CHRONIQUE / REVIEW

opeth

in cauda venenum

Releases information

Release date: September 27, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Moderbolaget Records / Nuclear Blast

From: Suède / Sweden

9,4

Mario Champagne - November 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Le rêve de tout groupe musical consiste à trouver ce son caractéristique qui le distinguera de tous les autres, lui permettant dès les premières notes d'être reconnu, d'être identifié.  Sa marque distinctive ! Son Graal !  Nous connaissons tous le son de RUSH, le son d'IQ, le son de Gente Giant, etc. Et si le chanteur excelle et se distingue par sa voix, l'effet est surmultiplié. Ajoutons à cette liste le son d'OPETH, avec son chanteur Mikael ÅKERFELDT, à la voix claire et à la capacité exceptionnelle pour ce qui est de tenir la note.  Leur nouvel album studio, leur treizième soit dit en passant, confirme cette sonorité bien installée depuis plusieurs années, et qui rassurera les fans qui ont apprécié cette tangente prise par le groupe, où le « growl » fut abandonné, et ce au grand dam d'une autre partie des fans qui regrettent cette époque.

 

Personnellement, je ne suis qu'un fan récent d'OPETH, ayant commencé ma découverte de leur œuvre avec « Pale Communion », piochant par la suite ici et là dans le reste de leur discographie, et appréciant même leurs sections à raclements de gorge ! Mais, je trouve qu'ÅKERFELDT, avec sa voix si distincte, puissante et mélodieuse ne pouvait plus se cacher derrière ses grognements pour nous priver d'un des principaux joyaux de ce groupe. Si vous ne connaissez pas OPETH, ou si vous n'avez jamais écouté un de leurs albums, « In Cauda Venenum », titre latin pour « Le Venin dans la Queue », pourrait être une bonne clef pour en accéder à leur domaine. Très accessible, varié, totalement intense et tout en prouesses. Et si vous vous concentrez quelques instants sur la voix d'ÅKERFELDT, vous saisirez qu'il joue dans la catégorie des grands chanteurs de l'histoire. Ce qui explique probablement pourquoi au moment où j'écris ce texte, pourquoi cet album flotte au-dessus des chartes de ventes partout en Europe, car nous faisons face à un excellent cru !  OPETH poursuit dans la même veine des albums précédents en nous charmant avec sa complexité mélodique, mélangeant d'excellents passages lourds style « 70's » à des moments plus calmes et sereins, pour nous offrir, ce qui est dans leur cas, l'album de la maturité.

 

Ce nouvel album, comprends deux CDs, une version anglaise et une version suédoise, ce qui pour cette dernière représente une première pour ce groupe. En fait l'album fut conçu en suédois et traduit par la suite. L'album comprend de multiples petits bijoux. L'introduction « Garden Of Earthly Delights » est fascinante, comme empruntée à TANGERINE DREAM, et qui installe dès les premiers instants une ambiance solennellement mystérieuse et pieuse, se terminant par les mignonnes paroles d'un jeune enfant suédois, ouvrant la porte à l'énorme « Dignity », avec sa chorale extravertie. Direct dans le vif du sujet, un Prog métal bien assenée. Pièce mélodieuse et complexe, où la créativité n'a pas failli, avec ses passages grandioses, parfois gothiques, parfois pastoraux. La voix d’ÅKERFELDT, s'y fait petite et délicate, immense et émotionnellement profonde, avec un niveau de théâtralité qui sied bien au style mélodique appliqué. Suit « Heart In Hand », pièce majeure avec ses riffs addictifs, et un boulot de dingue pour AXENROT. « Next of Kin », « Lovelorn Crime », « Charlatan », « Universal Truth », une suite de pièces mélodiques au chant torturé avec un ÅKERFELDT au sommet de sa forme. « Lovelorn Crime » étant au passage ma préférée de cet album où rien n'est à jeter. Digne de mention, « The Garroter », avec un début à la guitare andalouse, qui surprend aussi par son chant machinal, et une ambiance presque « jazzy » habilement camouflée. Et que dire de la magistrale finale, « All things must pass » qui condense l'univers musical d'OPETH sur huit minutes. Probablement la pièce à écouter en premier pour ceux qui ne connaissent pas ce groupe car elle sonne déjà comme un futur classique d'OPETH.

 

Que dire de plus. OPETH nous a livré un excellent OPETH. Un disque qui tourne en boucle dans mon véhicule depuis deux semaines et ce n'est pas près de s'arrêter. Des chansons bien composées, superbement chantées, qui dégagent puissance et émotions. Des chansons aux personnalités propres qui impriment et qui se sifflotent bien dans la tête. Un album qui assurément flirtera en tête de liste de plusieurs palmarès « Prog » personnels. Sincèrement, une très bonne écoute à tous, car plaisir et frissons assurés !  

 

PISTES / TRACKS

 

Swedish version:

1. Livets Trädgård (3:28)

2. Svekets Prins (6:35)

3. Hjärtat Vet Vad Handen Gör (8:29)

4. De Närmast Sörjande (7:07)

5. Minnets Yta (6:34)

6. Charlatan (5:29)

7. Ingen Sanning Är Allas (7:20)

8. Banemannen (6:43)

9. Kontinuerlig Drift (7:23)

10. Allting Tar Slut (8:31)

 

English version:

1. Garden Of Earthly Delights (3:28)

2. Dignity (6:35)

3. Heart In Hand (8:29)

4. Next Of Kin (7:08)

5. Lovelorn Crime (6:34)

6. Charlatan (5:29)

7. Universal Truth (7:29)

8. The Garroter (6:45)

9. Continuum (7 :22)

10. All Things Will Pass (8:33)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Martin MENDEZ - Bass Guitar

Martin AXENROT - Drums

Mikael ÅKERFELDT - Vocals, Guitar

Joakim SVALBERG - Keyboards, Vocals

Fredrik ÅKESSON - Guitar, Vocals

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019