CHRONIQUE / REVIEW

north sea radio orchestra

John greaves & annie barbazza

Folly bololey - songs from robert wyatt's rock bottom

Releases information

Release date: May 17, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Dark Companion Records

From: Royaume-Uni / UK

8,0

François Bérubé - September 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Dans le petit monde du prog, existe un style lié à un lieu précis et à un son bien particulier. Vous l’aurez deviné… Il s’agit du Canterbury.  Dans ce style, mélangeant à la fois jazz, rock, psychédélisme et pop d’une manière originale, existe un groupe plutôt caractéristique de ce genre et j’ai nommé : "Soft Machine". Au cœur de ce groupe, un musicien incarne bien l’esprit de ce style et c’est nul autre que Robert WYATT. Celui-ci était le batteur de ce groupe, ensuite il a fondé "Matching Mole" et a poursuivi une carrière solo.  En 1974, suite à un grave accident (il tombe d’un quatrième étage et perd l’usage de ses jambes pour toujours), il compose son deuxième album solo du nom de « Rock Bottom », devenu un album culte pour plusieurs.

 

Pour tout vous dire, j’aime bien le Canterbury mais je n’ai jamais vraiment accroché à "Soft  Machine", je ne sais pas pourquoi (je préfère de loin Caravan et Gong!)… J’ai écouté aussi « Rock Bottom » quelques fois parce que tout le monde écrit que c’est un classique, mais je n’ai pas trop accroché non plus!  Pourquoi je vous dis tout ça?  Parce que l’album qui nous intéresse ici est un album de reprises et reprend l’entièreté de l’album « Rock Bottom » de Robert WYATT et quelques autres de ses compositions se trouvant sur ses autres albums. North Sea Radio Orchestra est un orchestre de chambre, fondé et dirigé par le guitariste Craig FORTNAM, qui a fait quelques reprises… ils avaient déjà repris une chanson de Robert WYATT sur un album précédent et on leur doit aussi une excellente reprise d’une chanson des Cardiacs (groupe déluré de prog-punk psychédélique que j’aime bien!) sur un album hommage à Tim SMITH, le leader de ce groupe unique et incomparable.

 

Pour les fins de cette chronique, j’ai donc eu l’occasion de me replonger dans l’album original et dans celui-ci.  Je peux dire honnêtement que je pense que je préfère cet album à l’original. D’abord composé pour un concert, l’orchestre North Sea Radio Orchestra est agrémenté de deux artistes invités, un chanteur et une chanteuse : John GREAVES (membre des  groupes Henry Cow et National Health) jouant aussi de la basse et Annie BARBAZZA (une protégée de Greg LAKE) qui joue aussi de l’orgue Farfisa.  Annie avait fait un excellent album de reprises de chansons de "Emerson, Lake and Palmer" et de "King Crimson", sorti sur le label Manticore Records l’an dernier. Venons-en à notre sujet principal. À ma  première écoute, j’ai trouvé que cet album était plutôt difficile d’écoute. Mais dès la deuxième écoute, j’ai su apprécier davantage…La voix chaude d’Annie BARBAZZA est remarquable et donne une nouvelle couleur à l’œuvre de WYATT. Ses textes, dont on connaît la poésie surréaliste et quelque peu psychédélique, prennent ici une nouvelle forme et en ressortent d’une nouvelle façon, qu’ils soient chantés ou quelques fois lus.  Le ton très intimiste et dépouillé de l’album original est plus déployé et prend davantage de fraîcheur et de profondeur. J’ai aimé particulièrement les duos, entre autre avec William D. DRAKE (membres des Cardiacs), sur les pièces « A Last Straw » et « Alifib » ou avec Craig FORTNAM sur « The British Road » et « Shipbuilding ».

 

L’orchestration est originale: en plus du piano, de la basse et de la guitare; le basson, la clarinette, le violon, le violoncelle, le vibraphone et la batterie enrichissent et embellissent les chansons originales qui avaient été enregistrées les plus sobrement possible.  Six pièces constituent l’album original, dont la plupart sont des compositions en l’honneur de Alfreda BENGE, qui était la muse de WYATT à l’époque et qui est toujours sa femme aujourd’hui.  Les quatre pièces supplémentaires sont vraiment agréables à écouter, je les préfère même à celles de « Rock Bottom ».  Tous les titres sont entre 4 et 7 minutes.  Pas de pièces épiques ici, ce n’est pas du prog symphonique, c’est davantage l’œuvre unique d’un auteur compositeur et interprète qui est réinterprété par des musiciens talentueux qui l’admirent et veulent lui rendre hommage.

 

Cet album est donc vraiment un bel hommage... à un artiste assez peu connu mais pourtant influent.  Je le recommande d’abord aux amateurs de Robert WYATT ou de Canterbury… Une belle façon de découvrir ou de redécouvrir cet artiste et son œuvre originale et incomparable!...

 

PISTES / TRACKS

 

1. Sea Song (5:54)

2. A Last Straw (5:27)

3. Little Red Riding Hood Hit The Road (5:04)

4. Alifib (7:45)

5. Alifie (5:19)

6. Little Red Robin Hood Hit The Road (5:18)

Bonus tracks:

7. The British Road (6:25)

8. Maryan (5:41)

9. Shipbuilding (4:47)

10. O Caroline (5:09)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Annie Barbazza: Lead Vocal/Farfisa Organ

John Greaves: Bass guitar/Vocal (track 4 and 11)/Spoken Word (track 3, 5 and 6)

Nicky Baigent: Bb Clarinet/Bass Clarinet/Spoken Word (track 5)

Luke Crookes: Bassoon

William D. Drake: Piano/Farfisa Organ/Vocal (track 2,3 and 5)

Harry Escott: Cello

Craig Fortnam: Guitar/Farfisa Organ/Vocal (track 7 and 9)

Tommaso Franguelli: Vibes/Percussion

Cheb Nettles: Drums

Laurent Valero: Violin/Viola/Recorder/Bass Recorder

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020