CHRONIQUE / REVIEW

light damage

numbers

Releases information

Release date: September 15, 2018

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: Progressive Promotion Records

From: Luxembourg and Intl

9,4

Alain Massard - October 2018

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Un groupe venu de nulle part ou alors d’une petite route sombre un soir sans lune sur une destination sans fin; LIGHT DAMAGE que j’ai vu par hasard dans un coin reculé de Franche-Comté lors d’un festival d’où l’on n’en revient pas. LIGHT DAMAGE qui prend son envol a débuté dès 2005 à reprendre des titres de différent groupe puis a défini lentement son style de musique pour proposer quelque chose de singulier. Leur album éponyme de 2014 déjà à son top pour moi…LIGHT DAMAGE ou l’OLNI (objet luxembourgeois non identifié)!  Du côté des influences, car on recherche souvent les influences pour savoir si on va lire la chronique jusqu’au bout. Je vous citerai GENESIS rien que pour l’utilisation d’un « Musical box », MARILLION pour la flûte et la guitare, SYLVAN’S pour les phrasés et les longues envolées, un peu de JETHRO TULL et de KING CRIMSON en vrac et de David DARLING pour le cello utilisé et pas mal de LIGHT DAMAGE car ce groupe a sa propre sonorité! C’est là que ça devient intéressant! En effet, cela implique que vous risquez de plonger dans l’album comme moi j’ai plongé littéralement dans « Misplaced Chilhood » ou « Clutching at Straws » il y a de ça quelques années maintenant, sans concession, sans contrôle et sans recherche d’influences! OLNI vous dis-je!

 

Concernant les titres, 6 dont un dantesque de presque 20 minutes avec utilisation de cello, de flûtes comme au bon vieux temps, de monologue phrasé; dès « Number 261 » l’orgue rythmique à la 30’’TO MARS, une guitare plaintive à la KING CRIMSON 2e mouture accompagnée d’une batterie énergique et bien présente donnent le ton (à défaut du la!) sur des voix en duo. « Bloomed » suit avec cet instrumental lancinant, affriolant où la guitare joue par saccades juste le temps d’introduire « From Minor to Sailor ». Ce titre phare qui m’a scotché : une guitare plaintive, des synthés mélodiques, une batterie claire presque aérienne d’un côté, les deux voix qui s’interpellent vers 5 minutes pour un doux échange, un break vers les 7 minutes pour se reposer un peu avant d’enchaîner sur un solo Rotheryien. Une atmosphère à nouveau Misplacienne (le moment le plus sombre du titre) vers les 9 minutes ouvrant ensuite sur une succession de retours instrumentaux et vocaux et une finale vers les 16 minutes sur la reprise de l’air principal comme si rien ne s’était passé avant. Jusqu’à la flûte clôturant ce voyage épique sur un mineur voulant construire un bateau. Un son plaintif, mélancolique et aussi paradoxalement plein d’entrain. La 2e partie de l’album, comme au temps des LPS et autres K7 démarre par des notes de cello reposantes avant de laisser la place à la voix puis à la guitare jouissive avec des retours à la Rothery; un crescendo de toute beauté énivrant. Survient « Phantom Twin » avec une intro explosive, des atmosphères à la AYREON sur la voix de P. DICK amenant ici aussi une chanson plaintive avec des détours sur le courant néo-progressif des 80s, mais réactualisé, boosté avec une sonorité plus en relief, démonstrative et saisissante. En dernier titre, des vers de E. GALEANO sur un air calme, sobre faisant la part belle aux instruments classiques piano et violon, juste pour revenir dans le monde actuel.

 

Cet album de 48’30’’ m’a donc heurté par la maîtrise des airs proposés, par la pensée logique donnée aux instruments, qu’ils soient à vents ou électriques. Par le moment donné à la guitare souvent plaintive puis moins mélancolique pour donner plus d’espoir aux ambiances, par la répartition justement d’ambiances presque méditatives, sombres suivies d’autres plus enjouées pour amener à une note de sérénité à la fin de cet album! Vous l’aurez compris, un très grand moment pour un groupe qui s’est transcendé et s’est accaparé un son des années 2020, tout simplement! Une bombe OLNI !!

PISTES / TRACKS

 

1. Number 261 (03 :17)

2. Bloomed (03 :01)

3. From Minor To Sailor (19 :45)

4. Little Dark One (09 :30)

5. Phantom Twin (09 :42)

6. Untitle (03 :15)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Nicholas-John Dewez: Lead vocals, theremini, additionnal guitars

Frédérik Hardy: Bass guitars, bass pedal, backing vocals

Stéphane Lecocq: Lead guitars

Sébastien Pérignon: Keyboards

Christophe Szczyrk: Drums

   With:

Charlie Bertrand: Musical box (6)

Astrid Gallez: Flutes (3)

Marie-Noël Mouton: Vocals (6)

Judith Lecuit: Cellos (4, 6)

Marilyn Placek: Vocals (1, 3)

Dominique Poncin: Double bass (4, 6)

Margot Poncin: Violin (4, 6)

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019