CHRONIQUE / REVIEW

ISBJÖRG

iridescent

Releases information

Release date: April 26, 2019

Format: Digital, Vinyl

Label: Auto-Production / Self-Released

From: Danemark / Denmark

9,1

Mario Champagne - July 2019

TRANSLATED REVIEW (GOOGLE TRANSLATE) BELOW FRENCH TEXT !

CHRONIQUE / REVIEW

CD

 

Une autre belle découverte ce mois-ci, avec ce groupe Danois de six musiciens qui existe depuis 2015, et qui présente son premier album appelé « Iridescent », qui fait suite à deux précédents EP, qui sont à découvrir sur « Bandcamp ».  Un album qui tourne en boucle sur mon système depuis une semaine pour de multiples raisons. Le titre explique déjà pas mal comment il faut aborder cet album car il mentionne l'iridescence. C’est la propriété de certaines surfaces qui semblent changer de couleur selon l'angle de vue ou d'illumination. Avec ces musiciens, il en est de même pour leur musique. Chaque pièce se met à nue d'une façon différente à chaque écoute et on y découvre constamment des détails négligés la fois précédente. Pour la plupart des chansons du début de l'album, je suis passé du « Bof ! » au « Wow! » après plusieurs écoutes, le temps d’apprivoiser le style musical et la voix du chanteur. Combien d’heures j’ai passé à essayer de trouver à quelle voix ce chanteur me faisait penser. Plusieurs jours! Je l’ai écouté dans mon salon, dans ma voiture, dans le TGV, dans ma chambre d'hôtel. Je vous recommande cependant des écouteurs pour capter la richesse de leurs compositions musicales.

 

Ce disque plaira sûrement à plusieurs pour ses refrains accrocheurs, ses aspects presque « pop » dans des compositions où la polyrythmie fait la part belle, avec un piano sublime, mon instrument de prédilection, et des guitares qui savent se montrer puissantes. Cette équipe a réussi à se créer un son qui lui est caractéristique, un son métissant les notes de « Bruce HORNSBY and The Range », avec une voix qui ressemble à Cat STEVENS sur un titre et sinon, majoritairement, elle flirte dans le timbre de Michael STIPE de REM, un de mes chanteurs préférés. Des atmosphères calmes, suivies d'élans très énergiques et fougueux, où piano et guitares se livrent des combats hégémoniques dans des chansons bien construites.

 

J'ai trouvé la deuxième partie de l'album plus intéressante que la première, et je vous suggèrerais de commencer la lecture de cet album par le cinquième titre « Needles », car de celui-ci jusqu'à la fin, les « Wow! » devraient s'enchaîner. Et par la suite, revenez au début et les premières pièces deviendront à mon avis plus lisibles et appréciables. Des pièces 5 à 9, le chanteur s'améliore d'un titre à l’autre et la qualité des compositions progressent constamment. En général, de belles « intros » douces au piano, suivies de passages « hardrock », ou vice versa, et des sections de guitare presque « Prog » métal où l’on pourrait souvent s'imaginer en présence d'un COLDPLAY sur stéroïdes. Sur les titres « Needles » et « Supine » sortent du lot pour leurs refrains extrêmement accrocheurs. « Sonder » offre un court interlude intime de piano de toute beauté. Même piano virtuose sur « While the Sunlight Grace the Mourning ». « The Curtain Slowly Rise » plaira aux amateurs de plus lourd avec sa forte influence de claviers à la Bruce HORNSBY. Mais quant à moi, la pièce de résistance est « Stockholm Reversed ». Si vous ne devez qu'écouter qu'un seul titre de cet album, il ne faut pas hésiter. Intelligence ! Totale intelligence. Une merveille de composition qui devrait plaire à l'amateur de « Prog. » Simple et compliqué. Efficace et émouvante. Frissons ! Après cette performance exceptionnelle, on a droit à « Dimmie », tout en polyrythmie, qui mérite également un « standing ovation » pour la performance du chanteur, sur une composition amalgamant changements de rythmes, changements de styles et des cassures alignés avec une très grande maîtrise. Revenez au début et écoutez « Supine », et ce band vous aura pris dans les mailles de leur filet.

 

Que dire de plus ! La production est superbe. L'équipe d'« Ibsjörg » était aux commandes, faisant tous eux-mêmes et le résultat est excellent. Le chanteur est béni par une voix d'exception, les gars maîtrisent leur art et donne suffisamment d'originalité à leur musique pour qu'on souhaite y revenir. Ce piano de BRO JORGENSEN est sincèrement addictif. Pour moi, « Iridescent » d’« Ibsjörg » constitue une énorme surprise, qui entrera à coup sûr dans mon «  Top 20 » de cette année, où les places coûtent déjà très chers étant donné la quantité de parutions de qualité que nous ont offert les Dieux du « Prog ». Bonne découverte !

 

PISTES / TRACKS

 

  1. Supine (5:55)

  2. Sonder (1:11)

  3. Illuvea (5:18)

  4. Petrichor (4:33)

  5. Needles (5:58)

  6. While the Sunlight Grace the Mourning (3:42)

  7. The Curtains Slowly Rise (5:03)

  8. Stockholm Reversed (6:14)

  9. Dimmie (8:26)

Musiciens / MUSICIANS :

 

Niklas JESPERSEN – Vocals

Mathias BRO JORGENSEN - Piano, vocals

Dines DAHL KARLSEN – Guitar

Lasse GITZ THINGHOLM – Guitar

Mathias SCHOUV KJELDSEN – Bass Guitar

Frederik ØLUND UGLEBJERG - Drums

FOLLOW US

  • YouTube Social  Icon
  • Facebook Classic

CONTACT US

CRÉÉ ET MAINTENU PAR PROFIL 1994 to 2019