CHRONIQUE / REVIEW

KLONE

LE GRAND VOYAGE

Releases information

Release date: September 20, 2019

Format: Digital, CD, Vinyl

Label: KScope

From: France

9,8

Marc Thibeault - October 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Voici le sixième album du groupe français KLONE, et quel album! Lourd et atmosphérique à la fois, la voix de Yann LIGNER frappe là où ça fait le plus mal: directement dans nos trippes!  Ne reniant pas pour autant son lourd passé, KLONE arrive avec un son plus léché, plus accessible. L’évolution depuis "The Dreamer’s Hideaway"  sorti en 2012 est flagrante et tout les riffs ou styles des albums précédents sont sur cet album: certains très facile à entendre, d’autres plus subtils. C’est un pas évolutif depuis leur album studio précédent "Here Comes The Sun" sorti en 2015.

 
“Yonder” débute avec force l’album: on embarque dans un voyage mystique et lourd, comme si on prend le côté éthéré mais sombre du groupe RIVERSIDE et qu’on le mélange avec, disons, le groupe HUIS. Il y a une puissance dans le son qui nous prend et ne nous lâche pas.  “Breach” enchaîne le voyage avec un style qui n’est pas sans rappeler légèrement le groupe COLDPLAY et on sent qu’il y a encore ici une espèce de sentiment d’urgence ou de questionnement. Ensuite, la pièce “Sealed” nous surprend avec des suites d’accords qu’on entend très peu souvent lors d’un refrain. C’est rafraichissant d’entendre une telle variante lorsqu’on entend trop souvent des refrains qui sortent rarement des sentiers battus.  L’évolution de la pièce et la voix un peu tremblante de M. Ligner donnent de la force à la pièce. L’écho domine sur tout dans la pièce “Indelible” et le "beat" très lent mais imposant à la fois nous captive. Un peu noire, cette pièce dégage aussi une aura mystérieuse et le changement de style à 01:45 de la fin surprend: le saxophoniste s‘y déchaine soudainement jusqu’à la fin.

  

L’intro de la pièce “Keystone” me rappelle vaguement quelque chose d’autre mais je n’arrive pas à mettre le doigt dessus. RIVERSIDE? Le chant de M. LINGER sur cette pièce me fait beaucoup penser à celui de Mariusz DUDA (RIVERSIDE). En fait, c’est sur la majorité des pièces qu’on trouve cette ressemblance au chant mais ça ne dérange pas notre oreille qui se fait envouter par l’ensemble de l’œuvre.  Encore ici, le "beat" lent et sourd du début créé une atmosphère mystérieuse. La pièce “Hidden Passenger” a un petit côté PEARL JAM par le son de la guitare électrique mais, sinon, elle a sa propre force et identité: il y a toujours cette aura de mystère qui enveloppe le tout et le refrain est puissant, presque pompeux, ajoutant un impact supplémentaire. On revient un peu aux sources avec un son lourd et agressif sur la pièce “The Great Oblivion”. Ça mord et c’est bon. J’aime la façon dont le style change vers 01:55 dans la pièce, comme si on avait parfaitement collé deux pièces ensemble. Très bonne pièce! “Sad And Slow” pourrait se définir comme un "slow-lourd". Quoique bonne, c’est la pièce la moins forte de l’album à mon goût. “Silver Gate” clôt l’album avec grâce et élégance: pas trop lent et pas trop rapide, le rythme "dansant" légèrement à l’arrière-plan tout en gardant le "beat". Les dernières 2:32 sont légèrement plus intenses, comme si le groupe terminait l’album sur une note d’espoir.

  

C’est un des meilleurs albums que j’ai eu la chance d’entendre depuis le début de l’année.  Pourquoi? D’abord parce que je ne m’attendais pas à ce que KLONE joue ce j’ai entendu et, ensuite, parce qu’on a droit à un album qui très bien montée, musicalement parlant. Ce n’est pas comme l’album culte "Dark Side Of The Moon", qui montra une nouvelle extension musicale de PINK FLOYD, mais il y a ici une superbe évolution du groupe et une finition qu’on n’entend pas souvent. Je pourrais comparer l’évolution musicale du groupe avec ceux des groupes ANATHEMA ou OPETH dont on connaît le résultat. On dirait que tout a été prévu à la perfection afin de combler les espaces, les vides, etc.  Bravo!

 

PISTES / TRACKS

 

01-Yonder (07:32)

02-Breach (03:51)

03-Sealed (04:47)

04-Indelible (04:54)

05-Keystone (04:58)

06-Hidden Passenger (05:23)

07-The Great Oblivion (04:44)

08-Sad & Slow (04:35)

09-Silver Gate (06:13)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Yann LIGNER: chant
Guillaume BERNARD: Guitares
Aldrick GUADAGNINO: Guitares
Jean Etienne MAILLARD: Basse
Morgan BERTHET: Batterie
Matthieu METZGER : Saxophones, clavier

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2020