on sent qu’ils cherchent à étirer la sauce. On sent aussi l’errance et les recherches de pistes musicales à suivre. Malgré tout, j’ai trouvé cela très intéressant sur la plupart des pièces. Si le genre vous intéresse, prenez note que le collectif offre en téléchargement gratuit plus de 40 heures de spectacles improvisés sur leur site web.  Ceci devrait vous faire planer au moins pendant une semaine ou plus. Bonne écoute!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Rendezvous in the Nebula (26:18)

  2. Afterglow in the Sea of Sirens (23:55)

  3. Dinner with Gregg A and Jerry G (33:15)

  4. Freakout in the Fjord (36:02)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Magnus- Fender Rhodes, Synthesizer

Tim- Drums, Fender Rhodes

Simon- Drums

Hasse- Bass

Øyvin- Bass

Vemund- Guitar

Jonathan- Violin, Guitar

Dr SPACE- Modular Synth, Kaoscillator, Korg Monotron

Peran- Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019