CHRONIQUE / REVIEW

nik turner

the final frontier

Releases information

Release date: March 8, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Cleopatra Records

From: Royaume-Uni / UK

8,7

Mario Champagne - May 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Voici donc le tout dernier album de Nik TURNER, 78 ans, musicien, chanteur, compositeur, le grand-papa du « space » rock psychédélique. Et si vous n'avez jamais entendu parler de   lui, sachez qu'il est l'un des membres fondateurs du groupe HAWKWIND, créé en 1969. Un groupe à la discographie honorable avec près de 30 albums à son actif, qui développa ce courant musical très particulier au Royaume-Uni. TURNER est un musicien prolifique et on ne compte plus ses multiples collaborations avec différents artistes et autres groupes. Du point de vue albums solos, il s'agit ici de son quatrième effort personnel depuis 2013 et il s'intitule « The Final Frontier », tout comme un film de Star Trek d'ailleurs. Avec sa magnifique pochette digne d'un film de Ridley SCOTT, Nik TURNER nous conditionne à une traversée épique de mondes glauques et inquiétants dans une atmosphère de science-fiction psychédélique, typique du début des premières années d'HAWKWIND, et ce, sans avoir à abuser de substances psychotropes! Pour ce faire, il s'est entouré d'amis et de plusieurs musiciens du groupe punk rock « UK SUBS ».

 

Avant de commencer à écouter cet album, ne vous attendez pas à une très grande prestation vocale de la part de Mr TURNER.  Sa voix, souvent en retrait, est un instrument de musique comme les autres, qui ajoute une couche d'ambiance comme les autres parties sonores projetées dans ce voyage aux confins... d'on ne sait où, en fait! L'album débute sur les chapeaux de roue avec « Out of control », sur une intro typique à la HAWKWIND. Un son presque tribal et incantatoire, pour vous amener en transe, suivi d'effets de guitares et de synthétiseurs résonnants, avec en arrière-plan la voix passible de Turner, accompagnée d'une multitude de petits bruits « spatiaux » dans le style modulation d'ondes. Dans ce mur de sons, se développe une pièce au chaos jouissif que les différents solos, saxophone et guitares, viennent agrémenter sur une belle couche claire de batteries. Cette pièce est fabuleuse et un must pour tout fan d'HAWKWIND. Un retour aux sources « seventies »! C'est dense, bien rempli! Une musique qui fait du bien et amusante! Sur un rythme beaucoup plus lent, suit "Interstellar Aliens", avec un très beau violon et une flopée de sons de science-fiction. On sent que la voix de TURNER est fatiguée, mais elle demeure quand même agréable et touchante. Cette pièce peut être considérée comme une balade sur cet album, mais une « space » balade au son bourdonnant. Le violon lui donne toute sa richesse. « Back to the Ship », quant à elle, pourra au début en désarçonner plus d'un. TURNER y égrène lentement des mots dans une ambiance franchement psychédélique, lourde, et parfois presque orientale, comme dans un mauvais rêve, avec sifflements, bruits de vents et une panoplie de bruits. Les braves qui auront tenu le coup seront récompensés par un changement de style drastique vers le milieu de celle-ci. Du bon « space » rock énergique surgit subitement avec le violon comme fil conducteur et de belles passes de flûte.  Un passage excellemment réussi! « Strange Loop », totalement instrumentale, commence pratiquement sur des airs de tam-tam, joint d'un joli chœur féminin synthétisé, 100% machine, accompagné de violon, dans un cadre plutôt optimiste, agrémenté d'un saxophone qui s'amuse de façon saccadée. Franchement réussie également. « Calling the Egyptians », avec le retour des percussions style tam-tam, des notes de Mellotron et une influence très légère de sons nord africains, présente par la suite une ligne de guitare directrice qui joue un pattern répétitif, auquel s'accroche tout doucement paroles, bruitages, percussions additionnelles et notes de saxophones. Tout cela monte légèrement et progressivement en crescendo. «Thunder Rider» (aussi le surnom de Nik TURNER!) démarre lentement avec une rengaine sur une ligne de basse redondante, mais le plaisir croit vers le milieu de la pièce avec la folie du saxophone en solo de TURNER, sur un fond de battements répétitifs et hypnotiques. La pièce la plus longue de cette parution, « The Final Frontier Part I », comme dans une musique de film, introduit un paysage spatial avec une basse lente qui vient faire la part belle à une quantité incroyable de petits sons qui font monter le plaisir. La flûte charme et la guitare vibre. « This is your captain speaking.... » Le rythme est lent pour créer une atmosphère sombre d'outre-mondes. Turner déclame sa litanie qui se propage tout en échos! Psychédélique à souhait. « The Final Frontier Part 2 », la suite (ou pas!), mélange méli-mélo de sons et violon. On fait face à un ce qui ressemble à un « jam » des musiciens. Il ne semble pas y a voir de direction précise à part s'amuser, même si, comme il le dit: «... your captain is dead! » Finalement, avec « PAD4 », on complète avec une pièce instrumentale psychédélique où la flûte est maîtresse dans une ambiance inquiétante d'ondes vibrantes, avec une voix de fée en filigrane. Plutôt de type expérimental mais elle ne détone par rapport à l'ensemble de l’œuvre, et ferme bien la marche!

 

Globalement, Nik TURNER délivre une belle galette! La marchandise est bien livrée et produit son effet dépaysant au fil de l'écoute. Plusieurs pourront s'agacer en disant que la performance du chanteur n’est pas à la hauteur, mais à presque 80 ans, et dans le style « space » rock psychédélique qui est axé plus sur l'expérience vécue par l'auditeur que par la performance, je la trouve très honorable. Sa voix caverneuse ajoute même une touche de mystère à la sauce. La multitude de sons spatiaux créés, additionnée à la performance du violon, du saxophone et de la flûte, qui de surcroît sont des instruments qui en général n'ont pas un rôle prédominant, donne tout son charme à cet album.  Il est difficile par la suite d’essayer de fredonner le refrain d'une des chansons ou pièces musicales, car en fait il faut apprécier cette musique au moment présent lors de son écoute, pour se laisser embarquer dans ce voyage interstellaire sous le pilotage du Capitaine Nik. J'ai vraiment bien aimé cet album mais comme je suis fan d'HAWKWIND, mon opinion est probablement biaisée, mais le plaisir que j'ai eu à l'écouter fût bien réel. Une synthèse très recommandable du style « space » rock si vous n'êtes pas un habitué du genre! Et si cela vous a plu, essayez « Space Rituals » d'HAWKWIND » pour prolonger cette expérience!  Bonne écoute!

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Out Of Control (3:56)

  2. Interstellar Aliens (5:12)

  3. Back To The Ship (6:36)

  4. Strange Loop (5:15)

  5. Calling The Egyptians (4:37)

  6. Thunder Rider (5:09)

  7. The Final Frontier Part 1 (8:34)

  8. The Final Frontier Part 2 (2:20)

  9. PAD4 (3:29)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Nik TURNER - Vocals, Saxophone, Flute

Adam HAMILTON - Drums

Bryce SHELTON - Bass Guitar

Chris LIETZ - Keyboards

Jason WILLER - Drums

Jürgen ENGLER - Moog Synthesizer, Guitar, Bass

Kephera MOON - Keyboards

Nicky GARRATT - Guitar

Paul RUDOLPH - Guitar

Simon HOUSE - Violin

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019