CHRONIQUE / REVIEW

lunar cape

lunar folk tales

Releases information

Release date: January 1, 2019

Format: Digital, CD

Label: ArtBear Music

From: Russia / Russie

8,6

Serge Marcoux - September 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

Chers progueuses et progueurs, laissez-moi vous raconter une histoire musicale russe débordante d’imagination. Il était une fois six musiciens réunis à Moscou pour conjuguer leur talent. Cela se passait en 2011. Ce fut tant et si bien fait que quatre ans plus tard est paru un premier album intitulé « Just lunatics ». Mais la tragédie n’est pas que grecque, elle peut aussi être russe et c’est pourquoi le groupe LUNAR CAPE ne compte plus maintenant que trois musiciens permanents. Mais que cela ne tienne, notre trio lunaire a su recruter d’autres amis musiciens pour compléter leurs propres talents et a composé des musiques pour servir d’inspiration et de canevas à leurs histoires. Et quelles histoires! Quelle imagination!

 

Le premier conte sert de base aux suivants. Ainsi dès le premier morceau, le gardien de la nuit crée la lune et décide de raconter des histoires. Grâce aux rêves et à la musique, celles-ci constituent l’album « Lunar folk tales ». La deuxième de ces histoires implique une nymphe qui se nomme Syrinx qui se réfugie dans la voie lactée. À la troisième, une boule de pâte parcoure le monde pour permettre au couple qui l’a créé de manger son pain différemment. Elle rencontre croissant, baguette, pizza et autres produits de cet acabit. Puis avec « Old Man Crawley And Wood Goblin », les choses deviennent plus étranges encore. Un horrible gobelin de la forêt qui souhaite séduire une beauté, crée un miroir qu’il finit par abandonner. Un vieil homme le trouve et sa vie matrimoniale est changée à jamais. Je ne vous en dis pas plus. La suivante implique plusieurs personnages dont un ours, un touriste et une petite fille mais surtout un mystérieux panier de bleuets. Nous avons ensuite l’histoire d’un farfadet que seule une petite flute peut distraire de sa cupidité. Et finalement, TREY GUNN troque sa guitare Touch pour utiliser sa voix et narre les tribulations d’un paon qui ponds des œufs carrés.  Le sultan et ses serviteurs ne peuvent les casser et c’est pourquoi le sultan décrète qu’à l’avenir les œufs ne devront plus être carrés. Même l’instrumental « Blacksmith » est l’histoire d’un forgeron qui crée une fleur métallique. Elle devient réelle entre les mains de son amoureuse.

 

Le groupe aborde la musique d’une manière illustrative. Cela veut dire qu’elle est basée sur des paysages émotionnels, sur des images. Pour « Lunar folk tales », illustrer la musique passait par des contes de fée, par des histoires fabuleuses.  Le groupe a d’abord commencé par composer la musique, d’où l’album instrumental seulement. Cette musique a littéralement engendré les histoires qui nous sont contées, en anglais, pour un des albums et en russe pour l’autre. À ce stade, vous avez peut-être compris qu’il n’y a pas de chant associé à ce projet mais bel et bien de la narration. On retrouve donc la voix de OZMA NAGATOVNA du groupe ABSENT SUNDAY sur six morceaux et TREY GUNN sur un. Si vous souhaitez un peu d’exotisme, la version russe est pour vous. Si vous préférez suivre les folles péripéties de bien curieux personnages, alors tendez les oreilles à la version anglaise. Sinon, retournez à l’origine du projet en écoutant l’album instrumental. Vous pouvez vous procurer une version numérique pour un montant très raisonnable. Le support physique des CD, de format vinyle, offre un livret de seize pages et des illustrations vraiment superbes en phase basées sur les thèmes et les histoires. Cet objet d’art est évidemment beaucoup plus onéreux mais il colle tellement bien avec la philosophie du groupe et ce qu’est l’essence même de « Lunar folk tales », plein d’histoires et d’images, que de nombreux amateurs se laisseront tentés. Je suis persuadé que l’album deviendra un objet de collection. La réalisation visuelle de l’album est le résultat d’une collaboration entre un artiste et un designer russe, ARSENY LAPIN et ALEXANDER MEDVEDEV.

 

Mais dis-nous, oncle Serge, qu’en est-il de la musique maintenant que nous connaissons un peu les histoires et leur origine. Voici une bien légitime curiosité chers progueuses et progueurs et permettez-moi de vous en parler un peu. Il faut savoir que le groupe ne se réclame d’aucune école, mouvement ou genre. Il décrit son style comme de la musique instrumentale populaire, encore qu’ici et là il peut y avoir quelques vocalises. Le premier album était d’ailleurs sans chant et sans narration. De leur propre aveu, le mot populaire est quelque chose de bien relatif. Comme vous le savez chers amis, voici quelque chose que notre genre de prédilection connaît bien. Les influences prédominantes sont le folk, avec un petit accent russe, la musique classique et l’école Canterbury. L’instrument dominant est la flute et Dame OLGA SCOTLAND en joue fort joliment et de plusieurs manières.

 

Je ne vous raconte pas d’histoires si je vous dis que, par moments, le groupe rejoint le volet plus acoustique de JETHRO TULL ou des albums solos d’IAN ANDERSON. J’ai aussi pensé un petit peu aux moments plus doux de CARAVAN ou de CAMEL, voire aux albums solos de RICHARD SINCLAIR, et même un tantinet à LOS JAIVAS. Le jeu de basse d’ANDREY SHASHKOV est joyeusement expressif et ponctue fort adéquatement les pièces. Son talent et sa présence sont bien mis en valeur par l’enregistrement. Les guitares, acoustique et électrique, de ROMAN SMIRNOV savent apporter les touches nécessaires mais n’ont pas la même présence que celle des deux acolytes. Vous ajoutez des percussions sur quelques pièces, des vocalises à l’occasion, un peu de clavier sur une pièce et voilà ! La quarantaine de minute de musique instrumentale est un bien beau moment à passer avec une musique offerte en douceur et en délicatesse. Vous y ajouter les magnifiques visuels et les contes de fée et vous écoutez un album différent avec le même air de famille. Une belle découverte !

 

PISTES / TRACKS

 

1. History of The Moon (2:56)
2. Nymph Syrinx Amidst the Stars (5:36)
3. Doughball's Travels (4:30)
4. Old Man Crawley And Wood Goblin (8:35)
5. Blacksmith (3:40)
6. Who Brought the Berries? (8:04)
7. Greedy Cousin Leprechaun (4:39)
8. What the Peacock Is Silent About (Oriental) (8:00)

– Instrumental

1. История Луны (2:57)           

2. Сиринкс среди звезд (5:36)

3. Путешествие Колобка, или 80 дней по сусекам (4:31)                            

4. Старик Елозий и Леший (8:36) 

5. Кузнец (3:44)                     

6. Кто принес ягоды? (8:05)       

7. Жадный родственник Лепрекон (4:37)  

8. О чем молчит павлин (Восточная) (7:56)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Olga Scotland – Flute, recorders, tin whistle, mandolin, spring drum, sound effects, VSTi
Andrey Shashkov – Bass guitar, basso recorder, vocals
Roman Smirnov – Guitars, washboard old school, vocals

Guest musicians:
Paul Bulak – Keyboards (3)
Grigory Shelehov – Drums (3, 7)
Alexander Koval – Drums (4, 8)
Shahid Rashid – Vocals (8)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020